Mardi 07 juin
10:00

Mardi 07 juin

Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris
JARM
10:00 - 18:00

Journée des Assistants de Régulation Médicale
ARM

Coordonnateur : Eric PERRET (Annecy)
10:00 - 18:00 Appel pour accouchement. Catherine PRADEAU (MEDECIN) (Bordeaux), Ludovic RADOU (Superviseur - soignant) (Le Mans)
Accueillir l’appelant de façon adaptée et écouter la demande verbale et para verbale
Analyser l’environnement sonore et le contexte de l’appel
Identifier le contexte géographique
Etablir une relation permettant la mise en confiance de l’appelant
Questionner avec précision pour obtenir les informations permettant de caractériser la situation
Utiliser les techniques de communication adaptées en fonction de l’appel, de l’appelant et de l’outil de communication
Adapter sa communication à la situation en gérant son stress et ses émotions
Distinguer l’urgence à partir des indications recueillies
Hiérarchiser le degré d’urgence (à partir des scores existants : malinas / spia)
Identifier le niveau de priorisation de la Régulation Médicale (RM)
Déterminer les secours à engager avant régulation médicale
Donner les conseils en attendant la régulation médicale
Guider l’appelant pour une mise en œuvre des gestes d’urgence, dans le cadre de protocoles pré établis, dans l’attente de la régulation médicale
Transmettre au médecin régulateur les informations caractérisant la situation
Connaître les principes de l’organisation de la réponse opérationnelle
Connaître la terminologie en anglais.
10:00 - 18:00 Prise en charge d’un appel pour urgence respiratoire. Eric PERRET (ARM) (Annecy), Gael GHENO (Médecin chef de service) (ANNECY)
Accueillir l’appelant de façon adaptée
Ecouter la demande verbale et para verbale
Analyser le contexte de l’appel
Identifier les facteurs de gravité de la détresse respiratoire
Reconnaître le contexte géographique
Etablir une relation permettant la mise en confiance de l’appelant
Utiliser les techniques de communication adaptées en fonction de l’appel, de l’appelant et de l’outil de communication
Adapter sa communication à la situation en gérant son stress et ses émotions
Hiérarchiser le degré d’urgence
Identifier le niveau de priorisation de la Régulation Médicale suivant le référentiel du guide de la régulation médicale
Déterminer les secours à engager avant régulation médicale
Donner les conseils et guider l’appelant pour une mise en œuvre des gestes d’urgence, dans le cadre de protocoles pré-établis, dans l’attente de la régulation médicale
Faire au médecin régulateur des informations caractérisant la situation
Connaître les principes de l’organisation de la réponse opérationnelle (suivant le référentiel du guide de la régulation médicale)
Connaître la terminologie en anglais.
10:00 - 18:00 Reconnaître les signes de gravité lors d’un appel pour malaise au SAMU CENTRE 15. Gael GHENO (Médecin chef de service) (ANNECY), Christelle DUARTE (ARM) (Bordeaux)
Accueillir l’appelant de façon adaptée
Reconnaître le contexte géographique
Ecouter la demande verbale et para verbale
Etablir une relation permettant la mise en confiance de l’appelant
Savoir questionner pour analyser l’état clinique du patient (technique de l’ADCDE)
Identifier les facteurs de gravité du malaise
Adapter sa communication à la situation en gérant son stress et ses émotions
Hiérarchiser le degré d’urgence (savoir identifier un AC, un trouble de conscience, une dyspnée)
Identifier le niveau de priorisation de la Régulation Médicale
Déterminer les secours à engager avant régulation, et connaître les procédures de départ avant régulation.
Donner les conseils en attendant la régulation médicale et Guider l’appelant pour une mise en œuvre des positions d’attente,
Transmettre au médecin régulateur les informations caractérisant la situation
Connaître les principes de l’organisation de la réponse opérationnelle
Connaître la terminologie en anglais.
Salles 221-222-223
Mercredi 08 juin
08:45

Mercredi 08 juin

Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris
CMS06
08:45 - 10:15

Conférence Médico-Soignants
L' ARM face aux S.SE... mission 007
ARM, Ambulanciers, Infirmier, Médecin

Modérateurs : Eric PERRET (ARM) (Annecy), Catherine PRADEAU (MEDECIN) (Bordeaux)
Coordonnateur : Eric PERRET (Annecy)
08:45 - 10:15 Gestion d'une situation sanitaire exceptionnelle. Nathaly ACKERMANN (Arm) (Le Mans)
Organisation administrative au niveau zonal et départemental.
Caractéristiques des différents risques.
Modalités du dispositif ORSAN.
08:45 - 10:15 En SSE faut-il le 114 ? Vincent GAUTIER (Médecin) (Annecy), Adrien ALLARD (agent de régulation du 114 Grenoble) (Grenoble)
Le 114 : pourquoi, qui, et comment ?
Les perspectives d'usage dans le paysage actuel.
Avantages et inconvénients.
08:45 - 10:15 Régulation déportée. Gérard BLANCO (RESPONSABLE ARM CRRA SAMU 31) (Toulouse)
Formation des ARM.
Téléphonie péritéléphonie bureautique et matériels déployés.
Radio transmission, procédures et canaux utilisés.
Amphi Havane

