Samedi 18 décembre
Heure Amphi Bleu Salle 252AB Salle 251
08:00
08:00-10:23
Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris

G1-31
Communications libres
Rhizarthrose 2

Communications libres
Rhizarthrose 2

Modérateurs : Philippe BELLEMERE (chirurgien de la main) (Nantes), Christophe RIZZO (chirurgien) (Lyon)
08:00 - 08:03 #27799 - CO125 La mesure radiologique d’une dysplasie trapézienne – variation de l’angle de dévers comparé à l’inclinaison trapézienne.
La mesure radiologique d’une dysplasie trapézienne – variation de l’angle de dévers comparé à l’inclinaison trapézienne.

Kjell VAN ROYEN* (1), Mathieu GEVERS (1), Bert VANMIERLO (2), Thierry SCHEERLINCK (1), Jean GOUBAU (1)

1. UZ Brussel, Bruxelles, BELGIQUE

2. AZ Delta, Roeselare, BELGIQUE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : kjellvanroyen@gmail.com (Kjell VAN ROYEN)

Trapezial tilt (angle de dévers) is defined as the angle between the distal surface of the trapezium and the longitudinal axis of the second metacarpal. It has been used to quantify bony trapezial dysplasia and guide its treatment, but seems to vary with hand position when used in daily practice. Trapezial inclination is defined as the angle between the proximal and distal trapezial surface. Measurements are done on the same bone, making them less dependent of hand position or motion during radiographs. The purpose of this study was to compare trapezial tilt and trapezial inclination in order to define the most reliable method to evaluate trapezial dysplasia.

Fifty patients were found with at least 3 consecutive Eaton views and without radiographic signs of advanced osteoarthritis. Radiographs were taken without stress and with an adequate visualization of the TMC joint, carpometacarpal 2 joint, scafotrapeziotrapezoïd joints and both the first and the second metacarpals. In total, 150 radiographies were used to measure trapezial tilt and trapezial inclination. Trapezial tilt was defined as the angle between the distal articular surface of the trapezium and the longitudinal axis of the second metacarpal. Trapezial inclination was defined as the angle between the distal articular surface of the trapezium and the proximal articular surface of the trapezium. Both trapezial tilt and trapezial inclination were measured by two independent observers on three radiographs for every patient. Inter-observer and intra-observer variability were assessed for both measurements.

The mean patient age at the time of the first radiograph was 61 years and the mean time between the first and third radiograph was 35 months. Average trapezial tilt was 136° and average trapezial inclination was 10°. For both observers, intra-observer variation and intra-observer consistency of trapezial inclination was significantly better when compared to that of trapezial tilt.

Our study shows that trapezial inclination is a more reproducible measurement than the more frequently used trapezial tilt and might be a better parameter to define bony trapezial dysplasia and guide its treatment. Trapezial inclination is measured on the same bone and is less dependent of ligamentous laxity, variation in thumb position and shape of the second metacarpal. Further research is needed to define normal values of trapezial inclination in a population without TMC osteoarthritis and to find out whether trapezial dysplasia is a predicting factor for the development of TMC osteoarthritis.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Kjell VAN ROYEN (Dr.) (Brussels, Belgique)
08:03 - 08:04 Discussion.
08:04 - 08:10 #27800 - CO126 Indications du Mini TightRope dans le traitement de la rhizarthrose.
Indications du Mini TightRope dans le traitement de la rhizarthrose.

Nicolas DREANT* (1), Marie-Anne POUMELLEC (2), Marianne CEGARRA-ESCOLANO (2)

1. Clinique Saint François, Nice, FRANCE

2. Institut Universitaire Locomoteur et du Sport - Orthopédie, Nice, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : ndreant@sfr.fr (Nicolas DREANT)

The aim of this study was to present the different indications of the Mini TightRope® suture-button in the treatment of thumb carpometacarpal (CMC) arthritis.

21 patients treated with the Mini TightRope® have been included in a prospective study. 14 devices have been used in first intention for trapeziectomy and suture-button suspensioplasty. 8 have been used for revision surgery for painful proximalisation of the first metacarpal after trapeziectomy or CMC prosthetis reoperation. We recorded demographic data, preoperative Eaton stage, follow-up duration time, pain level, fingertips strength before and after surgery, range of motion, metacarpal subsidence and postoperative complications.

The average age of the patients was 60 years. There were 19 women and 2 men. The average follow-up duration time was 2.5 years (1-4). The pain level, according to a visual analogue scale (1-10) was on an average of 3.5 (2-5) preoperatively and 2 (1-4) postoperatively at rest and on an average of 7 (6-8) preoperatively and 4 (3-6) postoperatively with maximum load. The mean Kapandji score was 9 (7-10) and counter-opposition score was 3 (1-4). The average key-pinch and pulp-to-pulp pinch strengths were 80% and 78% of the contralateral side at the final follow-up. The trapeziectomy-suspensioplasty group had significantly greater average trapezial space height, compared to the revision surgery group (7.0 mm vs 4.5 mm).

The use of TightRope® suspension in trapeziometacarpal arthroplasty has been established. Complications associated with this device include fracture of the index finger metacarpal , symptomatic buttons, broken TightRope® , and impingement of the thumb and index metacarpal bases from over-tightening the TightRope®. For Yao and Cheah, favorable outcomes with improvement in the range of motion and pain relief of suture-button suspensioplasty remain durable over time. Their results show that improvement in strength may also be expected over time when using the Mini TightRope® after trapeziectomy for the treatment of thumb CMC joint osteo-arthritis.

The good results of trapeziectomy or prosthesis reoperation and Mini TightRope® suspensioplasty confirm its usefulness in treating thumb carpometacarpal severe arthritis. Objective outcomes measures are similar to other techniques. In cases of painful proximalisation of the first metacarpal after trapeziectomy, the use of the Mini TightRope® for first metacarpal suspension is a procedure that can improve the condition of some patients but cannot prevent further proximalisation.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Nicolas DREANT (Chirurgien) (Nice)
08:10 - 08:16 #27801 - CO127 Trapézectomie partielle arthroscopique avec ou sans ligamentoplastie dans le traitement de la rhizarthrose, résultats à au moins 10 ans de recul.
Trapézectomie partielle arthroscopique avec ou sans ligamentoplastie dans le traitement de la rhizarthrose, résultats à au moins 10 ans de recul.

Pierre DESMOINEAUX*, Lorie BELLITY, Tiphanie DELCOURT, Nicolas PUJOL

Orthopédie, Centre Hospitalier de Versailles, Le Chesnay, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : pdesmoineaux@free.fr (Pierre DESMOINEAUX)

En 1995, J.Menon publie les résultats de la première série de traitement arthroscopique de la rhizarthrose, associant une trapézectomie partielle et diverses interpositions. Il obtenait l’indolence dans 75% des cas.Le but de ce travail est de rapporter les résultats à au moins dix ans de recul, en comparant la série de trapézectomie partielle arthroscopique isolée (TP) et celle associée à une ligamentoplastie (TPL). Notre hypothèse était que les patients ayant bénéficiée d’une ligamentoplastie avaient un meilleur résultat fonctionnel.

Il s'agit d'une étude monocentrique prospective dans laquelle 83 patients ont été opérés entre 2002 and 2009 par un seul opérateur. Les patients ont été divisés en deux groupes consécutifs. A plus de dix ans de recul, quinze patients ont pu être revu dans le groupe Group TP, et vingt-huit dans le groupe TPL. L’appréciation des résultats comportait l’analyse par un observateur indépendant de la douleur, des mobilités et de la force. Les patients ont rempli des scores d’évaluation fonctionnelle globale (QuickDASH, PRWE et de l'hôpital Nelson). Le bilan radiographique comportait des clichés statiques selon Kapandji. L’analyse des données préopératoires permet de considérer les deux séries linéaires et consécutives comme des cohortes de patients homogènes entre elles.

Au recul moyen de 12,48 ans pour l’ensemble des patients on note une amélioration significative des douleurs avec 72 % de pouces indolores, de la force en prise globale et de la pince pouce-index. L’hyperextension métacarpo-phalangienne (MCP) s’est majorée de façon non significative. 92% des patients s’estimaient satisfaits de leur intervention. Aucune reprise chirurgicale n’a été nécessaire. Aucun syndrome douloureux régional complexe n’a été constaté dans les deux séries. Les résultats semblent néanmoins meilleurs pour les patients ayant bénéficié́ d’une ligamentoplastie. On retrouve un gain en force globale plus important de façon significative. Les radiographies retrouvent une néo-articulation trapézo-métacarpienne stable dans le temps sans récidive des signes d’arthrose.

La trapézectomie partielle arthroscopique avec ligamentoplastie qui pouvait être considérée comme une solution d’attente en étant moins invasive que les autres techniques, s’avère être une intervention efficace, peu morbide et avec un résultat durable. L’addition d’une ligamentoplastie apparait utile.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Lorie BELLITY (CCA) (Paris)
08:16 - 08:22 #27803 - CO129 Trapézectomie et ligamentoplastie au Gore-Tex® dans le traitement de la rhizarthrose. Résultats à plus de 10 ans de recul.
Trapézectomie et ligamentoplastie au Gore-Tex® dans le traitement de la rhizarthrose. Résultats à plus de 10 ans de recul.

Arthur DELLESTABLE* (1), Damien CHEVAL (2), Hoel LETISSIER (1), Dominique LE NEN (1)

1. CHRU Cavale Blanche, Brest, FRANCE

2. Centre Hospitalier de Cornouaille, Quimper, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : arthur.dell@hotmail.fr (Arthur DELLESTABLE)

La rhizarthrose est une pathologie fréquente. La trapézectomie est le gold standard chirurgical après échec d’un traitement médical. Plusieurs techniques ont été décrites pour éviter l’ascension de M1 et l’apparition d’un conflit scapho-M1. Nous avons décrit une technique de ligamentoplastie au Gore-Tex® pour s’épargner un prélèvement tendineux potentiellement délétère. Nous analyserons les résultats de cette technique à l’aide d’une courbe de survie à long terme. Les résultats seront ensuite comparés aux données de la littérature.

Étude rétrospective observationnelle monocentrique mono-opérateur. Les critères d’inclusion étaient la réalisation d’une trapézectomie de première intention. Les critères d’exclusion étaient la trapézectomie de reprise, suivi inférieur à 10 ans, refus de participation. Le critère de jugement principal était la survie sans événement (reprise chirurgicale et/ou EN>3). Les critères de jugement secondaires étaient la tolérance clinique du Gore-Tex® et l’évolution radiologique. Les patients ont été revus en consultation ou par questionnaire téléphonique.

54 patients ont été revus en consultation et 24 par téléphone. La survie sans événement à 10 ans est de 91,3%. La survie sans reprise à 10 ans est de 95%. 60,3% des patients sont indolores. Des signes d’ostéolyses sont retrouvés chez 24%. Nous n’avons pas rapporté de mauvaise tolérance clinique du Gore-Tex®. Le DASH moyen est de 25,5. L’hyperextension MP moyenne est de 30,6° et se majore de manière significative. L’index trapézien moyen est à 39,1% de celui d’origine et diminue de manière significative.

La survie sans événement à long terme est importante. Les données recueillies sont semblables aux données de la littérature concernant la qualité fonctionnelle ou les douleurs. Il est à noter l’apparition d’ostéolyse dans une partie de la population. Elle n’est pas corrélée avec une mauvaise tolérance clinique.

La trapézectomie avec ligamentoplastie au Gore-Tex® permet de traiter efficacement dans le temps la rhizarthrose. Le ligament en Gore-Tex® n’a pas entrainé de réaction à corps étranger dans cette étude. Cette technique de trapézectomie ne permet pas de traiter l’hyperextension MP associée à la rhizarthrose. Il est nécessaire de continuer à surveiller l’évolution radiologique et clinique à distance après mise en place de Gore-Tex®.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Arthur DELLESTABLE (Assistant spécialisé) (Brest)
08:22 - 08:27 Discussion commune.
08:27 - 08:33 #27804 - CO130 Résultats et Complications des trapézectomies au cours de l'arthrose TM: étude systématique au recul minimum de 5 ans.
Résultats et Complications des trapézectomies au cours de l'arthrose TM: étude systématique au recul minimum de 5 ans.

Marc SAAB (1), Grégoire CHICK* (2)

1. Service d’orthopédie, CHRU, Lille, FRANCE

2. Hand and Wrist Unit, Hôpital Latour, Genève, SUISSE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : CHICK@LA-MAIN.CH (Grégoire CHICK)

We performed a systematic review of the current literature regarding the outcomes and complications at a minimum of 5 years following trapeziectomy for primary basal thumb osteoarthritis (OA).

This systematic review was performed in accordance with the PRISMA guidelines. Four databases were searched for clinical studies related to outcomes and complications following primary pure trapeziectomy, with ligamentoplasty or biological interposition, in the context of OA. After exclusion of duplicates, 1034 records were screened and 267 full-text articles assessed for eligibility. After exclusion criteria were applied, 22 studies were included, involving 728 patients and 823 trapeziectomies. Outcomes extracted included pre- and post-operative clinical characteristics (pain visual analogue score, range of movement [ROM], strength of pinch and grip, satisfaction, and patient-reported outcome measures [PROMs]) and radiological characteristics. Complications were recorded, including mechanical changes (scaphometacarpal [scapho-M1] joint degeneration and metacarpophalangeal joint hyperextension); non-direct complications, which may result from any surgical intervention; complications linked to additional procedures; and revision surgeries.

Results at 5-year follow-up showed that trapeziectomy provided a 76% reduction in pain (82% of patients were pain free); 5.4% increase in key pinch, 14.7% increase in tip pinch, and 30% increase in grip strength; and 16° improvement in ROM. Patients receiving trapeziectomy had a reduction in thumb hyperextension of 65%, and satisfaction rates were 86%. Average progressive trapezial collapse was 23%; scapho-M1 impingement did not correlate with pain, grip strength or satisfaction. The overall complication rate was 14.8%. The most represented complications were linked to tendons or nerves affected during additional procedures to stabilise the joint (7.4%) and sensory radial nerve damage (9.3%). Mechanical complications included increased metacarpophalangeal joint extension (8.71%) and symptomatic scapho-M1 impingement (4.4%) leading to revisions (1.58%). Meta-analysis was not possible because of the heterogeneity of the studies and the limited presentation of data. Limitations of the study included poor quality of the included series.

At minimum 5-year follow-up, trapeziectomy achieved high patient satisfaction and pain relief. At the final follow-up, strength seemed to be deteriorating; however, correlation with trapezial collapse was not confirmed. Objective values such as the ROM and the decrease of the distance between the metacarpal and scaphoid bones did not correlate with outcomes. Complication rates and morbidity were relatively low. However, the significant number of issues related to mechanical complications (underestimated) and varying degrees of success should be highlighted in the information provided to patients.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Recherches cliniques/travaux scientifiques : non
Consultant, expert : non
Cours, formations : FOUNDATION FOR HAND SURGERY GENEVA SWITZERLAND
Documents publicitaires : non
Invitations à des congrès nationaux ou internationaux : non
Actionnariat : non
Détention d’un brevet ou inventeur d’un produit : IN2 BONES PLAQUE RADIUS NEOVIEW


Marc SAAB (Chef de Clinique) (Lille)
08:33 - 08:39 #27601 - CO112 La subluxation trapèzo-métacarpienne est-elle un facteur prédictif de faillite des trapèzectomies totales ?
La subluxation trapèzo-métacarpienne est-elle un facteur prédictif de faillite des trapèzectomies totales ?

Thomas  JAGER  (1), Alexandre  DURAND  (2), Germain  POMARES* (1)

1. Institut Européen de la Main, Luxembourg, LUXEMBOURG

2. Institut Européen de la Main, Nancy, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : germain.pomares@icloud.com (Germain POMARES)

Notre objectif principal est de déterminer la corrélation entre la subluxation préopératoire de l'articulation trapézo-métacarpienne et l'ascension postopératoire du premier métacarpien après réalisation d'une trapézectomie totale.

Cette étude rétrospective a été réalisée entre 1994 et 2003, sur des patients opérés d'une trapézectomie pour rhizarthrose, après un suivi minimum de 10 ans. Cette série évaluait l'évolution radiologique et clinique des trapézectomies. Les critères d'inclusions étaient la réalisation d'une trapézectomie isolée, et la disponibilité des patients à un minimum de 10 ans après l'intervention pour une évaluation clinicoradiologique. Toutes interventions chirurgicales trapézo-métacarpiennes secondaires à la trapézectomie constituaient un facteur d'exclusion ainsi que la présence préopératoire d'une déformation en M de la colonne du pouce. 

Cent vingts patients ont été identifiés ; 54 patients ont pu être revus (soit 67 trapézectomies). Une moyenne d'âge de 58 ans (43-76) au moment de l'intervention, et de 71 ans (55-89) lors de l'évaluation. Le recul moyen est de 13 ans (10-22). Le côté droit était opéré dans 37 cas, contre 30 fois pour le côté gauche. Un geste associé complétait la trapézectomie systématiquement, avec 51 interpositions, et 16 suspensioplasties.

Une hyperlaxité constitutionnelle était identifiée dans 2 cas. Une déformation secondaire gênante en M de la colonne du pouce était observée dans 16 cas. La comparaison entre les données préopératoires et postopératoires concernant la hauteur de M1 mettait en évidence une ascension systématique de M1 après l'intervention. Il existait une progression linéaire entre la subluxation préopératoire et l'ascension postopératoire de M1. Les 16 déformations en M observées après cette chirurgie de trapézectomie était observée associée à des ascensions majeur de M1. Il existait un lien statistique entre l'ascension postopératoire de M1, et la déformation en M de la colonne du pouce.

Le collapsus de la loge trapézienne est l'une des complications classiques des trapézectomies et représente un facteur d'échec. La déformation inesthétique de la colonne du pouce ainsi que les douleurs provoquées par le conflit scapho-métacarpien sont source de mécontentement, et de reprise chirurgicale. Les différents artifices techniques associés aux trapéziectomy totales ne sont, d'après la littérature, pas à l'origine de différence significative quand à la préservation de la hauteur de la loge de trapézectomie. L'identification préopératoire d'une subluxation de la base du premier métacarpien permet de contre indiquer la réalisation d'une trapézectomie totale chez ces patients.

La subluxation préopératoire de la base du premier métacarpien est un facteur prédictif de faillite des trapézectomies totales.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Germain POMARES (Chirurgien) (Luxembourg, Luxembourg)
08:39 - 08:45 #27805 - CO131 Évaluation radiographique et fonctionnelle de la trapézectomie totale pour rhizarthrose à 10 ans de recul minimal: à propos de 21 cas.
Évaluation radiographique et fonctionnelle de la trapézectomie totale pour rhizarthrose à 10 ans de recul minimal: à propos de 21 cas.

Ziad ABDALLA*, Marc SAAB, Thomas AMOUYEL, Elvire GUERRE, Christophe CHANTELOT, Nadine STURBOIS-NACHEF 

Service d’orthopédie, CHRU, Lille, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : ziad.g.abdallah@gmail.com (Ziad ABDALLAH)

Trapeziectomy is a technique of choice for osteoarthritis of the trapeziometacarpal joint, but few studies have assessed long-term radiological and clinical outcome in total trapeziectomy, mean follow-up being rather between 2 and 6 years in most cases. The main aim of the present study was to assess loss of trapezial space height at a minimum 10 years' follow-up. Secondary endpoints comprised functional outcome at the same follow-up.

Sixteen patients were retrospectively reassessed at a mean 13.8 years' follow-up (range, 10-17.8 years), for 21 total trapeziectomies. Criteria for the main endpoint comprised trapezial space height (TSH) and trapezial space ratio (TSR=TSH/thumb P1 phalanx length), both measured on Kapandji lateral views. Secondary endpoint criteria comprised pain, Kapandji opposition and retropulsion scores, active abduction, dynamometric parameters (key-pinch, tip-pinch and grip strength compared to the contralateral side), QuickDASH and satisfaction.

Early postoperative mean TSH and TSR were respectively 5.6 mm (range, 3.8-8) and 0.21 (0.15-0.29), compared to 3.7 mm (0.5-6.1) and 0.14 (0.02-0.25) at last follow-up. Ranges of motion were conserved, with mean Kapandji score of 9.3 (6-10), Kapandji retropulsion score of 2.8 (1-4) and active abduction of 43° (30-45°). Strength measurements were comparable to contralateral values except for key-pinch, which was significantly weaker on the operated side (4.8 kg (1.5-8.5 kg) versus 5.5 kg (1.5-8 kg); p=0.041). Mean QuickDASH was 23.5 (0-68.2), and overall satisfaction on VAS was 9.5/10 (6-10). Statistical testing confirmed the absence of correlation between radiological and clinical criteria.

Despite systematic trapezial space height loss, functional results were satisfactory and stable at a mean follow-up of 13.8 years. There was no correlation between radiological and clinical criteria in the long term.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Ziad ABDALLAH (Interne) (Lille)
08:45 - 08:50 Discussion commune.
08:50 - 08:53 #27806 - CO132 Description et évaluation de la reproductibilité de deux nouveaux index de surveillance des prothèses trapézo-métacarpiennes type rotule.
Description et évaluation de la reproductibilité de deux nouveaux index de surveillance des prothèses trapézo-métacarpiennes type rotule.

Axel VAN VLIET*, Benjamin HADDAD, Vladimir ROTARI, Hugo NAJJARI, Vittorio FERRARI, Emmanuel DAVID

Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique, CHU Amiens-Picardie, Amiens, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : axelvanvliet@gmail.com (Axel VAN VLIET)

Les prothèses trapézo-métacarpiennes à rotule présentent une survie intéressante à long terme. Le nombre de pose annuel a doublé entre 2008 et 2017. Les descellements et enfoncements des cupules trapéziennes constituent un enjeu dans la survie des implants, et l’identification de ces évènements est parfois délicate. L’objectif de cette étude est de proposer et d’évaluer une méthode de surveillance des implants via les mesures d’index trapézien et métacarpien.

Il s’agit d’une étude rétrospective portant sur 20 patients porteurs d’une prothèse Maïa (Groupe Lépine) avec un recul minimal de cinq ans.

Les index ont été mesurés en post-opératoire immédiat et aux différents contrôles annuels. 

Cinq mesures successives étaient réalisées par patient permettant d’obtenir pour chaque patient, après deux mesures consécutives, un intervalle de confiance prédictif de la mesure suivante, et permettant d’identifier une modification précoce de chaque index.

Quatre observateurs ont réalisé une mesure de chaque index à deux reprises avec une semaine d’intervalle, pour obtenir un coefficient de corrélation inter- et intra-observateur.

L’index trapézien moyen en post-opératoire est de 52,69% [48,02 – 57,35], contre une valeur au plus long recul de 50,12% [44,64 – 55,60] traduisant une perte de hauteur de 4,87% hautement significative (p < 0,01). L’index métacarpien moyen en post-opératoire est de 81,43% [79,39 – 83,48] pour une valeur moyenne au plus long recul de 81,66% [79,96 – 83,35] traduisant une augmentation de l’index de 0,27% non significative (p = 0,27). 

L’utilisation des intervalles de confiance permet d’identifier sept patients pour lesquels l’évolution était jugée non-cohérente.

Le coefficient de corrélation intra-observateur moyen est pour l’index trapézien de 0,94, pour l’index métacarpien de 0,98. Le coefficient de corrélation inter-observateur est en moyenne pour l’index trapézien de 0,93 (p < 0,01), pour l’index métacarpien de 0,94 (p < 0,01). La puissance calculée post-hoc était de 0,98.

L’index métacarpien proposé, bénéficie d’une bonne corrélation inter- et intra-observateurs ; il est stable dans le temps, témoignant d’une bonne intégration des tiges . L’index trapézien présente une corrélation inter- et intra-observateurs satisfaisante, mais dévoile des modifications sur 35% des patients, nécessitant des investigations complémentaires. L’évaluation de ces index couplée à des coupes scannographiques permettra de préciser leurs sensibilités et leurs spécificités.

Ces index simples et reproductibles permettent un suivi précis des prothèses trapézo-métacarpiennes et identifient les modifications radiographiques devant conduire à des examens complémentaires en vue d’améliorer la durée de vie des implants.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Axel VAN VLIET (Interne) (Amiens)
08:53 - 08:54 Discussion.
08:54 - 09:00 #27807 - CO133 L’effet de la libération capsulaire sur la mobilité et la stabilité des prothèses trapézo-métacarpiennes.
L’effet de la libération capsulaire sur la mobilité et la stabilité des prothèses trapézo-métacarpiennes.

Bram VAN HOVE (1), Jonas VANTILT (2), Amber BRUIJNES (1), Pieter CAEKEBEKE (1), Kristoff CORTEN (1), Ilse DEGREEF (3), Joris DUERINCKX* (1)

1. Ziekenhuis Oost-Limburg (ZOL), Genk, BELGIQUE

2. Orthopaedic Research Foundation Genk VZW, Genk, BELGIQUE

3. UZ Leuven, Leuven, BELGIQUE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : joris.duerinckx@gmail.com (Joris DUERINCKX)

L’association d’un remplacement total de l’articulation trapézo-métacarpienne avec une liberation capsulaire complète a été suggérée pour empêcher des luxations. Notre objectif était d’évaluer les conséquences de la libération capsulaire sur l’amplitude de mouvement et la stabilité longitudinale.

Sept mains cadavériques humaines fraîches congelées étaient utilisées pour mesurer les mouvements de l’articulation trapézo-métacarpienne. Nous avons aussi mesuré la distraction de l’articulation en mettant une force de traction longitudinale sur le pouce de 10N. Les mesures ont été faits avec un détecteur de mouvement 3D (Patriot system, Polhemus Inc., Colchester, VT, USA), avant et après la libération capsulaire et le remplacement total de l’articulation avec des cols de longueur progressivement croissante.

Par rapport à l’articulation trapézo-métacarpienne normale avec capsule articulaire intacte, le mouvement moyen de flexion–extension a été significativement augmenté pour la prothèse avec libération capsulaire et allongement jusqu’à 6 mm. Le mouvement moyen d’abduction–adduction n’a pas été significativement augmenté. La prothèse doit être rallongée plus que 4 mm pour avoir une distraction moyenne de moins de 2mm.

Une prothèse trapézo-métacarpienne, associée à une libération capsulaire, augmente l’amplitude de mouvement de l’articulation trapézo-métacarpienne, mais pas au delà des limites de la plupart des modèles de prothèses. L’articulation TMC avec libération capsulaire doit être rallongée plus que 4 mm pour obtenir une stabilité longitudinale suffisante pour les prothèses avec une tête de diamètre de 4 mm.

L’allongement nécessaire pour éviter la luxation pendant la phase postopératoire initiale peut théoriquement être diminué par l’utilisation d’une cupule semi-contrainte ou d’une tête de plus grand diamètre.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Bram VAN HOVE (Fellow) (Etterbeek, Belgique)
09:00 - 09:02 Discussion.
09:02 - 09:05 #27808 - CO134 Reprise de l’activité professionnelle après une chirurgie de prothèse trapézo-métacarpienne : Étude rétrospective de 193 patients.
Reprise de l’activité professionnelle après une chirurgie de prothèse trapézo-métacarpienne : Étude rétrospective de 193 patients.

David GUILLIER*, Bénédicte JEANDROZ, Vivien MORIS, Leslie Ann SEE, Philippe RIZZI, Narcisse ZWETYENGA, Alain TCHURUKDICHIAN 

Service de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et de la Main - Centre Hospitalier Universitaire, Dijon, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : docteurguillierdavid@gmail.com (David GUILLIER)

Les bénéfices de la prothèse trapézométacarpienne (TMC) sur la douleur, la force et les mobilités de la colonne du pouce sont reconnus. Le taux de survie de ces prothèses ne cesse de croitre au fil des évolutions permettant l’extension des indications aux patients en activité professionnelle souffrant de rhizarthrose. L’objectif de cette étude était d’évaluer la durée de convalescence avant reprise de l’activité professionnelle dans les suites d’une chirurgie d’implantation de prothèse trapézométacarpienne.

L’étude rétrospective et multicentrique était réalisée de janvier 2002 à janvier 2020. Tous les patients en activité professionnelle et ayant bénéficié d’une prothèse trapézo-métacarpienne étaient inclus. Les patients dépourvus d’activité professionnelle ou retraités étaient exclus. La reprise d’activité professionnelle était définie comme la reprise du poste à plein temps occupé avant la chirurgie. Le recours à une rééducation spécifique ainsi que les complications post-opératoires étaient précisés.

193 patients ont été inclus représentant un total de 244 prothèses (Ivory® = 60 prothèses soit 24,60%, ARPE® = 4 prothèses soit 1,60%, Moovis® = 82 prothèses soit 33,6%, Touch® = 98 prothèses soit 40,2%). L’âge moyen des patients était de 54,7ans (41-60ans, SD : 5,6) pour un ratio femme/homme de 148/45. Le suivi moyen était de 5 ans (0,4-18ans ; SD : 3,7). Le taux de re-intervention chirurgicale pour complication était de 8,2% avec une survie prothétique totale estimée à 97,2%. La reprise d’activité professionnelle était réalisée en moyenne après 48 jours (29-210 jours, SD = 22,7) sans différence significative entre chaque sexe. La reprise n’a pas été possible dans treize cas soit 5,3%. Le recours à de la kinésithérapie spécifique était nécessaire après 11 interventions (4,5%).

L’âge et les contraintes imposées par l’activité professionnelle sont parfois considérés comme des freins aux implants prothétique. Cependant, la reprise d’activité professionnelle a pu être envisagée dans 94,7% avec un délai de convalescence moyen inférieur à 50 jours sans détériorer la survie globale de l’implant.

La prothèse trapézo-métacarpienne est une solution efficace aux patients souffrant de rhizarthrose. Elle permet la reprise de l’activité professionnelle dans la grande majorité des cas après un temps de convalescence restreint

Déclaration de liens d’intérêts : 

Recherches cliniques/travaux scientifiques : non
Consultant, expert : Kerimedical
Cours, formations : Kerimedical
Documents publicitaires : non
Invitations à des congrès nationaux ou internationaux : non
Actionnariat : non
Détention d’un brevet ou inventeur d’un produit : non


David GUILLIER (PH-U) (Dijon)
09:05 - 09:06 Discussion.
09:06 - 09:12 #27809 - CO135 Résultats radio-cliniques des prothèses trapézo-métacarpiennes Maïa: à propos de 28 cas à 89 mois de recul moyen.
Résultats radio-cliniques des prothèses trapézo-métacarpiennes Maïa: à propos de 28 cas à 89 mois de recul moyen.

Axel VAN VLIET*, Benjamin HADDAD, Vladimir ROTARI, Hugo NAJJARI, Vittorio FERRARI, Emmanuel DAVID 

Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique, CHU Amiens-Picardie, Amiens, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : axelvanvliet@gmail.com (Axel VAN VLIET)

La survie et les résultats radio-cliniques des prothèses trapézo-métacarpiennes sont satisfaisants à moyen terme. Les complications fréquentes comme les luxations et les descellements de cupules trapéziennes tendent à diminuer avec les prothèses de nouvelle génération. L’objectif de cette étude était d’évaluer les résultats cliniques et radiologiques de la prothèse Maïa à long terme.