Mercredi 08 juin

Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris
CS01
08:45 - 10:15

Conférence Soignants
Crash and furious !
Aide Soignant, Ambulanciers, ARM, Infirmier, Médecin

Modérateurs : Yann COEN (Ambulancier SMUR) (Brest), Aurélien LANDIÉ (IDE SMUR/REA) (Rodez)
Coordonnateur : Jean-Baptiste MAGNIN (Brest)
08:45 - 10:15 Accident de la route et sécurité : faire un état des lieux en France (rapport de la situation). Gilles THIERCÉ (ADE) (Angoulême)
Faire un historique des accidents dans notre pays, état des lieux (mortalité, lésions...).
Nommer les causes (vitesse, horaire, âge, alcool...) des AVP.
Parler du cas particulier des UMH.
08:45 - 10:15 Biomécanique et accidentologie. Hervé GUILLEMOT (PH) (Douarnenez)
Présenter la biomécanique et ses outils.
Comment comprendre les mécanismes lésionnels par une analyse du véhicule.
Nommer les résultats obtenus en sécurité grâces aux systèmes techniques qui ont été mis en place dans nos voitures.
08:45 - 10:15 Quel monitorage pour le patient traumatisé grave. Christian CARIOU (IDE) (Brest)
Expliquer le monitorage adulte : Cardio et thermique, respiratoire, neurologique, biologique.
Aborder les cas particulier : Femme enceinte et pédiatrie.
Présenter le monitorage en milieu difficile (mer, montagne).
Salle Maillot
11:00

Mercredi 08 juin

Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris
AMS ARM48
11:00 - 12:30

Atelier Médico-Soignants ARM
Régulation des Urgences Psychiatriques au Samu
ARM, Psychiatrie

Coordonnateur : Igor OUSS (Bondy)
Conférenciers : Stéphane DELFINI (ARM) (Toulouse), Igor OUSS (Médecin Urgentiste) (Bondy)
Objectif général :
Identifier le risque de passage à l'acte auto ou hétéro agressif ou d’accident dans les situations psychiatriques.
Objectifs pédagogiques :
Prendre en compte les particularités relationnelles de l'appelant et la sémiologie afin d'identifier les situations d'urgence et de choisir la décision optimale.
Méthode pédagogique :
L'atelier sera conduit à partir de simulations d'appels par un acteur. Les appels seront pris en charge par les auditeurs, séquencés, argumentés par le groupe. Enfin les experts théoriseront les aspects de communication interpersonnelle et en parallèle les items sémiologiques et les critères de décision.
Salle 342B

Mercredi 08 juin

Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris
AMS ARM45 A
11:00 - 12:30

Atelier Médico-Soignants ARM
Simulation en régulation pédiatrique
ARM, Régulation

Coordonnateur : Julien NAUD (Bordeaux)
Conférenciers : Elisabeth DAUSSAC (TOULOUSE), Christelle DUARTE (ARM) (Bordeaux), Julien NAUD (Praticien Hospitalier) (Bordeaux)
Programme de simulation interprofessionnel avec patient standardisé pour améliorer la qualité et la sécurité de la prise en charge par les ARM et les médecins régulateurs d’un appel pour un enfant présentant une urgence vitale :
- reconnaître les critères de gravité chez l’enfant
- proposer la (ou les) réponse(s) les plus adaptées
- guider par téléphone la réalisation de gestes d’urgence
- communiquer avec un appelant en contexte de stress et d’urgence
Les mises en situation sont réalisées en mode SAS et utilisent le logiciel Exos®.
Salle 343
14:00

Mercredi 08 juin

Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris
AMS ARM46
14:00 - 15:30

Atelier Médico-Soignants ARM
Les nouvelles technologies dans la médecine de catastrophe
ARM, Evaluation SAMU / SMUR

Coordonnateur : Vincent BOUNES (Toulouse)
Conférenciers : Gérard BLANCO (RESPONSABLE ARM CRRA SAMU 31) (Toulouse), Vincent BOUNES (CHEF DE SERVICE) (Toulouse), Cédric ZANNESE (Informaticien SAMU) (Toulouse)
Comprendre l’intérêt des systèmes de communication dans la médecine de catastrophe.
Apprendre les nouveautés permises par la miniaturisation, les réseaux déportés, numériques, satellitaires et autres.
Connaitre et manipuler les logiciels actuels et à venir de la médecine de catastrophe (Sinus, Sivic, etc)

Face à l’inventivité des terroristes, les SAMU doivent aussi gagner la guerre de l’information. Les systèmes de communication deviennent innovants (véhicules satellitaires, Wifi longue portée, radios), les logiciels se complexifient (Sinus, Sivic, etc°), les remontées d’information doivent être rapides et coordonnées (interservices). Les SAMU doivent développer et utiliser de nouveaux outils pour gagner cette guerre…

Au service de cet atelier, l’expérience du SAMU qui a connu AZF et l’affaire Merah avec Vincent Bounes, chef de service, Gérard Blanco, Chef ARM chargé de la médecine de catastrophe, et Cédric Zannese, informaticien SAMU. Il s’agit d’un atelier mêlant théorie et pratique (manipulation des nouveaux outils, radio, systèmes d’information, etc.).
Salle 342B

Mercredi 08 juin

Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris
AMS ARM45 B
14:00 - 15:30