Nous avons conduit une étude rétrospective monocentrique sur 28 patients opérés entre 2010 et 2015 d’une prothèse Maïa. Les résultats cliniques et radiographiques ont été évalués et comparés aux résultats pré-opératoires et à une évaluation intermédiaire non publiée à 21 mois de recul.

L’âge moyen au moment de la chirurgie était de 61,1 ans [49 – 77] pour un recul moyen de 89 mois [62 – 112]. Le recul minimum était de cinq ans. Deux patients ont été perdus de vue (7,14%). Tous les patients sauf un ont bénéficié de l’implantation d’une cupule rétentive. Le taux de survie au plus long recul est de 89,28%. Le score qDASH moyen était de 18,18 [0 – 72,70] et le score bMHQ moyen était de 83,56 [28 – 100]. Tous les patients étaient satisfaits ou très satisfaits et auraient recours à la procédure à nouveau. Le score de Kapandji moyen était de 9,17 [5 – 10], pour un score de contre-opposition de 2,33 [1 – 3]. La valeur moyenne du grip-strength était de 14,19 kg [0 – 19], la valeur moyenne du key-pinch était de 6,25 kg [3 – 8,5]. L’analyse de l’évolution du key-pinch a montré une augmentation de 24% significative. Le taux de luxation dans cette série est de 3,5%. Le taux de révision est de 10,7%. Nous n’identifions pas d’hyperextension de l’articulation métacarpo-phalangienne et la longueur de la première colonne est préservée à long terme. Par ailleurs, aucune usure du polyéthylène n’a été mise en évidence.

Les résultats à long terme obtenus avec la prothèse Maïa sont proches de ceux obtenus avec d’autres implants. Nos résultats renforcent l’idée d’un développement musculaire persistant après implantation de la prothèse permettant une restauration de la force de key-pinch. L’utilisation d’implant rétentif ne semble pas augmenter l’usure du polyéthylène et donc le taux de descellement.

Les implants à rotule de nouvelle génération bénéficient d’une bonne ostéointégration et permettent de restaurer une longueur de la première colonne persistante dans le temps à l’origine d’une restauration musculaire satisfaisante.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Axel VAN VLIET (Interne) (Amiens)
09:12 - 09:18 #27810 - CO136 La prothèse trapézo-métacarpienne Maia® dans la rhizarthrose : évaluation clinique et radiographique avec plus de 10 ans de recul.
La prothèse trapézo-métacarpienne Maia® dans la rhizarthrose : évaluation clinique et radiographique avec plus de 10 ans de recul.

Adriano TOFFOLI*, Philippe TEISSIER, Jacques TEISSIER

Clinique Saint Jean, Montpellier, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : adriano.toffoli@gmail.com (Adriano TOFFOLI)

La rhizarthrose est l’atteinte dégénérative la plus fréquente de la main. L’arthroplastie trapézo-métacarpienne est une des options thérapeutiques de référence. L’objectif de cette étude était d’évaluer les résultats cliniques et radiographiques de la prothèse Maia® à moyen terme avec 10 ans de recul minimum.

Une étude rétrospective a été menée sur 92 arthroplasties trapézo-métacarpiennes de type Maia® réalisées entre février 2006 et avril 2009 avec une moyenne d’âge des patients de 67 ans. (min = 55, max = 84).

Les critères de jugement cliniques incluaient la satisfaction, la douleur (échelle EVA), la mobilité avec l’indice d’opposition de Kapandji, la force (grasp et pinch) ainsi que le score fonctionnel QuickDASH. 

Une analyse radiographique sur incidences de kapandji recherchait des signes d’enfoncement ou de descellement des implants trapéziens et métacarpiens, d’usure du polyéthylène et d’ossifications ectopiques.

Le recul minimum était fixé à 10 ans.

Le recul moyen était de 136 mois post opératoire (min=120, max= 161). 

86 % des patients étaient très satisfaits ou satisfaits. 

L’EVA était évaluée à 1,7/10. Le score d’opposition moyen était de 9,2/10. Le score QuickDash moyen était de 19,6/100. La force de la pince pollicidigitale terminolatérale était mesurée à 5,75 kg et la force de la prise palmodigitale à 23,5 kg. L’antépulsion et l’abduction moyennes étaient respectivement de 33° et 35°. Sept reprises chirurgicales ont été constatées pour descellement trapézien. La survie de la prothèse Maia® à 11 ans était de 88%. 

Au plan radiographique, on retrouvait 13,4% de lisérés trapéziens, 4 enfoncements de l’implant trapézien stables et 17 % d’ossifications ectopiques. 

Il n’existait aucune modification au niveau des tiges métacarpiennes.

L’évaluation de la prothèse Maia® à plus de 10 ans confirme la grande stabilité de l’implant dans le temps.

Le faible taux de complications, les bons résultats cliniques et l’excellente survie de ces implants modulaires font de la prothèse Maia® un traitement de choix de la rhizarthrose.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Recherches cliniques/travaux scientifiques : non
Consultant, expert : Groupe Lépine
Cours, formations : Groupe Lépine
Documents publicitaires : non
Invitations à des congrès nationaux ou internationaux : non
Actionnariat : non
Détention d’un brevet ou inventeur d’un produit : Groupe Lépine


Adriano TOFFOLI (Orthopédiste Chirurgien de la main) (Montpellier)
09:18 - 09:24 #27811 - CO137 Utilisation de la prothèse double mobilité TOUCH pour le traitement de l'arthrose trapèze métacarpienne de l'homme active.
Utilisation de la prothèse double mobilité TOUCH pour le traitement de l'arthrose trapèze métacarpienne de l'homme active.

Aurélien AUMAR*, Jérôme PIERRART, Alexandre SAUVAGE, Stéphane HOUZE

Cabinet ARCHIMED, Lesquin, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : docteur.aurelien.aumar@gmail.com (Aurélien AUMAR)

L'arthrose de l'articulation trapézo-métacarpienne (TMC) ou rhizarthrose constitue l'arthrose de la main la plus fréquente. Initialement réputée pour toucher essentiellement la femme de plus de 50 ans, la rhizarthrose touche de plus en plus d'hommes jeunes et actifs. 

Le recours à la trapézectomie ou l'arthrodèse de l'articulation TMC constituent les traitements de référence chez l'homme. 

L'avènement de l'arthroplastie double mobilité semble réduire le taux de luxation précoce, et limiterait théoriquement les contraintes sur les implants.

L'objectif de notre étude est d'évaluer les résultats précoce à 12 mois de recul de l'utilisation de la prothèse TOUCH dans le cadre de l'arthrose trapèze métacarpienne de l'homme actif.

Nous avons mené une étude prospective unicentrique descriptive avec un recul minimum de 12 mois. 

Les patients de plus de 18 ans et de moins de 70 ans présentant une atteinte de l'articulation TMC sans atteinte STT ont été inclus. 

Les lésions traumatiques aiguës étaient exclues. 

Pour chaque patient ont été évalué à 3 mois, 6 mois et 12 mois la valeur du score d'opposition, du Pinch test, de la force de poigne, du Quick DASH et de l'EVA. Le délai du retour aux activités professionnelles ou quotidienne était également évalué.

Vingt six patients ont bénéficié de la mise en place d'une prothèse TOUCH entre le premier janvier 2018 et 31 décembre 2019. 

Aucun perdu revu n'a été identifié. 

L'EVA post opératoire moyenne était à 12 mois étaient de 1,3/10

Le score d'opposition moyen était de 9,2 (DS: 0,6)

Le pinch post opératoire était en moyenne de 82 % par rapport au côté contro latéral. 

Le délais moyen de retour aux activités quotidiennes et professionnelles était de 2,4 mois.

Un épisode de luxation précoce est survenu, traité par un brochage temporaire sans conséquence fonctionnelle secondaire.

L'utilisation de la prothèse double mobilité TOUCH semble une alternative fiable, sur une évaluation à court terme et permettrait un retour précoce aux activités de la vie quotidienne et professionnelles. 

Une étude prospective avec un recul supérieur est nécessaire pour garantir de la fiabilité de l'utilisation de cette technique chirurgicale chez l'homme actif, pour le traitement de l'arthrose trapèze-métacarpienne

Déclaration de liens d’intérêts : 

Recherches cliniques/travaux scientifiques : non
Consultant, expert : KERIMEDICAL
Cours, formations : KERIMEDICAL
Documents publicitaires : non
Invitations à des congrès nationaux ou internationaux : non
Actionnariat : non
Détention d’un brevet ou inventeur d’un produit : non


Aurélien AUMAR (CHIRURGIEN ORTHOPEDISTE) (Lille)
09:24 - 09:30 Discussion commune.
09:30 - 09:36 #27813 - CO138 Résultats cliniques à moyen terme des différentes stratégies de reprises chirurgicales des arthroplasties trapézométacarpiennes en fonction du stock osseux trapézien résiduel : à propos de 52 cas.
Résultats cliniques à moyen terme des différentes stratégies de reprises chirurgicales des arthroplasties trapézométacarpiennes en fonction du stock osseux trapézien résiduel : à propos de 52 cas.

Adriano TOFFOLI*, Philippe TEISSIER, Jacques TEISSIER 

Clinique Saint Jean, Montpellier, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : adriano.toffoli@gmail.com (Adriano TOFFOLI)

L’échec de l’implant trapézien est la principale cause de reprise des arthroplasties trapézo-métacarpiennes. Les échecs précoces sont le plus souvent en rapport avec un défaut d’ostéo-intégration. Les échecs tardifs sont le résultat d’une usure du polyéthylène à l’origine d’instabilité ou de réaction granulomateuse à débris d’usure, cause d’une ostéolyse péri-trapézienne et de descellement. La trapézectomie est le gold standard de la reprise chirurgicale. 

L’objectif était d’évaluer les résultats des principales alternatives à la trapézectomie dans la stratégie de reprise.

L’âge moyen des patients au moment de la reprise était de 65 ans. 

Les stratégies de reprises chirurgicales étaient fonction du stock osseux trapézien : 

-Changement de cupule trapézienne (impactée ou cimentée) sans greffe osseuse : 11 cas. 

-Changement de cupule trapézienne avec greffe osseuse (spongieuse ou corticospongieuse) : 22 cas. 

-Changement de cupule trapézienne avec implant de reprise dédié : 3 cas. 

-Trapézectomie avec prothèses scapho métacarpienne : 7 cas. 

-Implant d’interposition en pyrocarbone : 3 cas.

Le recul moyen était de 9,6 ans post opératoire. 

76 % des patients étaient satisfaits ou très satisfaits. 

L’EVA était évaluée à 1,7/10. Le score d’opposition moyen était de 8,6. Le score Quick Dash moyen était de 23,7/100. La force de la pince pollicidigitale terminolatérale était mesurée à 57% du côté controlatéral lorsque celui-ci était sain. 5 cas de reprises chirurgicales itératives ont été observés, 4 pour descellement trapézien itératif, 1 pour instabilité. La survie de ces implants de reprise était de 91% à 9 ans et demi. Au plan radiographique, on retrouvait 37% de liserés parmi les implants de reprise.

La trapézectomie est le gold standard de la reprise chirurgicale des échecs d’arthroplasties trapézo-métacarpiennes. Les données de la littérature rapportent des résultats équivalents à ceux des trapézectomies de première intention. Cette série démontre qu’une prothèse peut néanmoins dans certains cas précis être conservée préservant ainsi les bénéfices d’une arthroplastie prothétique : conservation de la longueur du pouce avec correction de la déformation en Z, meilleure conservation de la force pouce index et meilleur aspect esthétique.

La trapézectomie n’est pas la seule option chirurgicale après échec d’arthroplastie trapézo-métacarpienne. La stratégie de reprise chirurgicale est guidée par le stock osseux trapézien résiduel.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Recherches cliniques/travaux scientifiques : non
Consultant, expert : Groupe Lépine
Cours, formations : Groupe Lépine
Documents publicitaires : non
Invitations à des congrès nationaux ou internationaux : non
Actionnariat : non
Détention d’un brevet ou inventeur d’un produit : Groupe Lépine


Adriano TOFFOLI (Orthopédiste Chirurgien de la main) (Montpellier)
09:36 - 09:38 Discussion.
09:38 - 09:44 #27814 - CO139 Comparaison entre prothèse MAIA et trapézectomie dans le traitement de la rhizarthrose : résultats à 9 ans.
Comparaison entre prothèse MAIA et trapézectomie dans le traitement de la rhizarthrose : résultats à 9 ans.

Anne-Charlotte SEAOURT*, François DAP, Gilles DAUTEL, Lionel ATHLANI

Centre Chirurgical Emile Gallé, Nancy, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : annecharlotte.seaourt@gmail.com (Anne-Charlotte SEAOURT)

Le but de cette étude rétrospective était de rapporter et de comparer les résultats de la prothèse MAIA® et de la trapézectomie dans le traitement chirurgical de l'arthrose trapézométacarpienne.

Nous avons inclus 92 patients (8 hommes, 84 femmes), d'âge moyen de 57 ans (44–75 ans) opérés de leur rhizarthrose soit par trapézectomie avec interposition (44 patients) soit par arthroplastie trapézométacarpienne par prothèse MAIA® (48 patients). Tous les patients ont été revus en consultation par un examinateur indépendant pour une évaluation clinique (douleur, forces, mobilités, scores fonctionnels) et radiographique.

Les caractéristiques préopératoires des deux groupes étaient comparables. Au recul moyen de 9 ans (8-10 ans), nous avons constaté une réduction significative de la douleur dans chacun des deux groupes. Il n'y avait aucune différence significative en termes de douleur, de force de préhension, de mobilité du pouce et de score de Quick-DASH entre les deux groupes. La force de la pince et la sous-catégorie travail du questionnaire MHQ étaient significativement meilleurs dans le groupe de prothèse MAIA®. Dans le groupe MAIA®, le temps de convalescence était plus court de 6 semaines, moins de patients ont nécessité une rééducation et moins longtemps. En postopératoire, la longueur de la colonne du pouce était significativement inférieure dans le groupe de trapézectomie. Dans ce groupe, nous avons trouvé une diminution significative de la hauteur de la loge de trapézectomie entre l'évaluation postopératoire immédiate et au dernier recul, avec trois patients ayant un conflit scaphométacarpien douloureux. Deux patients ont dû subir une révision chirurgicale pour une hyperextension articulaire métacarpophalangienne symptomatique. Dans le groupe MAIA®, nous n'avons retrouvé aucune luxation, fracture ou descellement de l’implant.

Au vu de cette étude, la prothèse MAIA® et la trapézectomie avec interposition représentaient deux options chirurgicales efficaces à moyen et long terme dans le traitement de la rhizarthrose. La prothèse MAIA® semblait être une alternative valable et fiable à la trapézectomie avec des avantages en termes de convalescence et de stabilité des résultats dans le temps.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Anne-Charlotte SEAOURT (CCA) (Nancy)
09:44 - 09:46 Discussion.
09:46 - 09:52 #27815 - CO140 Arthrose péri-trapezienne et prothèse trapezo-métacarpienne.
Arthrose péri-trapezienne et prothèse trapezo-métacarpienne.

Sarah ZAMOUR*, Gauthier MENU, Anaïs DE BIE, Alexandre BUFFET, Camille ECHALIER, Sebastien EL RIFAI, Etienne BOYER, Isabelle PLUVY, Laurent OBERT, François LOISEL 

Orthopédie, Traumatologie, Plastique et Reconstructrice, SOS Main, CHU Jean Minjoz, Besançon, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : sarah.zamour@gmail.com (Sarah ZAMOUR)

L’arthrose péri-trapézienne pose le problème du meilleur traitement : trapézectomie ou geste chirurgical sur l’articulation la plus douloureuse. Dans notre expérience c’est l’articulation trapézo-métacarpienne qui est responsable de la gêne la plus importante. Cependant il a longtemps été admis que la prothèse trapézo-métacarpienne était contre-indiquée dans cette indication. Nous rapportons les résultats d’une série d’arthrose péri-trapézienne opérée par une prothèse trapézo-métacarpienne afin d’évaluer le devenir de la prothèse et de l’arthrose STT.

Sur une série de 189 prothèses, 28 patients (31 prothèses) de 67 ans (54-84) présentaient une arthrose péri-trapézienne (19%). Le sex-ratio était de 1 homme pour 6 femmes. Ces patients ont été évalués rétrospectivement au plus grand recul grâce au score de Kapandji, du QDash et du PRWE. Une évaluation de l’évolution de l’arthrose STT et de la prothèse (liserés – descellement – réopération) était réalisée sur des radiographies au plus grand recul.

15 patients (17 prothèses) ont pu être évalués avec un recul de moyen de 73,7 mois (8-144). Aucun patient n’a été opéré dans cette période pour une complication de la prothèse ou une évolution de l’arthrose STT. Aucun DISI n’était visible au plus grand recul. Le QuickDash atteignait 20,1(0-55), le PRWE 13,9 (0-72,5), le score de Kapandji 9 (4-10). 12/15 patients étaient « satisfait » ou « très satisfait ». Aucune prothèse n’a été explantée.

Le traitement de l’étage trapézo-métacarpien, le plus symptomatique dans la très grande majorité des cas, permet de donner de la mobilité à la colonne du pouce et de minimiser les symptômes liés à l’arthrose STT. L’arthrose péri-trapézienne ne contre-indique pas la mise en place d’une prothèse trapézo-métacarpienne au vu de notre expérience et à ce recul dont la survie est bonne.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Sarah ZAMOUR (Interne) (Paris)
09:52 - 09:58 #27816 - CO141 Evolution de l’arthrose Scapho-Trapézo-Trapézoïdienne après prothèse trapézo-métacarpienne.
Evolution de l’arthrose Scapho-Trapézo-Trapézoïdienne après prothèse trapézo-métacarpienne.

Leo CHICHE*, Paul VIAL D'ALLAIS, Salomé RAVOYARD, Pierre-Emmanuel CHAMMAS, Olivier BOZON, Cyril LAZERGES, Bertrand COULET, Michel CHAMMAS

Chirurgie orthopédique du membre supérieur, chirurgie de la main, CHU Lapeyronie, Montpellier, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : leo.chiche@gmail.com (Leo CHICHE)

En cas d’arthrose Scapho-Trapézo-Trapézoïdienne (STT) asymptomatique, la mise en place d’une prothèse trapézo-métacarpienne (PTM) est possible mais le devenir de cette articulation reste incertain. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’évolution radiologique de l’arthrose STT après mise en place d’une PTM dans le traitement chirurgical de la rhizarthrose du pouce.

Nous avons réalisé une étude rétrospective monocentrique incluant 167 PTM chez 131 patients, opérés entre 2001 et 2016. L’évaluation clinique était effectuée par un auto-questionnaire comprenant les items douleur, satisfaction, délai de récupération, score de Quick-DASH, et opposition selon Kapandji. Des radiographies du pouce évaluaient l’arthrose sur l’articulation STT selon les stades de Crosby.

Une arthrose STT était retrouvée en post-opératoire dans 97 cas (58,1%) Vs 36% en pré-opératoire. Parmi ces 97 cas, 62 (37,1%) correspondaient à une évolution de l’arthrose STT initiale, avec un gain médian de 1 stade.

77,3% des arthroses STT de stade 2 ont progressé vers un stade 3, alors que 35,0% des arthroses de stade 1 et 32,7% des stades 0 ont progressé d’un ou deux stades. En post-opératoire, on retrouve une relation directe entre le stade d’arthrose STT selon Crosby et la douleur sur l’échelle EVA, (p<0,001), et entre le stade d’arthrose STT et le score de Quick-DASH (p=0,018), selon la présence d’une arthrose STT post-opératoire (Crosby 2 et 3) ou non (Crosby 1 et 2).

Les résultats fonctionnels (Douleurs, Quick-DASH, opposition selon Kapandji) étaient significativement moins bons en cas d’arthrose STT retrouvée sur les radiographies post-opératoires (Stade 2 et 3 de Crosby), respectivement p<0,001, p=0,003, p=0,051.

Peu d’auteurs s’intéressent à l’évolution de l’arthrose STT après pose d’une PTM. 

L’évaluation clinique est difficile car la douleur TM est souvent au premier plan et Il est délicat de faire la part des choses entre une décompensation d’arthrose STT initialement asymptomatique après mise en place d’une PTM, et la présence de douleurs STT pré-opératoires non diagnostiquées.

Au fil du temps, après implantation d’une PTM, l’arthrose STT progresse d’autant plus, que le stade initial est élevé avec un impact retrouvé sur les résultats fonctionnels (EVA et Quick-DASH) 

Ces résultats sont cependant difficiles à interpréter car l’évaluation a été faite uniquement par auto-questionnaire.

L’implantation d’une PTM en cas d’arthrose STT pré-opératoire de stade 3 asymptomatique, ou d’arthrose STT symptomatique quel que soit le stade, doit être mûrement réfléchie, au risque de voir apparaître des douleurs post-opératoires précoces.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Paul VIAL D'ALLAIS (Montpellier)
09:58 - 10:02 Discussion commune.
10:02 - 10:08 #27817 - CO142 Technique chirurgicale éducative de la pose d'une prothèse trapèze métacarpienne double mobilité. (Vidéo flash).
Technique chirurgicale éducative de la pose d'une prothèse trapèze métacarpienne double mobilité. (Vidéo flash).

Aurélien  AUMAR*

Cabinet ARCHIMED, Lesquin, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : docteur.aurelien.aumar@gmail.com (Aurélien AUMAR)

Cette vidéo Flash a pour but de détailler les différents temps opératoires de la mise en place d'une prothèse trapèze métacarpienne double mobilité par voie dorso latérale. 

L'approche clinique diagnostique sera envisagée ainsi que les modalités d'évaluation post opératoire. 

L'objectif principal de la cette video flash est de constituer les bases fondamentales de la prise en charge chirurgicale d'une arthrose trapèze métacarpienne par le biais d'une prothèse double mobilité.

- Voie d'abord dorso latérale 

- détails anatomiques: repérage de l'artère radiale, repérage des terminaisons de la branche superficielle du nerf radial 

- Capsulotomie en L

- recoupe métacarpienne 

- libération du métacarpien

- recoupe des cornes du trapèze 

- mise en place des implants 

- essai 

- mise en place du couple final. 

- fermeture plan par plan

- analyse clinique pré opératoire: examen clinique, analyse morphologique. 

- Description de la technique opératoire 

- analyse clinique post opératoire et modalités d'auto rééducation

L'arthroplastie trapèze métacarpienne double mobilité mérite d'être enseignée et apprise car elle constitue une option thérapeutique fiable pour le traitement de l'arthrose trapèze métacarpienne.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Recherches cliniques/travaux scientifiques : non
Consultant, expert : KERIMEDICAL
Cours, formations : KERIMEDICAL
Documents publicitaires : non
Invitations à des congrès nationaux ou internationaux : non
Actionnariat : non
Détention d’un brevet ou inventeur d’un produit : non


Aurélien AUMAR (CHIRURGIEN ORTHOPEDISTE) (Lille)
10:08 - 10:10 Discussion.
10:10 - 10:14 #27812 - CO143 Traitement du descellement d'un cupule trapézienne prothétique par greffe iliaque massive pour reconstruction du trapèze: technique et premiers résultats.
Traitement du descellement d'un cupule trapézienne prothétique par greffe iliaque massive pour reconstruction du trapèze: technique et premiers résultats.

Vansh KAPILA (1), Bert VANMIERLO (2), Chul Ki GOORENS (3), Kjell VAN ROYEN (4), Jean GOUBAU* (5)

1. Universitair Ziekenhuis Gent, Gent, BELGIQUE

2. Delta Ziekenhuis, Roeselare, BELGIQUE

3. Hagelandse Orthopedische Praktijk, Tienen, BELGIQUE

4. Damiaan Ziekenhuis, Oostende, BELGIQUE

5. Maria Middelares Ziekenhuis, Gent, BELGIQUE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : jean@goubau.eu (Jean GOUBAU)

Trapeziometacarpal joint replacement was first described by Jacques de la Caffinière in 1973 using a constraint ball and socket prosthesis. Ever since then the technique has been ameliorated and modified. Johnston (2012) reported a survivorship of 73.9% at 26 years for the de la Caffinière prosthesis. 

In uncemented ball and socket prosthesis, a lack of ingrowth of the cup or loosening of the implant in the trapezium can be the cause of pain and failure. 

In 2017 Jacques Teissier from Montpellier reported his first cases using a massive graft from the iliac crest in order to preserve the prosthetic cup replacement instead of converting it to a trapeziectomy. Trapeziectomy can be a valuable treatment to treat a ball and socket prosthetic failure at long term, but doesn’t always cope reasonably with early failures due to loosening or malpositioning of the cup.

We used this technique in 5 patients between November 2017 and November 2019. In this procedure cup alignment after augmentation remains the most difficult issue, since the space to anchor the cup into the reconstructed trapezial defect is small and brittle. In uncemented cups a press fit anchorage is mandatory to allow a firm bony ingrowth of the uncemented cup, and in this revision procedure the alignement and fitting is not always as easy as in primary prosthetic replacement.

We report the first results using two types of uncemented ball and socket prosthesis: the Ivory® and the Touch® ball and socket prosthesis. The surgical technique is illustrated together with the early and late results. Limitations are illustrated and technical pitfalls which can be avoided as well.

The described technique is a good option in order to salvage a loosened cup with an excavated trapezium leaving the cortical structure intact. These loosenings creating a bony sarcophagus in the trapezium can occur early or even on the long run. Preserving the trapezium is a valuable solution especially in early loosening of the trapezium. However, it can not be proposed in case of massive cortical destruction of the trapezium.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Recherches cliniques/travaux scientifiques : non
Consultant, expert : non
Cours, formations : non
Documents publicitaires : non
Invitations à des congrès nationaux ou internationaux : non
Actionnariat : non
Détention d’un brevet ou inventeur d’un produit : Stryker


Vansh KAPILA (Assistant) (Antwerp, Belgique)
10:14 - 10:15 Discussion.

08:00-09:05
Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris

G2-31
Communications libres
Couverture

Communications libres
Couverture

Modérateurs : André GAY (Chirurgien Libéral) (Marseille), Thomas JAGER (Chirurgien orthopédique) (Luxembourg, Luxembourg)
08:00 - 08:06 #27598 - CO144 Etude anatomique de faisabilité d’un lambeau libre ostéo-cutané prélevé sur l’ulna proximal.
Etude anatomique de faisabilité d’un lambeau libre ostéo-cutané prélevé sur l’ulna proximal.

Olivier NICOD, Thomas JAGER, Germain  POMARES*

Institut Européen de la Main, Luxembourg, LUXEMBOURG

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : germain.pomares@icloud.com (Germain POMARES)

L'objectif de cette étude sur pièce anatomique est d'évaluer la faisabilité d'un lambeau libre ostéocutané prélevé à partir de l'ulna proximal afin de proposer une solution de  reconstruction adaptée aux traumatismes complexes de la main.

Dix-neuf membres supérieurs frais indemnes de toute cicatrice dans la région du coude ont été injectés au niveau de l'artère brachiale par une solution de Microfil MV-130 (Flow Tech, Inc, Carver, MA). 

L'abord de la gouttière épitrochléo-olécrânienne était systématique afin d'exposer l'artère collatérale ulnaire supérieure et le nerf ulnaire. L'existence de perforantes osseuses et cutanées était recherchée. La présence de telles perforantes était appréciée durant les dissections ainsi que leurs niveaux d'émergence par rapport à l'épitrochlée. La longueur du pédicule était également évaluée.

Dans les 19 dissections menées, la présence de perforantes osseuses et cutanées issues de l'artère collatérale ulnaire supérieure ont systématiquement été mises en évidence. La longueur moyenne du pédicule à partir de l'artère collatérale ulnaire supérieure était systématiquement supérieure à 8,5 cm. La perforante cutanée se projette distalement par rapport à l'épitrochlée à 20 mm en moyenne, et 40 mm pour la perforante osseuse.

Un lambeau libre ostéocutané peut être prélevé au niveau de l'ulna proximal et de la face interne du coude. La constance des perforantes osseuses et cutanées lors des 19 dissections anatomiques autorise l'utilisation de ce lambeau en routine clinique. Toutefois, ce prélèvement impose une neurolyse et transposition antérieure systématique du nerf ulnaire.

Ce lambeau libre ostéocutané de l'ulna proximal pourrait constituer une solution alternative pour les pertes de substance ostéocutanées de la main en permettant un prélèvement sur le même membre.

Un lambeau ostéocutané libre peut être prélevé de façon constante au départ de l'artère ulnaire récurrente postérieure par un abord médial du coude au niveau de la gouttière épitrochléo-olécrânienne. Cette technique doit encore démontrer son innocuité et son efficacité lors de chirurgies de reconstruction de la main in vivo.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Germain POMARES (Chirurgien) (Luxembourg, Luxembourg)
08:06 - 08:08 Discussion.
08:08 - 08:14 #27739 - CO145 Séquelles fonctionnelles et esthétiques du lambeau antébrachial radial : une étude multicentrique en reconstruction cervico-faciale après chirurgie carcinologique.
Séquelles fonctionnelles et esthétiques du lambeau antébrachial radial : une étude multicentrique en reconstruction cervico-faciale après chirurgie carcinologique.

Justine BOUCHER*

CHRU, Lille, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : boucher.justine@live.fr (Justine BOUCHER)

Radial forearm flap is widely used for the wound coverage thanks to its many qualities, despite the aesthetic and functional sequelae described. The objective of this study was to evaluate the functional and aesthetic sequelae of the forearm flap in patients treated for cervicofacial reconstruction after carcinologic surgery or for the management of treatment-related sequelae.

This is a French multicentric observational and descriptive study. Postoperative complications, functional sequelae, impact on patients' daily lives and aesthetic aspects were evaluated by questionnaire.

Among 191 flaps, 41 patients (21%) had postoperative complications, such as partial or complete skin graft necrosis (8.2%) and tendon exposure (8.4%). Healing was achieved on average in 52 +/- 37 days. After a follow-up of 6 months, 56 patients (29.3%) had at least one sequelae such as pain, retractable scar, paraesthesia or sensory deficit. On a scale of 1 to 5, the aesthetic appearance was 2.3 on average, with an impact on daily life of 1.3 on average. Finally, the sequelae in comparison with the benefit of reconstruction were 1.45 on average.

Tendinous exposure is the postoperative consequence to be feared. The sequelae of the forearm flap are not insignificant, with pain and sensory deficits in particular, but have little impact on the daily life of patients, with an aesthetic aspect quite acceptable for the patients.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Justine BOUCHER (Lille)
08:14 - 08:16 Discussion.
08:16 - 08:22 #27632 - CO146 Vascularisation cutanée de la face dorsale de la main : individualisation anatomique d’une arcade artérielle perforante.
Vascularisation cutanée de la face dorsale de la main : individualisation anatomique d’une arcade artérielle perforante.