Atelier Médico-Soignants ARM
Simulation en régulation pédiatrique
ARM, Régulation

Coordonnateur : Julien NAUD (Bordeaux)
Conférenciers : Elisabeth DAUSSAC (TOULOUSE), Christelle DUARTE (ARM) (Bordeaux), Julien NAUD (Praticien Hospitalier) (Bordeaux)
Programme de simulation interprofessionnel avec patient standardisé pour améliorer la qualité et la sécurité de la prise en charge par les ARM et les médecins régulateurs d’un appel pour un enfant présentant une urgence vitale :
- reconnaître les critères de gravité chez l’enfant
- proposer la (ou les) réponse(s) les plus adaptées
- guider par téléphone la réalisation de gestes d’urgence
- communiquer avec un appelant en contexte de stress et d’urgence
Les mises en situation sont réalisées en mode SAS et utilisent le logiciel Exos®.
Salle 343
16:00

Mercredi 08 juin

Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris
TRMS02
16:00 - 17:30

Table Ronde Médico-Soignants
Centre 15 : S.A.S Discute
Aide Soignant, ARM, Assistante Sociale, Médecin, Psychologue

Modérateurs : Guillaume DEBATY (Chef de service du SAMU de l’Isère) (Grenoble), Christelle DUARTE (ARM) (Bordeaux)
Coordonnateur : Eric PERRET (Annecy)
16:00 - 17:30 Métier ARM : adaptation à la plateforme SAS. Ludovic RADOU (Superviseur - soignant) (Le Mans)
Description de la structure organisationnelle.
Changement radical de travail pour l'ARM ?
ARM vs OSNP : recrutement, organisation, formation ...
16:00 - 17:30 Le SAS en 10 questions. Yann PENVERNE (Praticien hospitalier) (Nantes)
Pourquoi un bi niveau pour le SAS ?
La formation ARM est-elle adaptée ?
Nouveau métier : Superviseur en salle de régulation
16:00 - 17:30 CRRA : plateforme médico-sociale ? Jean-Luc PEFFERKORN (Directeur DAC) (POITIERS), Henri DELELIS FANIEN (Praticien Hospitalier) (Poitiers)
Présentation des différents partenaires médicaux et paramédicaux.
Présentation de l'interraction entre les différents collaborateurs.
Retour d'expérience au SAMU
Amphi Havane

Mercredi 08 juin

Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris
CLS01
16:00 - 17:30

Communications Libres Soignants
U d'Or Soignants
Aide Soignant, Ambulanciers, ARM, Assistante Sociale, Infirmier, Médecin, Psychologue

Modérateurs : Jean-Baptiste MAGNIN (Ambulancier SMUR) (Brest), Nicolas TERMOZ MASSON (Infirmier) (Grenoble)
16:00 - 17:30 #28873 - CP58 Utilisation de la réalité virtuelle en médecine d’urgence préhospitalière – Etude de faisabilité REAVIS 1.
CP58 Utilisation de la réalité virtuelle en médecine d’urgence préhospitalière – Etude de faisabilité REAVIS 1.

INTRODUCTION

La réalité virtuelle (RV) s’est répandue dans le domaine de la santé. Elle n’a jamais été utilisée en préhospitalier, auprès de patients souvent anxieux et algiques. La réalité virtuelle pourrait être une alternative non médicamenteuse dans la gestion de la douleur et de l’anxiété en préhospitalier.

OBJECTIF

L’étude REAVIS visait à tester la faisabilité de d’utilisation de la RV en préhospitalier

METHODE

Etude prospective, observationnelle, monocentrique d’une durée de deux mois. Accord CPP.

Inclusion : tout patient majeur, conscient (Glasgow 15), pris en charge par les équipes de Smur, volontaire.

Exclusion : patient avec antécédents d’épilepsie ou de séquelles d’AVC.

La RV était instaurée avec le scénario retenu par le patient (univers visuel proposé : plage, sous-bois, plongée sous-marine, voyage astral, paysage d’hiver ; voix masculine ou féminine ; univers musical proposé : sérénité, symphonique, couleur d’Asie, lounge, détente, guitare soft).

Une fiche de recueil de données était remplie : caractéristiques du patient/contexte, paramètres vitaux avant-après, choix du scénario, difficultés rencontrées.

Critère de jugement principal : abandon de la procédure.

RESULTAT

Analyse sur 43 patients. Aucune interruption de procédure : taux d’abandon=0%.

Pathologie la plus représentée : douleur thoracique (20/43 (46%)).

Durée effective d’utilisation : 15 minutes [9 ;19].

Analyse univariée avant-après utilisation de la RV : différence significative pour la pression artérielle systolique (-7.2 [-1.2;-13.1] mm hg) et diastolique (-4.9 [-0.8;-8.9]) et la fréquence cardiaque (-3.9 [-1,0;-6.9] b/min). L’évaluation numérique de la douleur (-3.2 [-2,5;-3.9]) et de leur anxiété (-2.7 [-2.0;-3.3]) avant-après l’utilisation de la RV était significativement réduite.