Yoann POIROT* (1), Silvia GANDOLFI  (1), Isabelle AUQUIT-AUKBUR  (1), Antoine Guy HUE  (2), Fabrice DUPARC  (2)

1. Chirurgie plastique,  CHU, Rouen, France

2. Chirurgie orthopédique,  CHU, Rouen, France

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : yoannpoirot92@gmail.com (YOANN POIROT)

Salmon évoquait en 1936 l'existence de plusieurs arcades transverses entre deux versants radial et ulnaire d'organisation très aléatoire venant alimenter la partie proximale de la peau du dos de la main. Nous avons pu, dans une étude préliminaire, décrire une seule arcade perforante proximale superficielle constante et bien définie.

L'objectif principal de cette étude était de réaliser une description anatomique et radiologique de cette arcade vasculaire superficielle au 1/3 proximal des métacarpiens des doigts longs. Les objectifs secondaires étaient de décrire ses variations, de clarifier la vascularisation cutanée des deux tiers proximaux de la face dorsale de la main, et de proposer des lambeaux perforants basés sur son anatomie.

Nous avons injecté 11 mains par un mélange de plomb et résine, puis nous les avons disséquées. Une analyse scannographique des mains était également réalisée. L'arcade et tous les vaisseaux à destinée cutanée ont été individualisés. Leur diamètre a été mesuré ainsi que leur distance par rapport à la base des métacarpiens.

Une « arcade dorsale perforante superficielle de la main » était présente dans tous les cas, située postérieurement au plan des tendons extenseurs. Elle était alimentée par une « artère perforante radiale dorsale » naissant de l'artère radiale et par une « artère perforante ulnaire dorsale » naissant de l'arcade dorsale du carpe. Les récurrentes distales des espaces inter métacarpiens communiquaient avec cette arcade directement, ou indirectement par ses collatérales. Elle présentait de nombreuses variations anatomiques. Les vaisseaux sources de cette arcade avaient des diamètres moyens d'environs 0, 5mm. Au scanner, l'arcade et ses collatérales étaient retrouvées dans 100% des cas. Il existait une excellente corrélation radio-anatomique.

Cette arcade perforante  est un réel carrefour anastomotique reliant les différents espaces, pouvant s'apparenter à l'arcade dorsale du carpe mais ayant une position plus centrale et superficielle au dos de la main. Elle semble donc non seulement être la source principale de la vascularisation des 1/3 proximaux de ces espaces, mais également participer à celle des 1 /3 moyens.  Cette arcade était, dans cette étude, la seule origine vasculaire du 1/3 proximal du 3eme espace et présentait un versant ulnaire dominant dans la majorité des cas.

Devant la constance de cette arcade, des lambeaux perforants non encore décrits peuvent être envisagés ayant pour points pivots l'origine ulnaire ou radiale de cette arcade, pouvant couvrir des pertes de substance s'étendant de la face dorsale du pouce jusqu'à la face palmaire du poignet.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Yoann POIROT (docteur) (Rouen)
08:22 - 08:24 Discussion.
08:24 - 08:30 #27679 - CO147 Une nouvelle option chirurgicale pour les amputations de type doigt d’alliance : le lambeau cutanée libre issu du doigt avulsé.
Une nouvelle option chirurgicale pour les amputations de type doigt d’alliance : le lambeau cutanée libre issu du doigt avulsé.

Charlotte  JALOUX*, Sacha  TOMCZAK

Service de Chirurgie de la main,  Hôpital La Timone, Marseille, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : drcharlottejaloux@gmail.com (Charlotte JALOUX)

Ring avulsion injuries with complete degloving and devascularization of fingers are challenging for hand surgeons.

Herein, we describe a new surgical technique to manage these injuries. The surgery consists of using the finger skin as a free digital skin flap to cover the residual finger and avoid a supra-PIP amputation. The digital fillet skin flap was prepared from the avulsed finger by removing the third phalanx and the flexor digitorum profundus tendon through a small incision at the dorso-palmar junction. Nail apparatus was kept in 2 cases (patient 2 and patient 4), and completely resected in 2 cases. Collateral nerves, arteries and dorsal or palmar veins were identified. We then prepared the remaining finger, resecting the articular cartilage on the head of the second phalanx and marking the vessels and nerves. The prepared digital skin flap was fixed with a transcutaneous needle through the top of the pulp into the second phalanx, and with some sutures (Figure 1) and proximal excess damaged soft tissues were trimmed. One arterial and 2 or 3 venous end-to-end direct anastomoses were performed for each patient. At least, one nerve was sutured directly, and the skin was closed loosely.

We performed this technique on 4 patients (2 men and 2 women).

All four free digital fillet skin flaps survived, however they all presented venous congestion and needed leeches for approximately one week. The two first patients were unfortunately lost to follow-up after being discharged, the two last patients were followed for respectively 11 and 10 months. Followed patients needed rehabilitation for 3 to 6 months. They both had good functional outcomes with TAM of 189? and 193?, grip strength of 43kg (vs 45kg) and 21kg (vs 23kg), and pinch strength of 8,5kg (vs 9kg) and 1,5kg (vs 2,3kg). Patients presented no pain and no cold intolerance, s2PD was at 12 mm and 10 mm.  Both patients were pleased with the esthetics.

Classical therapeutical options include primary amputation or ray resection, remote pedicled flaps eventually associated with skin grafts, free flaps, and replantation.   Thanks to the shortening of the finger, this new procedure is technically less demanding than replantation. Functional recovery is faster and need less occupational therapy. As opposed to flaps or grafts, there is no donor-site morbidity.

The free digital fillet skin flap is a promising option for ring avulsion injury.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Sacha TOMCZAK (Interne) (Marseille)
08:30 - 08:32 Discussion.
08:32 - 08:38 #27618 - CO148 Le lambeau en hachette : description et application aux pertes de substance de la face dorsale des doigts, étude anatomique et cas cliniques.
Le lambeau en hachette : description et application aux pertes de substance de la face dorsale des doigts, étude anatomique et cas cliniques.

Maxence  TONDU*  (1), David  MALADRY  (1), Jérome  PIERRART  (2), Jean Roger  WERTHER  (3), Laurent  LANTIERI  (1)

1. Chirurgie plastique, esthétique et reconstructrice,  Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris, FRANCE

2. SOS Main,  Hôpital de Lesquin, Lesquin, FRANCE

3. Chirurgie orthopédique et traumatologique, Hôpital Saint-Antoine, Paris, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : maxence.tondu@icloud.com (Maxence TONDU)

Les pertes de substance de la face dorsale des doigts, fréquemment, exposent des structures et réparations tendineuses et ostéo articulaires.  

Le procédé en hachette associe un lambeau de rotation en forme de lame de hache et une fermeture du site donneur par une plastie en V-Y. Son utilisation à face dorsale des doigts n'a pas été décrite alors que nous la pratiquons, dans cette localisation, depuis plus de 20 ans. Nous décrirons la technique chirurgicale du lambeau en hachette pour la face dorsale des doigts, et le substratum de l'anatomie vasculaire permettant de confirmer la fiabilité de ce procédé. Des cas cliniques seront présentés.

Nous présentons une étude anatomique et des cas de pertes de substance de la face dorsale des doigts traités par un procédé en hachette. Nous avons réalisé un suivi post opératoire de nombreux patients évaluant la durée de cicatrisation, le rendu fonctionnel et esthétique.

L'étude anatomique permet  de confirmer la bonne vascularisation du lambeau en hachette, et d'expliquer la très bonne évolution immédiate des patients traités. Nous n'avons observé à terme ni d'adhérence ni de bride rétractile, ni de complication immédiate et n'avons pas eu besoin d'autre procédé chirurgical en rattrapage. 

Procédé facilement transmissible, il est très fiable en suivant des points techniques précis. Apparaissent des avantages très nets par rapport à de nombreuses techniques habituelles : technique en un temps, très simple, non délabrante?

La peau dorsale des doigts adjacente à la perte de substance est la plus apte à reconstruire cette zone anatomique, les zones dorsales articulaires (MP, IPP et IPD) sont une excellente indication de ce procédé. Nous discutons les autres procédés en soulignant que si un lambeau est nécessaire une chirurgie en un temps et une peau de même nature sont à privilégiés pour reconstruire la face dorsale et explicitons les contre indications en rapport avec la localisation et la taille de la perte de substance.

Cette adaptation d'un procédé très courant dans d'autres localisations trouve sa place en chirurgie de la main, avec à la fois une réalisation très simple, une fiabilité certaine et un apport tissulaire important et de même nature tout en permettant un site donneur auto fermant.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Maxence TONDU (Interne) (Paris)
08:38 - 08:40 Discussion.
08:40 - 08:46 #27823 - CO149 Bases anatomiques de l’allotransplantation d’avant-bras : nécessité d’un retour aux fondamentaux, dissections cadavériques et tableau noir.
Bases anatomiques de l’allotransplantation d’avant-bras : nécessité d’un retour aux fondamentaux, dissections cadavériques et tableau noir.

Martin LHUAIRE* (1), Alexandre G. LELLOUCH (1), Lionel ATHLANI (2), Corentin B. .TAVEAU (1), Laurent BOURCHEIX (3), Laurent LANTIERI (1)

1. Service de chirurgie plastique, Hôpital Européen Georges Pompidou, APHP, Paris, FRANCE

2. Service de chirurgie de la main, Centre Chirurgical Emile Gallé, CHRU Nancy, Nancy, FRANCE

3. Institut Français de Chirurgie de la Main, Paris, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : martin.lhuaire@aphp.fr (Martin LHUAIRE)

Aujourd'hui controversée en raison du risque de rejet immunitaire et de la morbidité secondaire à la prise d'un traitement immunosuppresseur au long cours, l'allotransplantation de membre supérieur reste pourtant actuellement la seule option thérapeutique pour une reconstruction ad integrum du membre supérieur. Alors que les techniques chirurgicales d'allotransplantations de membres supérieurs sont désormais bien codifiées, elles font l’objet d’une recherche et d'un perfectionnement constant grâce à l'innovation dans le domaine des nouvelles technologies comme l'impression 3D. Néanmoins, la mise en place d'une telle activité en routine clinique requiert une préparation rigoureuse et implique une coordination optimale des équipes médicales et paramédicales. Les répétitions cadavériques des différents temps opératoires au laboratoire d’anatomie constituent une étape clé indispensable pour garantir le succès de ces interventions.

Notre série rapporte les résultats descriptifs issus de 10 répétitions cadavériques sur sujets frais d’allotransplantations d’avant-bras. Une leçon anatomique à la craie au tableau noir a été préalablement dispensée aux équipes chirurgicales et paramédicales afin de définir les bases anatomiques de ce type de transplantation. Des modélisations et impressions 3D issues des scanner pré-transplantations des patients en attente de transplantation ont été réalisées.

À ce jour, 7 séances de répétitions ont été réalisées à l’École de Chirurgie du Fer à Moulin (Assistance Publique des Hôpitaux de Paris). Deux séances ont été réservées aux répétitions appliquées au prélèvement du donneur. Quatre séances ont été réservées aux répétitions du prélèvement, à la préparation du receveur et à la réalisation de l’allotransplantation jusqu’à la fermeture cutanée. Les impressions de modèles 3D ont été utilisées pour les répétitions des ostéotomies et ostéosynthèses des futurs patients en attente de transplantation.

Ce type d'intervention exceptionnelle, complexe et longue nécessite une préparation assidue des équipe et un apprentissage rigoureux des étapes chirurgicales qui seront le garant d'un bon déroulement opératoire lors de l'intervention en diminuant le temps opératoire et en limitant les risques d'erreurs. La connaissance parfaite de l'anatomie et des variations anatomiques de cette région est un pré-requis indispensable.

Dans le cadre d’une mise en place d’activité clinique d’allotransplantation de membres supérieurs, le retour au laboratoire d’anatomie est un prérequis indispensable pour la préparation des équipes chirurgicales et paramédicales à ce type d’intervention exceptionnelle.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Martin LHUAIRE (Assistant) (Paris)
08:46 - 08:48 Discussion.
08:48 - 08:54 #27740 - CO150 Utilisation du REAXON dans le cadre des sutures nerveuses digitales traumatiques - Etude rétrospective de 73 cas.
Utilisation du REAXON dans le cadre des sutures nerveuses digitales traumatiques - Etude rétrospective de 73 cas.

Aurélien AUMAR* (1), Jérôme PIERRART (1), Alexandre SAUVAGE (1), Stéphane HOUZE (1)

1. Cabinet ARCHIMED, Lesquin, FRANCE

2. Cabinet ARCHIMED, Clinique des 2 caps, Coquelle, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : docteur.aurelien.aumar@gmail.com (Aurélien AUMAR)

Les lésions nerveuses sans perte de substance de la main et des doigts sont des causes fréquentes de prise en charge chirurgicale aux urgences. La suture directe peut être accompagnée de la mise en place d’une gaine de couverture ou d’un manchon veineux apportant une protection neurorégénératrice. 

L’objectif de notre étude est de rapporter de manière descriptive les résultats cliniques de l'utilisation des gaines de chitosan (REAXON®) dans les sutures directes nerveuses.

Nous avons réalisé une étude rétrospective, descriptive, unicentrique au sein du centre SOS mains de LESQUIN. 

Seules les lésions nerveuses d'un nerf digital propre ou commun au niveau de la main et des doigts, sans pertes de substance ont été incluses. 

Les lésions associant une perte de substance cutanée, une lésion tendineuse ou ostéo articulaire ont été exclues. 

La valeur du test statique de Weber (SW) à un recul minimum de 6 mois constituait le critère d'évaluation principal.

Soixante treize patients ont bénéficié de la mise en place d'une gaine REAXON lors de la réparation nerveuse primaire d'une lésion nerveuse digitale ou palmaire et répondaient aux critères d'inclusion et exclusion de notre étude.

Cinquante sept patients ont été revus avec un recul moyen de 17 mois.

La valeur moyenne du WS était de 8,9mm(SD: 3,1) 

Quatre vingt sept pour cent des patients avaient retrouvé une sensibilité utile.

Deux gaines nerveuses ont nécessité un retrait secondaire à 7 mois et 9 mois post opératoire. 

Nous n'avons retrouvé aucune complication névromateuse secondaire.

L'utilisation systématique d'une gaine nerveuse de protection REAXON donne des résultats similaires à ceux retrouvés dans la littérature dans le cadre des plaies nerveuses digitales sans perte de substance. 

Son utilisation reste simple et efficace. 

La nouvelle génération de guide RAXON, plus souple, devrait permettre de limiter l'aspect rigide de la cicatrisation nerveuse retrouvé chez deux de nos patients.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Recherches cliniques/travaux scientifiques : non
Consultant, expert : KERIMEDICAL,
Cours, formations : KERIMEDICAL
Documents publicitaires : non
Invitations à des congrès nationaux ou internationaux : non
Actionnariat : non
Détention d’un brevet ou inventeur d’un produit : non


Stéphane HOUZE (Lille)
08:54 - 08:56 Discussion.
08:56 - 09:02 #27765 - CO151 Anatomie arthroscopique, fonctionnelle et pathologique du TFCC : un nouveau concept tri-dimensionnel en 3 composants.
Anatomie arthroscopique, fonctionnelle et pathologique du TFCC : un nouveau concept tri-dimensionnel en 3 composants.

Guillaume HERZBERG*(1), Marion BURNIER (2), Marjolaine WALLE (3), Toshiyasu NAKAMURA (4)

1. Clinique du Parc - Clinique Val de l’Ouest, Lyon, FRANCE

2. Médipôle Hôpital Privé, Villeurbanne, FRANCE

3. Orthopédie, Hôpital Gabriel-Montpied, Clermont-Ferrand, FRANCE

4. Department of Orthopaedic Surgery, Tokyo Hospital, Tokyo, JAPON

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : prgherzberg@gmail.com (Guillaume HERZBERG)

It is not easy to remember the anatomy of the TFCC as a whole since it is a box-like 3D structure including many terms and synonyms of which some have been coined differently over the years. On the other hand, the usefulness of arthroscopy for TFCC injuries cannot be overemphasized. There is no comprehensive arthroscopic & anatomic description of the TFCC. Combined injuries of different parts of the TFCC are increasingly recognized and difficult to include into existing classifications.

The purpose of this paper was to present a simplified 3-D-three-part arthroscopic and functional concept of the anatomy and pathology (traumatic and degenerative) of the TFCC.

This anatomical conceptual study is based on the author's experience of hundreds of wrist arthroscopies and anatomical dissections as well as a comprehensive review of the literature.

Our new description of the TFCC is based on an arthroscopic view from a 3-4 portal.

The TFCC is considered as a 3-D-3-part box-like structure: 

-The first component is the “V” shaped DRUJ stabilizing radio-ulnar ligament (RUL). It attaches the sigmoid notch to the fovea and to the ulnar styloid.

-The second component is a continuous “U” peripheral medial fibrous and ligamentous layer (with radial concavity). This component is perpendicular to the first component. It surrounds the ulnar aspect of the ulno-carpal interval while attaching to the “V” shaped RUL and to the medial carpus.

-The third component is the TFCC disc which is a static and dynamic shock absorber intercalated between the ulnar head and the medial carpus in the coronal/sagittal planes and between the two strands of the RUL in the axial plane.

The TFCC has already been anatomically divided three-dimensionally into 3 components: 1- a distal hammock-like structure including the fibrocartilage disc, meniscus homologue, ulnocarpal ligaments. 2-the RUL which stabilizes the radius to the ulna directly. 3- the functional ulnar collateral ligament which consists of the sheath floor of the ECU and the thickened ulnar capsule.

 Alternatively Atzei proposed to look at the TFCC as the ‘Iceberg concept’ where the TFCC is divided into the distal component TFCC, or the ‘emerging tip’ of the iceberg, and the proximal component TFCC, the ‘submerged part’.

The authors present a new, 3-D-3-part simple yet comprehensive arthroscopic anatomical and functional description of the TFCC with relevance to its traumatic and degenerative pathology. 

This new concept should facilitate future analysis and classification of combined TFCC injuries which are increasingly recognized.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Guillaume HERZBERG (Professeur) (Lyon)
09:02 - 09:04 Discussion.

08:00-10:15
Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris

AT1
Atelier pour internes
Echographie de la main et du poignet

Atelier pour internes
Echographie de la main et du poignet

Animateurs : Thomas APARD (chirurgien) (Versailles), Alham ARNAOULT (CHIRURGIEN) (Paris), Gilles CANDELIER (MD) (Caen), Walter HEMELRYCK (DYNAMECHO), Olivier MARÈS (Medecin) (Nîmes)
08:00 - 10:15 Les ondes ultrasonores. Olivier MARÈS (Medecin) (Nîmes)
08:00 - 10:15 Comment choisir et régler sa machine. Thomas APARD (chirurgien) (Versailles)
08:00 - 10:15 Workshop sur l’échographie de nerfs.
08:00 - 10:15 Workshop sur l’échographie du coude.
08:00 - 10:15 Workshop sur l’échographie du poignet et de la main.
08:00 - 10:15 Workshop infiltration/ponction sur fantôme.

09:05
09:15
09:15-10:15
Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris

G2-32
Table ronde
Main Bote radiale

Table ronde
Main Bote radiale

Modérateur : Franck FITOUSSI (PUPH) (Paris)
09:15 - 10:15 Radial club Hand: Radialisation. Wiebke HÜLSEMANN (head of handsurgery department) (Hamburg, Allemagne), Max MANN (médecin hospitalier) (Hamburg, Allemagne), Rolf HABENICHT (Hamburg, Allemagne)
09:15 - 10:15 Radial club hand without wrist stabilization. Scott OISHI (Dallas, Etats-Unis)
09:15 - 10:15 How I manage Radial Deficiency. Terry R. LIGHT (Surgeon) (Chicago, Etats-Unis)
09:15 - 10:15 Lengthening of the ulna in radial club hand. Max MANN (médecin hospitalier) (Hamburg, Allemagne), Wiebke HÜLSEMANN (head of handsurgery department) (Hamburg, Allemagne)
09:15 - 10:15 Intérêt des clous d'allongement tiges de croissance et le coude dans les mains botes. Franck FITOUSSI (PUPH) (Paris)
09:15 - 10:15 TBA. Paul SMITH (Oxon, Royaume-Uni)

10:15
10:15 - 10:45 Pause café
10:45
10:45-12:30
Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris

G1-32
Communications libres
Rhizarthrose 3

Communications libres
Rhizarthrose 3

Modérateurs : Jean GOUBAU (Professeur/ Chirurgien) (Gand - Bruxelles, Belgique), Bruno LUSSIEZ (chirurgien) (Nice)
10:45 - 10:51 #27597 - CO152 L'anatomie de la tête du 1er métacarpien influence-t-elle l'hyper-extension métacarpo-phalangienne ?
L'anatomie de la tête du 1er métacarpien influence-t-elle l'hyper-extension métacarpo-phalangienne ?

Benjamin  DEGEORGE*  (1), Jean Gabriel  DELVAQUE  (2), Adriano  TOFFOLI  (1), Jacques  TEISSIER  (1), Michel  CHAMMAS  (2)

1. Groupe OrthoSud,  Clinique Saint Jean Sud-de-France, Montpellier, FRANCE

2. Chirurgie orthopédique du membre supérieur, chirurgie de la main,  CHU Lapeyronie, Montpellier, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : degeorge.benjamin@gmail.com (Benjamin DEGEORGE)

L'anatomie variable de la tête du premier métacarpien (M1) - ronde ou plate - influence les mobilités métacarpo-phalangiennes. L'objectif de notre étude était double : 1) évaluer la corrélation entre l'anatomie de la tête de M1 et l'hyper-extension métacarpo-phalangienne (MCP) et 2) analyser l'influence de l'hyper-extension MP sur l'état clinique pré-opératoire dans les cas de rhizarthrose.

Nous avons conduit une analyse rétrospective et bi-centrique de tous les patients opérés pour une arthrose trapézo-métacarpienne (TM) isolée ou péri-trapézienne. Seules les données pré-opératoires ont été analysées. Nous avons évalué la douleur (EVA), les mobilités TM et MP, les forces de poigne et de pince. L'anatomie de la tête de M1 était définie sur des radiographies selon Kapandji selon Yoshida et al. et nous avons recherché la présence d'un éperon métacarpien dorsal.

Nous avons inclus 264 patients (217 femmes), d'âge moyen 64 ans. Une hyper-extension MP (>10°) était retrouvée chez 157 patients (60%). La forme de la tête de M1 était ronde dans 168 cas (64%) et plate dans 96 cas (36%). Un éperon dorsal était présent dans 116 cas (44%). La présence d'une tête de M1 ronde était significativement corrélée à une hyper-extension MP (p<0,001). A l'inverse, la présence d'un éperon dorsal était significativement corrélée à l'absence d'hyper-extension MP (p<0,001). Les patients présentant une hyper-extension MP avait significativement moins de mobilités TM en abduction 3(2° versus 26°, p<0,001) et antépulsion (34° versus 30°, p=0,002) et moins de force de pince (4,2 versus 3,5 Kg/F, p=0,012) que les patients sans hyper-extension MP.

En cas de rhizarthrose, l'anatomie de la tête de M1 influence la survenue d'une hyper-extension MP. Une tête ronde sera plus sujette à la survenue d'une hyper-extension MP et une tête plate le sera moins. L'hyper-extension MP pré-opératoire a un impact clinique délétère sur les mobilités TM et sur la force de pince. L'hyper-extension doit donc rentrer en compte dans la planification opératoire afin de la corriger. Dans ce cadre, les prothèses trapézo-métacarpienne ont une place de choix car elles permettent une correction automatique des hyper-extensions légères à modérées. Les hyper-extension MP sérères (>60°) doivent faire l'objet d'un traitement spécifique.

L'anatomie de la tête de M1 influence la survenue d'une hyper-extension MP et cette dernière a un impact clinique délétère sur les mobilités TM et la force de pince. L'hyper-extension MP doit devenir un critère à part entière dans la planification pré-opératoire en cas de rhizarthrose.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Benjamin DEGEORGE (Chirurgien) (Montpellier métropôle)
10:51 - 10:57 #27633 - CO153 LE CINTRE METACARPIEN: INTERET MAJEUR DANS L'ARTHROPLASTIE PROTHETIQUE TRAPEZO-METACARPIENNE.
LE CINTRE METACARPIEN: INTERET MAJEUR DANS L'ARTHROPLASTIE PROTHETIQUE TRAPEZO-METACARPIENNE.

Renaud  DUCHÉ*, Adil  TRABELSI

Chirurgie de la Main, Clinique Capio Fontvert Avignon Nord, Sorgues, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : renaud.duche@wanadoo.fr (Renaud DUCHÉ)

La longueur physiologique de la colonne du pouce peut être définie par l'arc formé par M1 M2 apprécié sur un cliché main à plat de face, pouce à 45° d'abduction

Cet arc est présent dès les premières années de vie et se maintient tant que la rhizarthrose ne vient l'altérer.

Conserver ou restaurer cet arc lors du traitement prothétique de la rhizarthrose permet de retrouver les tensions optimales et physiologiques des tendons APL EPL EPB ainsi que des muscles thénariens et interosseux.

Les incidences de Kapandji, classiques, ne permettent pas d'apprécier cet arc de manière reproductible ; C'est pourquoi nous préférons un cliché main à plat de face, pouce à 45° d'abduction, à taille réelle 100%, ce qui permet l'utilisation des calques pré-opératoires.

L'analyse pré-opératoire permet de savoir si cet arc est respecté ou rompu. Un raccourcissement de 3 mm signifiera que l'on doit allonger la prothèse de 3 mm. Un arc respecté conduira à la pose d'une prothèse iso-longue.

Le recueil internet de radiographies post-opératoires nous montre que dans la grande majorité des cas, les colonnes du pouce sont allongées par la prothèse, ce qui entraîne, dans notre expérience, d'une part douleur et inconfort sur le plan subjectif et d'autre part perte de rétropulsion et d'ouverture de 1ère commissure sur le plan objectif. Cela augmente par ailleurs automatiquement les contraintes mécaniques sur le Polyéthylène et les pièces prothétiques.

La notion de « piston nécessaire » indiquée par les fabricants est également pour nous trop vague et imprécise.

Raison pour laquelle il nous semble évident que la reconstitution de cet arc doit guider la pose correcte d'une prothèse trapézo-métacarpienne. C'est ce que nous faisons depuis 1,5 ans dans notre pratique et l'évaluation patient est passée de 7/10 avant à 9,2/10 pour 102 prothèses posées.

De nombreux auteurs prônaient de tendre les prothèses simple mobilité pour augmenter leur stabilité; La double mobilité a permis de s'affranchir de cette règle en éliminant quasiment complètement le risque de luxation.

2 conclusions:

1) le ratio taille du métacarpien/ taille du fémur est de 1/10 ; Faire une erreur de longueur de 2 mm sur une prothèse trapézo-métacarpienne équivaut à une erreur de 2 cm sur une arthroplastie totale de hanche?

2) Cet arche M1 M2 est un élément objectif, reproductible et novateur permettant à tout chirurgien de poser une prothèse trapézo-métacarpienne optimale dans le respect des tensions physiologiques.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Recherches cliniques/travaux scientifiques : non
Consultant, expert : KERIMEDICAL
Cours, formations : KERIMEDICAL
Documents publicitaires : non
Invitations à des congrès nationaux ou internationaux : KERIMEDICAL
Actionnariat : KERIMEDICAL
Détention d’un brevet ou inventeur d’un produit : CANALETTO


Renaud DUCHÉ (Chirurgien Plastique + Ortho) (Avignon)
10:57 - 11:00 Discussion commune.
11:00 - 11:06 #27572 - CO154 Nouvelle proposition thérapeutique pour le traitement de déformation sévère en Z du pouce d’origine arthrosique ou après échec de trapézectomie.
Nouvelle proposition thérapeutique pour le traitement de déformation sévère en Z du pouce d’origine arthrosique ou après échec de trapézectomie.

Philippe  BELLEMÈRE* (1), Victorien  BEGOT (2), Martin CHOLLEY-ROULLEAU  (3)

1. Institut de la Main Nantes-Atlantique,  Santé Atlantique, Saint-Herblain / Nantes, FRANCE

2. SOS Mains Avignon,  Clinique Fontvert, Avignon, FRANCE

3. Service de chirurgie de la main, Centre chirurgical Emile Gallé, Nancy, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : philippe.bellemere@me.com (Philippe BELLEMERE)

Une déformation sévère en Z de la colonne du pouce peut être la conséquence d'un collapsus arthrosique complet du trapèze ou d'un échec de trapézectomie.

Lorsque cette déformation est mal tolérée son traitement chirurgical se justifie mais il est de réalisation difficile et son résultat est souvent décevant.

Nous proposons une nouvelle technique ayant pour principe une ascension - réalignement - stabilisation du premier métacarpien par l'interposition scaphométacarpienne d'un implant original en pyrocarbone couplée à une ligamentoplastie.

Depuis octobre 2019, six patientes âgées entre 62 et 85 ans ont été traitées par cette technique: 4 pour un collapsus trapézien arthrosique et 2 pour un échec de trapézectomie.

L'intervention effectuée par une voie dorsopalmaire consistait en :

- une résection des vestiges trapéziens, une trapézoïdectomie partielle, un remodelage de la surface articulaire du métacarpien.

- dans 3 cas, une suspension transitoire pour 2 mois par un double brochage du 1er métacarpien au 2ème métacarpien.

- l'interposition de l'implant original en pyrocarbone entre le métacarpien et le scaphoïde stabilisé par une hémibandelette de FCR.

- une ligamentoplastie de stabilisation de la base du métacarpien et de renfort capsulaire dorsal par une hémibandelette d'APL, et une ténodèse de l'EPB au col du métacarpien. 

Une arthrodèse de la MP a été effectuée pour une patiente. 

Une autre a eu une greffe osseuse spongieuse du métacarpien après ablation d'un implant trapézien en silicone.

Une orthèse d'immobilisation a été portée entre 4 et 8 semaines. L'usage complet sans restriction du pouce a été autorisé à 3 mois.

Les patientes ont été évaluées en pré- et post-opératoire sur les critères de douleur (EVA), force (grip et pinch), mobilité, PRWE, Quick-Dash, satisfaction globale, aspect esthétique ainsi que radiologiquement.

Le recul a été selon les patientes entre 8 et 25 mois.

Toutes les patientes ont été soit satisfaites (2 cas), soit très satisfaites (4 cas) de leur intervention et de l'aspect esthétique. Les critères de douleur, mobilité, force et scores fonctionnels ont tous été améliorés pour chacune des patientes.

Radiologiquement, l'implant est resté stable ainsi que la base du métacarpien.