Quarante et un (95%) patients ont été satisfaits par cette expérience ; deux (5%) n’étaient pas satisfaits car trop courte (4 et 6 minutes). Tous les patients ont décrit cette expérience de manière positive («bien» (N=12) et «détente» (N=9)). Cinq patients (12%) ont été gêné par le dispositif d’oxygène que leur état nécessitait. Deux (5%) ont indiqué que les secousses de la route réactivaient leur douleur malgré la RV.

CONCLUSION

Cette étude a montré que l’utilisation de la RV dans la prise en charge des patients en situation d’urgence en préhospitalier était sûre et réalisable. Les retours des patients étaient très positifs.


Christelle HILAIRE SCHNEIDER (Bobigny), Aubry SAINT-CAST, Frédéric LAPOSTOLLE
16:00 - 17:30 #29038 - CP59 Prise en charge de l’étudiant en soins infirmiers lors d’une situation d’urgence vitale : Etude bipartite des représentations en jeu.
CP59 Prise en charge de l’étudiant en soins infirmiers lors d’une situation d’urgence vitale : Etude bipartite des représentations en jeu.

Introduction : La survenue d’une urgence vitale lors d'une séquence d’encadrement est souvent source d’appréhension pour les étudiants en soins infirmiers (ESI) et les infirmiers (IDE) les encadrants. Pourtant, très peu de littérature est disponible sur cet aspect précis de la prise en charge d’un ESI. Cette étude s’est intéressée aux représentations des ESI et des IDE encadrants afin que ces situations d’urgence vitale soient apprenantes.

Matériel et méthode :  Une enquête mixte et prospective a été réalisée du 1er au 31 mai 2021 auprès d’ESI en 1ère, 2e et 3e année et d'IDE dans 72 départements français. Un questionnaire a été construit et a été diffusé via les réseaux sociaux, comprenant le recueil des données quantitatives notamment sur les techniques d’enseignement utilisées lors de ces situations et sur la fréquence de réalisation d’un débriefing. Des données qualitatives sur les raisons de la réalisation (ou non) d'un débriefing ont également été explorées. Les questionnaires étaient similaires pour les ESI et les IDE. Des analyses statistiques descriptives ont été réalisées avec le calcul de moyennes ainsi qu’une analyse thématique du contenu des réponses ouvertes. 

Résultats : 995 réponses ont été obtenues, dont 795 réponses ont été retenues pour analyse. Parmi ces répondants, on retrouve 235 IDE et 522 ESI. Concernant les représentations sur le débriefing, 74,47% des IDE interrogés déclarent tout le temps réaliser un débriefing avec l’ESI qui a participé à la gestion de l’urgence vitale quand seuls 12,26% des ESI déclarent tout le temps en bénéficier. L'étude a mis en exergue que les représentations de l’IDE varient en fonction de l’expérience professionnelle. Les IDE avec 3 à 5 ans d’expérience sont toujours les plus sceptiques à l'égard de la capacité des ESI à participer pleinement à une situation d'urgence vitale. De plus, cette étude décrit que les ESI de 1ère année ont autant, si ce n'est plus, confiance en eux quant à leur capacité à participer à une situation d'urgence vitale que les ESI en 3e année. Enfin, cette étude a mis en évidence que les ESI ayant bénéficié d'un débriefing après une situation d'urgence vitale ne se disent pas moins déstabilisés émotionnellement que ceux qui n'en n’ont pas bénéficié.

Conclusion : Les résultats de ce travail incitent à s’emparer de ce sujet pour améliorer nos conditions et principes d’enseignement dans ce champ très restreint mais essentiel de l’apprentissage lors d’une situation d’urgence vitale.


Aline CHENOU (Strasbourg)
16:00 - 17:30 #29066 - CP60 Repérage de la fragilité aux urgences par l’infirmière organisatrice de l’accueil.
CP60 Repérage de la fragilité aux urgences par l’infirmière organisatrice de l’accueil.

Introduction : La fragilité augmente le risque de réhospitalisation de la personne âgée. Sa prise en charge permettrait d’éviter des recours indus aux urgences. Dans cet objectif le score TRST (Triage Risk Screening Tool) pourrait servir de moyen de repérage de la fragilité dès l’évaluation du patient par l’infirmière organisatrice de l’accueil (IOA) afin de le mettre dans le bon parcours. Matériel et méthode : Nos IOA ont calculé le score TRST à 198 patients consécutifs. Les 5 items du score TRST sont la présence de troubles cognitifs (mnésiques ou désorientation), de difficulté à la marche ou chute, de cinq médicaments ou plus, d’une consultation aux urgences dans les 30 jours ou hospitalisation dans les 90 jours précédents, d’une perte d’autonomie fonctionnelle (abus ou négligence, abus de substance, mauvaise observance médicamenteuse, difficulté dans les activités de vie quotidienne, ou autre). Le score est considéré positif et donc le patient fragile à partir de deux items présents. Nous avons comparé les patients fragiles aux non-fragiles. Résultats : 127 (64%) patients sont repérés fragiles, d’âge médian 86 [81-88] ans et 63 (50%) femmes, vs 79 [75-85] ans et 44 (62%) de femmes chez les non-fragiles (p < 0.001). La polymédication est l’item le plus fréquemment présent, chez 87% des fragiles (vs 37%), puis la difficulté à la marche et la chute (84% vs 18%), les consultations aux urgences et hospitalisations antérieures (43% vs 7%), la perte d’autonomie fonctionnelle (43% vs 1%) et les troubles cognitifs (35% vs 3%) (p < 0.001). Le motif de recours aux urgences le plus courant était la chute dans les deux groupes (23% vs 19%). Dans le groupe des fragiles, 83 (65%) patients ont été hospitalisés, vs 18 (25%) chez les non-fragiles (p < 0.001). Discussion : Le TRST a été validé dans une cohorte de patients de plus de 65 ans. Dans notre étude, en fixant le seuil de l’âge à 70 ans et plus, le nombre de patients concernés est de 18 par jour en moyenne, ce qui pose la question de l’organisation de la filière gériatrique. Conclusion : Le dépistage de la fragilité aux urgences par l’IOA est faisable et contribue à une meilleure sensibilisation des équipes à la fragilité. Notre projet est de générer un signalement automatisé des patients fragiles à l’équipe mobile de gériatrie dès que le score TRST est positif.
Manon MILLET, Pierre-Benoît GOMES, Marine BEAU, Etienne GRANDCLAUDE, Karine BERTRAND, Anaïs POTIGNON, Emilie PILLOT, Mathilde CHEVALIER (Lyon)
16:00 - 17:30 #29086 - CP61 Violences verbales au Centre 15 : Quand les mots frappent et blessent.
CP61 Violences verbales au Centre 15 : Quand les mots frappent et blessent.

Introduction : Tous les personnels des centres de réception et de régulation des appels (centre 15), sont confrontés à des invectives au téléphone. Utilisées pour intimider ou exiger, ils se sentent impactés physiquement et psychologiquement. Nous avons voulu étudier l’impact de cette violence sur tous. 

Matériel et méthode : Nous avons réalisé une étude prospective, multicentrique, non randomisée à partir d’un questionnaire en ligne de 20 items diffusé aux personnels de SAMU Centre 15. Le formulaire est basé sur le rapport 2020 de l’Observatoire National de la Violence en Santé portant sur la forme, la fréquence, l’impact sur la santé, le désamorçage et la formation. Sont inclus les : assistants de régulation médicale (ARM) issus ou non d’un centre de formation pour ARM (CFARM), médecins urgentistes et généralistes, pour la période du 05.11 au 08.12.2021. 

Résultats : Sur 496 réponses de 30 SAMU, nous avons 43% d’homme, 57% de femme. Les ARM sont 45% (13% issus CFARM), les Urgentistes 36%, les Généralistes 19% des répondants. Les personnels ont entre 30-50 ans pour 60%, avec une ancienneté en régulation < 5ans pour 44%. Tous, ont été confrontés à de la violence verbale au cours de l’année écoulée dont 71% > 6 fois, surtout féminins (58%) et ARM (68%) par l’association patient/famille/proches (78%). Les différentes manifestations ressenties sont : un ton agressif (95%), chantage/menaces (77%), insultes (64%) et menaces de mort (12%). Cette violence provoque des réactions fortes avec attitude dominante pour reprendre le dessus (52%), colère (47%), difficulté à faire descendre la pression (44%), épuisement (38%), dégoût (33%), blocage (18%). D’autres impacts sur la santé, non abordés, par le questionnaire ont été exprimés (44%). Une attitude professionnelle est adoptée pour 57% des répondants, compréhension/exposition problématique est utilisée par 75%, ton apaisant et attitude positive par 64%. Presque 70% utilisent ces techniques apprises en formation (94% si formés en CFARM). Seuls 16% ont demandé une formation, 76% l’ont obtenu, 12% en ont bénéficié sans demande. 

Conclusion : Tous les personnels des centres 15 sont exposés, surtout féminins, jeunes, ARM avec peu d’ancienneté. L’impact est fort, pouvant déstabiliser l’agent, mais la majorité déclare rester professionnels et utilise des techniques de désamorçage, issues de formations dont l’utilité semble reconnue.  Ce paradoxe nécessite une exploration sur le champ du stress qu’il peut induire à long terme. 


Eric PERRET (Annecy), Eddy BENOIT, Gael GHENO, Cyril BESSON, Thierry ROUPIOZ
16:00 - 17:30 #29129 - CP62 Etude comparative de la qualification et l’orientation des appels pour douleur abdominale par les Assistants de Régulation Médicale dans deux SAMU.
CP62 Etude comparative de la qualification et l’orientation des appels pour douleur abdominale par les Assistants de Régulation Médicale dans deux SAMU.

Introduction : 

Les douleurs abdominales sont un motif fréquent d’appel au SAMU. Les Assistants de Régulation Médicale (ARM) priorisent la demande de soins selon les recommandations en P0 et P1 (appels urgents) en P2 et P3 (appels non urgents). L’évolution de nos organisations nécessite d’étudier la priorisation et l’orientation des appels. L’objectif de l’étude est d’évaluer la qualité du tri (sur ou sous-triage) par l’ARM pour le motif d’appel P2 « douleur abdominale ».

 

Matériels et Méthode : 

Il s’agit d’une étude multicentrique rétrospective observationnelle menée du 01/07/2020 au 31/12/2020, portant sur les appels reçus dans 2 SAMU pour motifs « douleur abdominale, pathologie gastroentérologie, vomissement diarrhée ». Les appels sous-triés sont définis par une orientation vers le médecin régulateur généraliste (MRG) dont la décision finale est une décision SMUR. Les appels surtriés sont les appels orientés vers le médecin régulateur urgentiste (MRU) et pour lesquels la décision finale est un laissé sur place, un conseil médical, une consultation. 