Longueur et stabilité de la colonne du pouce ainsi que son esthétique et sa fonction semblent être avoir été récupérées.

Cette technique originale semble être une proposition thérapeutique intéressante pour le difficile problème des déformations sévères en Z du pouce. Son évaluation sur une plus large série à long recul sera cependant nécessaire une fois ce nouvel implant disponible sur le marché.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Recherches cliniques/travaux scientifiques : non
Consultant, expert : Stryker, Wright-Medical
Cours, formations : Stryker, Wright-Medical
Documents publicitaires : non
Invitations à des congrès nationaux ou internationaux : non
Actionnariat : non
Détention d’un brevet ou inventeur d’un produit : Stryker, Wright-Medical


Philippe BELLEMERE (chirurgien de la main) (Nantes)
11:06 - 11:12 #27583 - CO155 Etude rétrospective évaluant la dénervation carpo-métacarpienne chez 10 patients souffrant de rhizarthrose.
Etude rétrospective évaluant la dénervation carpo-métacarpienne chez 10 patients souffrant de rhizarthrose.

Najib  KACHOUH*, Alice  MAYOLY, Sébastien VIAUD AMBROSINO, Régis LEGRE, Charlotte JALOUX, Marie WITTERS

Service de Chirurgie de la main et réparatrice des membres,  Hôpital de la Timone, CHU de Marseille, Marseille, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : dr.kachouh@gmail.com (Najib KACHOUH)

Thumb carpo-metacarpal osteoarthritis is a common problem. Selective denervation represents an alternative attractive specially for young patients suffering from painful thumb osteoarthrosis not willing to undertake a more invasive treatment. The innervation pattern of this joint, the surgical techniques described, and the results found in the literature remain heterogeneous. We ran a retrospective study of patients who underwent first carpo-metacarpal dernervation to evaluate the efficiency of this technique in our hand surgery department.

From November 2019 to January 2021, 10 patients suffering from first carpo-metacarpal joint osteoarhritis underwent thumb denervation performed by the same senior surgeon using the technique described by Wagner. The same clinical and functional parameters were recorded by the operative surgeon before the surgery and at one month and then every 3 months. They were collected and analyzed retrospectively using the electronic medical record.

Mean follow-up time was 11 months. The follow-up assessments showed a significant decrease in pain only the first month in all patients. Functional scores for thumb were similar and no significant improvement were notified. Only 1 patient was completely pain-free after surgery and had improved functional scores. Seven patients requested a subsequent procedure within 9 months due to inefficiency of the first carpo-metacarpal denervation due to a painful relapse. All patients presented transient paraesthesia in the radial nerve territory and required prolonged rehabilitation and an extended medical leave. One patient developed severe algoneurodystrophy.

Thumb denervation is a minimally invasive surgical technique that has been proposed as an alternative procedure. Despite its theoretical advantages, the many different anatomical descriptions of first carpo-metacarpal innervation and the multiple surgical techniques for denervation may also be an explanation for the disappointing results of this procedure. Only the Wagner technique was performed in our population, which it could be critical. There was no staging established for the joint osteoarthritis in our study.

Even if it has many theorical advantages, thumb denervation struggles to find its place in the therapeutic arsenal. In our population, thumb denervation doesn't seem to be as efficient as expected. Its clinical results are disappointing, unreliable, which it could be a poorly accepted procedure. There is a need to develop an established and reliable surgical technique and try it on a large population even in a controlled randomized study in order to settle on its role and efficiency in the management of thumb osteoarthritis.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Najib KACHOUH (Praticien Hospitalier) (Marseille)
11:12 - 11:18 #27582 - CO156 Targeted partial arthroscopic trapeziectomy and temporary k-wire distraction for rhizarthrosis in young patients. A retrospective study of 39 thumbs.
Targeted partial arthroscopic trapeziectomy and temporary k-wire distraction for rhizarthrosis in young patients. A retrospective study of 39 thumbs.

Jean-Baptiste  DE VILLENEUVE BARGEMON*  (1), Michel  LEVADOUX  (2)

1. Chirurgie Orthopédique et Traumatologique,  APHM, Marseille, FRANCE

2. Hand, wrist and elbow surgery department,  Saint Roch Private Hospital, Toulon, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : jbdevilleneuvebargemon@gmail.com (Jean-Baptiste DE VILLENEUVE BARGEMON)

There is a real interest in finding less invasive therapeutic options for young patients suffering from osteoarthritis of the first carpometacarpal joint. We wanted to assess the effectiveness of arthroscopic targeted partial trapeziectomy with distraction of the trapeziometacarpal (TM) joint with K-wires in 39 thumbs suffering from TM osteoarthritis.

We conducted a retrospective study collecting pre-operative and post-operative data from pinch grip, power grip and pain with a Visual Analogue Scale (VAS). Subgroup analysis were performed with two k-wire distraction techniques. Only patients suffering from primary osteoarthritis and younger than 70 years old were included. Secondly, we compared the frequency of occurrence of complications according to the position of the pins.

We found a significant improvement in pain (p=0,005)  and grip strength (p = 0.0021) as well as an improvement in pinch grip (p=0.5704). There was improvement in pain for any Badia score and significantly for stage 2 (p=0,002) or 3 (p = 0,032) as well as an overall improvement in grip strength and pinch grip for all Badia scores.

We can affirm that partial trapeziectomy with k-wire distraction in young patients is a simple technique, less demanding than others, requiring little equipment, with very satisfactory outcomes, allowing an ease of therapeutic conversion if unsuccessful.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Jean-Baptiste DE VILLENEUVE BARGEMON (interne) (Marseille)
11:18 - 11:23 Discussion commune.
11:23 - 11:29 #27571 - CO157 Traitement de l'arthrose STT par implant scaphoïdien INCA: résultats à 2 ans de recul minimum.
Traitement de l'arthrose STT par implant scaphoïdien INCA: résultats à 2 ans de recul minimum.

Benjamin  DEGEORGE*, Adriano  TOFFOLI, Jacques  TEISSIER

Groupe OrthoSud,  Clinique Saint Jean Sud-de-France, Montpellier, France

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : degeorge.benjamin@gmail.com (Benjamin DEGEORGE)

L'objectif de notre étude était de rapporter les résultats de l'implant INCA® dans le traitement de l'arthrose scapho-trapézo-trapézoïdienne (STT) isolée. Notre hypothèse était que son utilisation procurait de bons résultats fonctionnels sans déstabiliser le carpe.

L'implant INCA® est une prothèse de re-surfaçage scaphoïdien distal possédant une quille d'ancrage recouverte d'hydroxyapatite. Trente-cinq patients, d'âge moyen 69 ans ont été rétrospectivement inclus avec un recul minimum de 2 ans. Les critères d'évaluation cliniques étaient les scores fonctionnels de QuickDASH, PRWE, MMWS, la douleur (EVA), les mobilités du poignet, les forces de poigne et de pince. Sur les radiographies ont été évalués les angles luno-capitate et scapho-capitate.

Le recul moyen était de 4,6 ans (2-10). Le taux moyen de satisfaction était de 9,3/10. Une amélioration significative des douleurs, des scores fonctionnels et des forces de poigne et de pince était notée. Les amplitudes articulaires étaient maintenues, saut pour l'extension et l'inclinaison radiale qui présentaient une diminution significative au dernier recul (59° versus 63°, p=0,026 et 15° versus 19°, p<0,001 respectivement). Les angles luno-capitate et scapho-capitate étaient significativement améliorés au dernier recul (6,4 versus 18,6 et 45,4 versus 32,8 respectivement, p<0,001). Deux implants ont nécessité une reprise chirurgicale pour exérèse compte tenu d'un descellement précoce. Aucune luxation d'implant n'était notée. Le taux de survie global était donc de 94%.

L'utilisation de l'implant INCA® avec ancrage scaphoïdien dans l'arthrose de la STT est une expérience récente. Nous rapportons des résultats cliniques et radiographiques encourageants avec une excellente récupération fonctionnelle en terme de scores fonctionnels, de douleur et de force sans trop impacter les mobilités du poignet. Son utilisation permet d'améliorer la désaxation du carpe avec une amélioration significative du DISI au dernier recul. Les deux cas de descellement prothétique étaient dus à une immobilisation post-opératoire insuffisante, nous ayant fait changer notre pratique pour une immobilisation portée de 3 à 6 semaines.

Les bons résultats de la prothèse INCA® en font une option de choix dans l'arsenal thérapeutique de l'arthrose STT. La technique chirurgicale est simple mais exigeant afin d'obtenir des résultats satisfaisants.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Benjamin DEGEORGE (Chirurgien) (Montpellier métropôle)
11:29 - 11:31 Discussion.
11:31 - 11:37 #27497 - CO158 Comment sauver le trapèze? Double arthroplastie trapézo-métacarpienne et scapho-trapézo-trapézoïdienne dans l’arthrose péri-trapézienne.
Comment sauver le trapèze? Double arthroplastie trapézo-métacarpienne et scapho-trapézo-trapézoïdienne dans l’arthrose péri-trapézienne.

Raphaëlle  DUMARTINET-GIBAUD* (1), Nicolas  BIGORRE  (2), Alexandre  PETIT  (2), Fabrice  RABARIN (2), Guy  RAIMBEAU (2), Yann  SAINT-CAST  (2)

1. Département de chirurgie osseuse,  CHU Angers, Angers, FRANCE

2. Centre de la main,  Centre de la main - Angers Assistance Main, Trélazé, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : Raphaelle.gibaud@gmail.com (Raphaëlle DUMARTINET-GIBAUD)

La trapézectomie est considérée comme le gold standard dans la prise en charge des arthroses péri-trapézienne : trapézo-métacarpienne (TM) et scapho-trapézo-trapézoïdienne (STT), symptomatiques et invalidantes, donnant de bons résultats à long terme chez la plupart des patients. Mais les révisions des échecs de cette procédure donnent des résultats peu satisfaisants et aléatoires. Depuis 2012, nous proposons une arthroplastie étagée (TM et STT) permettant de conserver la hauteur du trapèze et l'équilibre du carpe. Le but de cette étude était d'évaluer les résultats clinique et radiologique de cette double arthroplastie dite « sandwich » (TM et STT) avec un recul minimum de 2 ans.

Il s'agissait d'une étude rétrospective mono-opérateur d'une série consécutive de 17 patients (22 pouces) d'âge moyen 68,1 ans (56 - 83) opérés entre novembre 2012 et octobre 2017. Les patients bénéficiaient d'une arthroplastie STT d'interposition en pyrocarbone et d'une arthroplastie TM couplée double mobilité. A dernier recul, les patients ont été revu par un observateur indépendant évaluant le résultat clinique et radiologique.

Nous avons revu 15 patients (20 pouces), 2 patients étaient perdu de vue. Le recul moyen était de 38,6 mois (24 - 82). La douleur selon l'EVA était de 1 (0 - 6) et les mobilités selon l'échelle de Kapandji était de 9,54 (7 - 10). La force de préhension au dynamomètre de Jamar était de 108% (50 - 180) par rapport à la main opposé avec un force pouce index au pinch de 119,8% (41 - 300). Le Quick DASH était de 21,6 (0 - 65), 89,5% des patients étaient très satisfaits et 94,7% des patients avaient oublié leur pouce. Nous n'avons relevé aucune complication dans cette série et tous les implants étaient en place à ce recul.

Il s'agit d'une technique conservatrice sur le trapèze évitant le risque de déstabilisation du carpe surtout dans ces atteintes péri-trapézienne souvent d'origine microcristalline. Elle préserve également la mobilité et la force du pouce avec de bons résultats fonctionnels à 2 ans et peut ainsi être proposée dans ces atteintes dégénératives péri-trapézienne. Une évaluation à long terme sera intéressante.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Recherches cliniques/travaux scientifiques : OTSR JHSEurope
Consultant, expert : non
Cours, formations : DIU chirurgie de la main
Documents publicitaires : non
Invitations à des congrès nationaux ou internationaux : non
Actionnariat : non
Détention d’un brevet ou inventeur d’un produit : non


Raphaëlle DUMARTINET-GIBAUD (Chef de Clinique) (Angers)
11:37 - 11:39 Discussion.
11:39 - 11:45 #27565 - CO159 Résultats de la prothèse trapézo-métacarpienne ISIS® dans le traitement de la rhizarthrose : à propos de 77 cas à 107,5 mois de recul moyen (60-162).
Résultats de la prothèse trapézo-métacarpienne ISIS® dans le traitement de la rhizarthrose : à propos de 77 cas à 107,5 mois de recul moyen (60-162).

Pierre Jean  FAUQUETTE*, Marc  SAAB, Christophe CHANTELOT

Chirurgie Orthopédique et Traumatologique,  Hôpital Roger Salengro, CHRU, Lille, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : pj.fauquette@gmail.com (Pierre Jean FAUQUETTE)

Le but de notre étude était d'évaluer la survie, les résultats cliniques et le devenir radiographique à long terme de la prothèse trapézo-métacarpienne ISIS® dans le traitement de la rhizarthrose.

Soixante-dix sept prothèses ISIS® (66 patients) implantées entre juin 2007 et décembre 2015 ont été réévaluées. La population était majoritairement féminine (60/6), et l'âge moyen au moment de l'intervention était de 59,3 ans. La survie était définie par l'absence de réintervention chirurgicale pour dépose ou changement de la prothèse. Une évaluation clinique, radiologique et par scores fonctionnels au plus long recul a été réalisée. Un lien a été recherché entre images radiographiques anormales et symtomatologie clinique.

Le taux de survie était de 93,5 % à 107,5 mois. Six réinterventions ont eu lieu : 5 pour dépose de la prothèse sur descellement (trapézien dans 4 cas) puis trapézectomie et 1 pour ablation d'un ostéophyte. Aucune infection ou rupture tendineuse n'a été à déplorer. Une luxation était retrouvée et était asymptomatique. L'EVA moyenne passait de 7,86 en pré-opératoire à 1,01 en post-opératoire (p<0,0001), le score d'Alnot de 3,21 à 0,47 (p<0,0001), et le Quick Dash de 59,69 à 24,92 (p<0,0001). Radiographiquement, un liseré ostéolytique a été retrouvé autour de 8 tiges et de 7 cupules. Ce liseré était complet sur 2 tiges et 4 cupules. Comparativement au cliché post-opératoire immédiat, 7 enfoncements isolés, 2 bascules isolées et 5 enfoncements avec bascule de la cupule étaient retrouvés (14 cupules, soit 19,4%), dont 13 étaient cimentées. Il existait significativement plus de migration de cupules cimentées par rapport aux cupules vissées (p=0,0342). Aucune corrélation entre les images radiographiques périprothétiques anormales et les douleurs rapportées n'a été retrouvée, de même qu'entre l'évolution arthrosique péri-trapézienne et les douleurs rapportées.

La survie à 9 ans de la prothèse ISIS® était excellente (93,5 %), avec un taux de complications faible et une amélioration clinique et fonctionnelle préservée à ce recul.   L'évolution radiographique montrait que l'implant métacarpien faisait preuve de sa longévité. Les descellements radiographiques concernaient d'avantage les cupules cimentées. Aucune corrélation radio-clinique avec les images radiographiques anormales n'a été mise en évidence dans notre étude.

La prothèse ISIS est un implant fiable dans le traitement de la rhizarthrose invalidante. Nos résultats nous incitent à utiliser dès que possible les implants non cimentés.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Pierre Jean FAUQUETTE (CCA Orthopédie) (Lille)
11:45 - 11:47 Discussion.
11:47 - 11:53 #27665 - CO160 Prothèse trapézométacarpienne et arthrodèse métacarpophalangienne du pouce : sont-elles compatibles ?
Prothèse trapézométacarpienne et arthrodèse métacarpophalangienne du pouce : sont-elles compatibles ?