 

Résultats : 

Au SAMU A, 3148 dossiers de régulation médicale (DRM) ont été inclus, 88% régulés par le MRG et 12% par un MRU. Quatre-vingt-quinze appels sont surtriés (25%) et dans la moitié des cas l’ARM ne prend pas le patient en ligne, ni pour aucun des 4 appels sous-triés.

Au SAMU B, 8777 DRM ont été inclus, 95% régulés par le MRG, 3% par un MRU. Deux cent quatre (2%) sont classés renseignements ARM. Trente-et-un appels (11%) sont surtriés contre 12 (0,1%) dossiers sous-triés. Dans les 2 cas, l’ARM ne prend le patient en ligne qu’une fois sur 3.

Dans les 2 centres, le nombre d’appel panique et l’expérience professionnelle des ARM n’a pas d’influence sur l’orientation.

 

Il existe donc une différence de répartition significative des appels dans les filières MRU et MRG qui s’objective également dans la proportion de surtriage (p < 0,01) au sein des deux SAMU, il n’existe pas de différence dans le sous-triage (p > 0,99).

 

Conclusion :

 Ainsi, les résultats observés pour ce motif d’appel, confirment le besoin d’amélioration et d’harmonisation des pratiques ARM. L’instauration d’un outil d’aide à l’orientation des appels et d’une échelle de tri constituent des solutions d’avenir.


Chloé CHEVALIER (NANTES), Catherine CAPLETTE, Florence DECIRON, Hugo DE CARVALHO, Ludovic RADOU, Yann PENVERNE, Joel JENVRIN
16:00 - 17:30 #29262 - CP63 La réalité virtuelle au service des soignants dans les services d'Urgences/SAMU/SMUR.
CP63 La réalité virtuelle au service des soignants dans les services d'Urgences/SAMU/SMUR.

Introduction : Il existe, à ce jour, un risque important de renoncement des personnels soignants à la profession notamment dans les services d’urgences. L’amélioration de la qualité de vie au travail (QVT) est un enjeu majeur dans la prévention des risques psycho-sociaux chez ces professionnels. Les contraintes physiques et émotionnelles sont d’avantage marquées dans le secteur hospitalier (Pisarik, 2021). Nous proposons la réalité virtuelle (RV) comme un moyen complémentaire aux mesures déjà mise en place au CHU (cocon à sieste) pour améliorer la QVT des professionnels du service SAMU/SMUR/Urgences. L’objectif de notre travail est de mettre en place un outil plus facile d’accès, aisé d’utilisation et dont les bienfaits sont immédiats.

Matériel et méthode : Les dispositifs de RV sont des outils non invasifs permettant d’induire un état de relaxation totale. Ils immergent l’utilisateur à 360° dans l’univers auditif et visuel qu’il a choisi. Notre projet a été retenu par les fonds Nominoé et nous avons bénéficié de l’acquisition de dispositifs de RV (casque de la société HypnoVR). Notre étude s’est déroulée au mois de Juin 2021 et était proposée à l’ensemble des professionnels du service. Les objectifs de notre étude étaient d’évaluer, au moyen d’un questionnaire réalisé au décours immédiat, la faisabilité des séances de RV au sein du service, son bénéfice rendu et l’amélioration de la QVT. Les professionnels ont testé le dispositif de RV pour une durée de 15 minutes au moment de leur choix.

Résultats : Nous avons obtenu 72 participants. 86% des professionnels interrogés se sentaient « plus détendus » après la séance, plus « apaisés », « calmes » et « reposés ». Ils ont souligné la facilité et la rapidité d’utilisation de manière autonome.

Discussion : Nos résultats corroborent ceux de l’étude de Huu (2020) sur la relaxation psychomotrice face à l’anxiété en EHPAD. Par ailleurs, des conditions sont à respecter afin d’optimiser la séance : un lieu calme dédié, une installation confortable, la certitude de ne pas être dérangé, des images et un discours hypnotique de qualité.

Conclusion : Le risque de renoncement à la profession est important dans notre service. L’amélioration de la QVT est un axe à développer pour diminuer ce risque. Notre étude montre que les dispositifs de RV y participent et sont un outil à inclure dans les ressources à disposition. Une étude sur un plus long terme est nécessaire pour confirmer et préciser les apports de ces dispositifs.


Saveria COMPOIS, Hélène QUEMENER (RENNES), Louis SOULAT, Tarik CHERFAOUI
Salle 252A

Mercredi 08 juin

Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris
AMS ARM47
16:00 - 17:30

Atelier Médico-Soignants ARM
Gestion Téléphonique Relationnelle et Décisionnelle d'une Urgence Cardiologique
ARM, Régulation

Coordonnateur : Igor OUSS (Bondy)
Conférenciers : Stéphane DELFINI (ARM) (Toulouse), Igor OUSS (Médecin Urgentiste) (Bondy)
Objectif général :
Conduire un interrogatoire performant dans les situations d’urgences cardiologiques.
Objectifs pédagogiques :
Identifier les particularités relationnelles de l'appelant pour faciliter l’analyse sémiologique permettant de prendre la décision optimale.
Méthode pédagogique :
L'atelier sera conduit à partir de simulations d'appels pour des situations cardiologiques par un acteur. Les appels seront pris en charge par les auditeurs, séquencés, argumentés par le groupe. Enfin les experts théoriseront les aspects de communication interpersonnelle et en parallèle les items sémiologiques et les décisions.
Salle 342B
Jeudi 09 juin
08:45

Jeudi 09 juin

Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris
CMS07
08:45 - 10:15

Conférence Médico-Soignants - Session commune CSU-CEQ
Qualité de vie au travail
Aide Soignant, Ambulanciers, ARM, Infirmier, Médecin, Psychologue

Modérateurs : Laurence ARROUY (PH) (Boulogne-Billancourt), Ludovic RADOU (Superviseur - soignant) (Le Mans)
Coordonnateur : Florence BONNET (Paris)
08:45 - 10:15 Temps de travail (24h - 12h - 8h), et impact sur la santé / qualité de vie. Catherine CAPLETTE (PH) (Le Mans), Ludovic RADOU (Superviseur - soignant) (Le Mans)
08:45 - 10:15 Bien être au travail et accompagnement des équipes. Florence BONNET (Cadre de santé) (Paris)
08:45 - 10:15 Alternance jour / nuit et faire la sieste pour rester performant. Arnaud DEPIL-DUVAL (Praticien hospitalier) (Paris)
Amphi Havane

Jeudi 09 juin

Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris
TRMS01
08:45 - 10:15

Table Ronde Médico-Soignants
De la crise suicidaire au passage à l'acte : dépistage, évaluation et prise en charge.
Aide Soignant, Ambulanciers, ARM, Assistante Sociale, Infirmier, Médecin, Psychologue

Modérateurs : Carla DE STEFANO (psychologue) (Paris), Eric PERRET (ARM) (Annecy)
Coordonnateur : Carla DE STEFANO (Paris)
08:45 - 10:15 Quelle est l'évolution du risque sucidaire ? Laure ROUGEGREZ (Psychiatre) (Lille)
Définition de l'état de vulnérabilité et de l'état de crise du patient.
Quand la présence d'une pathologie somatique peut augmenter le risque sucidaire.
Adulte et adolescents :quelle différences?
08:45 - 10:15 Réception et prise en charge de l'appel d'un patient sucidaire au CRRA. Cédric GIVAUDAN (ARM) (Lille)
Identification et géolocalisation d'un patient en crise sucidaire.
Comprendre la demande de l'appelant(e), les techniques de communication utilisées.
Orientation du patient.
08:45 - 10:15 Prise en charge du patient : procédures, orientation et sortie. Magalie ROYER (IDE) (Annecy)
Modes d'intervention à la SMUR (attitudes et procédures); comment faire face au refus ?
Modes d'intervention aux Urgences (dépistage, attitudes et procédures).
Quel devenir pour ces patients ? Adolescents et adultes.
Salle Maillot
11:00

Jeudi 09 juin

Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris
CMS04
11:00 - 12:30

Conférence Médico-Soignants
L'arrêt cardiaque chez l'enfant, quoi de neuf ?
Ambulanciers, ARM, Infirmier, Médecin

Modérateurs : Charlotte CHOLLET-XEMARD (directrice médicale adjointe) (Créteil), Alice HUTIN (PH) (PARIS), Charlotte VERJUX (infirmière) (Paris)
Coordonnateur : Geoffrey GALOPIN (DIJON)
11:00 - 12:30 En régulation. Audrey MICHALET (ARM) (Nantes), Marceline CHAPELLE (Nantes)
Reconnaitre l'arrêt cardiaque.
Guidance téléphonique de la RCP.
Gestion de la famille et de l'environnement.
11:00 - 12:30 La prise en charge en pré-hospitalier. Marie-Line LANGLAIS (RPPS : 10100664756) (Dijon)
Les principales causes.
Les dernières recommandations de l'ERC.
Présenter les chances de survies et de récupération.
Gestion des parents, de la fraterie et de l'environnement.
11:00 - 12:30 L'aspect médico-légal de la mort subite du nourrisson. Dominique SAVARY (Chef du département de médecine d'urgence) (Angers)
Définir la MIN.
Quelle prise en charge ? Présentation des missions des centres de référence.
Les problématiques du certificat de décès.
L'intérêt de l'autopsie médico-légale versus médico-judiciaire, quand faire appel à l'IML ?
Amphi Bleu
14:00

Jeudi 09 juin

Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris
CS08
14:00 - 15:30

Conférence Soignants
Intérêt du travail pluri-professionnel aux Urgences.
Aide Soignant, Ambulanciers, ARM, Assistante Sociale, Infirmier, Médecin, Psychologue

Modérateurs : Florence BONNET (Cadre de santé) (Paris), Olivier PICOT (IDE) (Paris)
Coordonnateur : Caroline VAREILLE (Paris)
14:00 - 15:30 Intérêt d'une cellule de régulation multiprofessionnelle des lits rattachées aux Urgences. Tiphaine MARCHAND (FFCS) (Paris)
Présenter le rôle et les membres de la cellule.
Présenter l’historique et l’évolution de la cellule.
Présenter les chiffres.
14:00 - 15:30 Intérêt d'une cellule de régulation des cas complexes émanant des Urgences. Caroline VAREILLE (assistante sociale) (Paris)
Définir le cas complexe.
Présenter la collaboration avec les services de médecine et/ou chirurgie.
Présenter les chiffres et l’impact sur l’hôpital d’une telle cellule.
14:00 - 15:30 La population SDF et ses cas complexes : travail en partenariat avec le samu social. Vanessa GIMENO (IDE) (Paris)
Définir le interaction entre le service social des urgences et le samu social
Définir le cas complexe vu par le samu social
Présenter les axes de travail et d amélioration
Salle 242A

Jeudi 09 juin

Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris
CMS03
14:00 - 15:30

Conférence Médico-Soignants
Les Journées Thématiques Interactives de la SFMU - Les Retex
Ambulanciers, ARM, Infirmier

Modérateurs : Christelle DUARTE (ARM) (Bordeaux), Karinne LE GLOAN (IDE SAMU 44) (Nantes)
Coordonnateur : Karinne LE GLOAN (Nantes)
14:00 - 15:30 Prise en charge d’un patient présentant un syndrome coronarien non ST : filière et réseau. Hélène DEHAUT (IDE) (ORCHIES)
Présentation des outils pour évaluer une douleur thoracique
Le tri d'une douleur thoracique par l' IOA
Quoi de nouveau dans la prise en soins de ces patients en SU ?
14:00 - 15:30 Prise en charge d’un enfant nécessitant une ECMO pédiatrique : filière et réseau. Gwenael HASCOAT (infirmier) (Paris)
Qu’est ce que l’UMAC ?
Quelles sont les indications de mise en place d’une ECMO pédiatrique ?
Quelle est la logistique et la technicité de l’UMAC ? Présentation de l’ECMO pédiatrique (branchement, circuit, matériel)
14:00 - 15:30 Quand les "animaux" de la mer viennent à nous ! Lucas IGLESIAS (IDE) (Bayonne)
Définir un état des lieux des différents agents en cause (méduses, oursins, vives ... ).
Définir les prises en charges pré-hospitalières et intra-hospitalières (mécanismes, signes cliniques, risques ... ).
Décrire le rôle infirmier dans les différentes prises en charge et la prévention en cas de récidive.
Salle 342A

Jeudi 09 juin

Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris
CS03
14:00 - 15:30

Conférence Soignants
Quand les interventions deviennent difficiles pour les acteurs de l'urgence : débriefons !
Aide Soignant, Ambulanciers, ARM, Assistante Sociale, Infirmier, Médecin, Psychologue

Modérateurs : Carla DE STEFANO (psychologue) (Paris), Marc SMOUNYA (Infirmier) (Besançon)
Coordonnateur : Carla DE STEFANO (Paris)
14:00 - 15:30 Débriefing technique : comment faire pour être encore performants la prochaine fois ? Charlotte VERJUX (infirmière) (Paris)
Contextualiser les interventions en intra et en extra-hospitalier qui nécessitent le recours au débriefing technique.
Quel recours dans la simulation ?
Décrire un modèle de débriefing technique : quels bénéfices pour les acteurs de l'urgence ?
14:00 - 15:30 "Je n'arrive pas à lever cette image dans la tête, ai-je fait bien mon travail ? ". Carla DE STEFANO (psychologue) (Paris)
Les signes d'alerte de la dissociation peritraumatique des acteurs de l'urgence. Doit-on intervenir psychologiquement immédiatement pour le soignant ?
Comment intégrer le debriefing psychologique dans la pratique courante.
14:00 - 15:30 Qu'en est-il des étudiants ? Aline CHENOU (IDE) (Strasbourg)
Etudiants et urgences vitales : Parlons de nos représentations !
Risque post-traumatique pour les étudiants : Restons attentifs !
Rôle des étudiants et leur gestion dans les urgences vitales (Urgences, SAMU & exercice de catastrophe)
Salle Maillot
Vendredi 10 juin
11:00

Vendredi 10 juin

Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris
CMS05
11:00 - 12:30

Conférence Médico-Soignants
Public vulnérable face aux confinements
Aide Soignant, ARM, Assistante Sociale, Infirmier, Médecin, Psychologue

Modérateurs : Jonathan POISSONNIER (Ambulancier/ aide soignant) (Roubaix), Caroline VAREILLE (assistante sociale) (Paris)
Coordonnateur : Caroline VAREILLE (Paris)
11:00 - 12:30 État des lieux. Charlotte GORGIARD (Praticien Hospitalier) (PARIS)
Présenter les chiffres de cette période.
Expliquer la prise en charge des victimes pendant le confinement.
Quoi retenir ?
11:00 - 12:30 Les dispositifs mis en place pendant cette période. Anais VERMEILLE (chargée de mission sur les violences faites aux femmes) (Paris)
Présenter les campagnes de prévention en lien avec le confinement.
Présenter le travail associatif durant cette période.
Présenter ce qui a été retenu.
11:00 - 12:30 La population SDF face aux confinements. Vanessa GIMENO (IDE) (Paris)
Définir les problématiques rencontrées pendant ces périodes
Présenter les dispositifs mis en place
Présenter des pistes de réflexion sur l'après
Amphi Havane