Nathalie Marie DE LAMBILLY*, Grégoire  CHICK

Hand and Wrist Unit, Meyrin, SUISSE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : nathalie.delambilly@gmail.com (Nathalie Marie DE LAMBILLY)

The thumb metacarpophalangeal (MCP) and trapeziometacarpal (TM) combined primary osteoarthritis are rare cases. Reliable effective treatment for basal arthritis is described in the literature, including trapeziectomy, with or without ligamentoplasty or prosthesis arthroplasty. The last option may correct MCP hyperextension if it was present pre-operatively by restoring the length of the thumb. However, in the case of a painful and unstable MCP joint osteoarthritis following TM prosthesis, MCP arthrodesis may be a controversial solution. Multiple fusion techniques are described, tension banding, bone staple, or plating. Independently of the method of fixation, it may be limited by the small amount of space available due to stem prosthesis.

We reported three cases of definitive MCP fusion in the context of TM prosthesis and discussed the impact of MCP fusion on thumb function. A segmental MCP brace test mimicking definite fusion was tested for six weeks. Then, a MCP arthrodesis was performed with cartilage removal and de-rotation of the first phalanx, MCP in 30 degrees' flexion adjusted to ensure full pulp contact between the thumb and the index finger. Compression between the two bones was achieved twice with a dorsal locking plate 2.0 and once with bone staples. The thumb was placed in a thumb spica plaster for three months, keeping the interphalangeal (IP) and TM joints free.

At three months from the surgery, all MCP joints were fused. Functional use was assessed at follow-up at one year. All three patients complained of thumb shortening. TM joint was pain-free, Kapandji score was at 10, thumb extension was limited at 25% and pinch strength was restored. Radiographs showed one disassembly due to a breaking plate, but the MCP joint healed with an asymptomatic valgus deformity. There was no short-term impact on the prostheses (loosening, polyethylene wear, dislocation).

In 10% of the population the MCP joint is flattened, and mobility significantly reduced in flexion particularly, without impairment thanks to mobility of IP and TM joints. A dual-mobility TM prosthesis allows a wide range of motion between 114 and 118 degrees. Our serie showed high satisfaction of patients with pain relief and better prehensile strength. These results need to be confirmed by longer follow-up, but it seems that MCP joint fusion in the context of TM prosthetic arthroplasty is a solution when simultaneous joints in a row present with osteoarthritic damage.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Nathalie Marie DE LAMBILLY (chef de clinique) (Meyrin, Suisse)
11:53 - 11:55 Discussion.
11:55 - 12:01 #27357 - CO161 Prothèse TOUCH à double mobilité dans le traitement de l’arthrose trapézo-métacarpienne : résultats de 92 implants.
Prothèse TOUCH à double mobilité dans le traitement de l’arthrose trapézo-métacarpienne : résultats de 92 implants.

Pauline  GONZALEZ-ESPINO*

Chirurgie Orthopédique, Université catholique de Louvain, Louvain, BELGIQUE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : pauline.gonzalezespino@gmail.com (Pauline GONZALEZ-ESPINO)

Les prothèses trapézo-métacarpiennes sont utilisées depuis plusieurs années pour le traitement de l'arthrose carpo-métacarpienne du premier rayon. Bien qu'aucune étude n'ait démontré la supériorité statistique de la prothèse par rapport à la trapézectomie, il a été prouvé que la prothèse trapézo-métacarpienne apporte un meilleur soulagement de la douleur et une convalescence et une récupération de la fonction plus rapide.  Le but de cette étude est d'évaluer les résultats fonctionnels d'une large cohorte de patients traités avec la dernière génération de prothèse trapézo-métacarpiennes à double mobilité TOUCH et de les comparer à ceux disponibles dans la littérature

il s'agit d'une étude rétrospective à propos de 92 prothèses TOUCH. La douleur pré et post-opératoire, le score QuickDASH et la satisfaction ont été étudiés. Le suivi moyen était de 1,33 ± 0,4 ans.

La douleur après la chirurgie était significativement améliorée.  Le score QuickDASH post-opératoire n'est pas différent du score de la population moyenne au même âge. Le retour au travail était rapide (2,6 mois). Le taux de satisfaction était élevé. Nous n'avons observé aucune complication majeure comme la luxation, fracture du trapèze ou le déscellement mais nous avons observé un taux de ténosynovite de De Quervain plus élevé que ceux rapportés dans la littérature.

La douleur est significativement réduite en post-opératoire. Le QUICKDash score est satisfaisant et est non statistiquement différent que les scores dans la population moyenne au même âge. Le retour au travail est rapide. Le taux de satisfaction est haut dans notre cohorte et quasiment tous ont pu reprendre leurs activités manuelles. Nous rapportons un taux bas de complications graves. Notre étude confirme la taux très bas de luxation déjà rapporté dans la littérature pour les prothèses double mobilité.  Le taux d'incidence de ténosynovite de de Quervain dans notre série est élevé. Dans la littérature, un seul article actuellement étudie la maladie de De Quervain après prothèse trapézo-métacarpienne.  Goubau et al n'ont pas prouvé que la longueur de la colonne du pouce pré et post-opératoire était un facteur de développement de maladie de De Quervain.

La prothèse trapézo-métacarpienne TOUCH paraît être un implant sûr et stable. On observe de très bons scores fonctionnels et un retour rapide au travail et aux activités de loisirs. Vu le haut taux de ténosynovite de De Quervain observé en post-opératoire, nous suggérons d'ouvrir systématiquement la première coulisse des extenseurs pendant la mise en place de la prothèse.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Pauline GONZALEZ-ESPINO (Assistante en chirurgie Orthopédique (interne)) (Bouge, Belgique)
12:01 - 12:03 Discussion.
12:03 - 12:09 #27654 - CO162 Étude de cohorte prospective de 88 patients porteurs d’une prothèse Moovis. Résultats à moyen terme.
Étude de cohorte prospective de 88 patients porteurs d’une prothèse Moovis. Résultats à moyen terme.

Océane HABERT *, Juliette  LOMBARD, Gilles  DAUTEL

Chirurgie de la main,  Centre Chirurgical Emile Gallé, NANCY, France

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : oceane.habert@gmail.com (Océane HABERT)

La prothèse trapézo-métacarpienne a été introduite en 1971 par De La Caffinière. Depuis les travaux scientifiques ont permis de réduire les taux de complication. Créée en 2013 la prothèse MOOVIS, apporte un concept innovant : la double mobilité. La cupule impactée est tronconique, offrant une surface de contact avec l'os plus importante . Peu d'études rapportent les résultats à moyen terme de cette prothèse et aucune ne mentionnent à notre connaissance de critères radiographiques. Cette étude a donc pour principal objectif de démontrer la stabilité radiographique de la prothèse MOOVIS. Les objectifs secondaires sont centrés sur l'évaluation des critères cliniques et la satisfaction des patients.

Une cohorte de 89 patients a été inclue entre septembre 2013 et septembre 2016.  La rhizarthrose clinique et radiologique a été diagnostiqué. L'indication opératoire de la mise en place d'une prothèse MOOVIS, était proposée. Les patients ayant accepté le suivi et l'intervention chirurgicale ont été inclus. Les données cliniques ont ensuite été collectées par des opérateurs indépendants sur une fiche originale de suivi d'abord en préopératoire puis à chaque consultation de contrôle.

Les radiographies pré-opértoire , post-opératoire et au dernier recul disponible ont été analysées par un opérateur indépendant. Des mesures ont été effectuées de manière standardisée et la présence d'un liseret a été noté.

Au total 89 patients ont été suivis et 103 prothèses ont été évalués, avec un recul maximal de 7 ans. Un patient a été exclus pour un échec d'implantation et la mise en place d'un autre modèle. 79 femmes et 10 hommes 

Dont 51,65% de main droite , dominantes dans 91% des cas. 4 opérateurs ont pris en charge les patients, 69 par un opérateur senior expérimenté. 

A 5 ans, les prothèses ne présentent pas de signe de descellement subjectif. Objectivement la distance entre la prothèse et l'articulation métacarpo phalangienne est de 18,57mm en moyenne en post opératoire et de 18,28mm au dernier recul. Sur la cupule, la distance moyenne entre la prothèse et l'articulation trapézo-métacarpienne est de 4,95mm en moyenne en post opératoire comme au dernier recul.

Les résultats sont similaires aux prothèses actuellement sur le marché. L'apport de mesures radiographiques standardisées permet une évaluation objective et fiable. Pour autant des résultats à long terme doivent obtenus. L'usure du polyéthylene est la principale inconnue et pourrait être la cause de reprise à long terme.

La MOOVIS donne à moyen terme aucun signe de descellement et de bon résultats cliniques.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Recherches cliniques/travaux scientifiques : non
Consultant, expert : Stryker
Cours, formations : non
Documents publicitaires : non
Invitations à des congrès nationaux ou internationaux : non
Actionnariat : non
Détention d’un brevet ou inventeur d’un produit : non


Océane HABERT (Interne) (Nancy)
12:09 - 12:11 Discussion.
12:11 - 12:14 #27621 - CO163 Pyrocardan® scapho-trapezio-trapezoid joint arthroplasty for isolated osteoarthritis: results after a mean follow-up of 5 years.
Pyrocardan® scapho-trapezio-trapezoid joint arthroplasty for isolated osteoarthritis: results after a mean follow-up of 5 years.

Martin  CHOLLEY-ROULLEAU*  (1), Philippe  BELLEMERE  (2), Yves  BOUJU   (2), Alexandre  FOURNIER  (2), Flore-Anne  LECOQ  (2)

1. Service de chirurgie plastique et réparatrice de l'appareil locomoteur, chirurgie de la main,  Centre chirurgical Emile Gallé, Nancy, FRANCE

2. Institut de la main Nantes-Atlantique,  Polyclinique Santé Atlantique, Saint-Herblain, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : cholleyroulleau.martin@gmail.com (Martin CHOLLEY-ROULLEAU)

Isolated scaphotrapeziotrapezoid (STT) osteoarthritis (OA) mainly develops in women over the age of 50 in a bilateral manner. Many surgical procedures are available, including distal scaphoid resection with or without interposition, trapeziectomy and STT arthrodesis but there is still a controversy about which procedure is the most effective. The purpose of this study was to report the outcomes of the Pyrocardan® implant for treating STT isolated OA at a mean follow-up of 5 years.

Consecutives patients who have undergone STT arthroplasty using Pyrocardan® were retrospectively reviewed by an independent examiner. He performed a clinical and radiological evaluation.

The mean follow-up time was 5 years (range 3-8 years). Thirteen patients (76%) were followed for more than 5 years. Between the preoperative assessment and the last follow-up, pain levels significantly decreased. There was no significant difference in the mean Kapandji opposition score. Grip and pinch strengths were 88% and 91% relative to the contralateral side. The active ROM in flexion-extension and radio-ulnar deviation was not significantly modified compared to the contralateral side (119° versus 121° and 58° versus 52°, p>0.1). Functional scores were significantly improved. No identifiable differences were found for the radioscaphoid, capitolunate, scapholunate angles before and after surgery. In three cases, the preoperative DISI failed to be corrected. In one case, DISI appeared after the procedure. There was one asymptomatic dislocation of the implant. Calcification around the trapezium and or the distal scaphoid was found in four cases. The survival rate of the implant without re-operation was 95%.

At medium-term, Pyrocardan® implant for the treatment of STT OA is effective for reducing pain, increasing grip strength and maintaining wrist mobility. This is consistent with those of similar published case series using Pyrocarbon. It provides high rate of patient

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Martin CHOLLEY-ROULLEAU (chef de clinique) (Nancy)
12:14 - 12:15 Discussion.
12:15 - 12:18 #27506 - CO164 Traitement de l’arthrose trapezo-métacarpienne par un implant Pyrocardan® chez les patients jeunes (50 ans ou moins).
Traitement de l’arthrose trapezo-métacarpienne par un implant Pyrocardan® chez les patients jeunes (50 ans ou moins).

Clara  SOS* (1), Etienne  GAISNE  (2), Ludovic  ARDOUIN  (2), Alexandre  FOURNIER  (2), Philippe  BELLEMÈRE  (2)

1. Chirurgie orthopédique, de la main et des nerfs périphériques,  CHRU Tours, Chambray-lès-Tours, FRANCE

2. Service de chirurgie de la main et du membre supérieur,  Clinique Santé Atlantique, Saint Herblain, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : clara.sosp@gmail.com (Clara SOS)

La prévalence de l'arthrose trapézo-métacarpienne est de 13% chez les moins de 50 ans. 

L'objectif de cette étude était d'évaluer, de façon rétrospective, les résultats cliniques, fonctionnels et radiologiques chez les patients de 50 ans ou moins traités par un implant Pyrocardan® pour leur arthrose trapézo-métacarpienne.

Entre 2009 et 2019, 56 patients, 46 femmes et 10 hommes, ont été opérés, soit 59 implants posés. L'âge moyen était de 45 ans (17-50). Au total, 10 patients (18%) ont été perdus de vues et 41 ont pu être recontactés avec parmi eux 32 patients, soit 34 implants, qui ont pu être réévalués en consultation au recul moyen de 46 mois (24 - 72). Les patients présentaient une arthrose de Stade 2 selon la classification d'Eaton-Littler dans 82% des cas. Tous les patients avaient une activité professionnelle au moment de l'intervention et 47% étaient des travailleurs manuels lourd. Une évaluation des mobilités, de la force, et des scores fonctionnels (PRWE et QuickDash) a été réalisées lors de la révision ainsi que des radiographies.

Il n'y avait pas de différence dans la force ou l'amplitude des mouvements entre le côté opéré et controlatéral. Le pinch était en moyenne à 6,6 Kg (±2,9) et le grip à 27 Kg (±9,3). La douleur était passée de 8 en pré-opératoire à 1 lors de la révision sur l'EVA. Au dernier recul, pour les scores fonctionnels : le QuickDASH étaient en moyenne à 19 (±21) et le PRWE à 19 (±19). Tous les patients ont pu reprendre leur travail en moyenne à 10 semaines (2-16) post-opératoire. Le taux de satisfaction global était de 97 %. Aucun enfoncement de l'implant du côté métacarpien ou du côté du trapèze n'a été retrouvé, ni aucune luxation de celui-ci. Une patiente a été reprise à 1 an post-opératoire, pour une mise en place d'une prothèse trapézo-métacarpienne suite à des douleurs persistantes après des efforts répétitifs.

Chez les patients de moins de 50 ans souffrant d'une arthrose trapézo-métacarpienne invalidante, l'implant Pyrocardan® permet de conserver la mobilité, d'apporter l'indolence et de récupérer une force comparable au côté controlatéral y compris chez des travailleurs manuels lourds. La tolérance de cet implant sur le plan clinique et radiologique se maintient sur le moyen terme.

Ces résultats confirment la fiabilité de cet implant dans l'arthrose trapézo-métacarpienne chez les patients jeunes et actifs.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Clara SOS (Interne) (Tours)
12:18 - 12:19 Discussion.
12:19 - 12:22 #27623 - CO165 Traitement d’une déformation sévère en Z du pouce d’origine arthrosique par une technique originale utilisant un nouvel implant d’interposition en pyrocarbone [Vidéo flash].
Traitement d’une déformation sévère en Z du pouce d’origine arthrosique par une technique originale utilisant un nouvel implant d’interposition en pyrocarbone [Vidéo flash].

Martin  CHOLLEY-ROULLEAU*  (1), Philippe  BELLEMERE  (2)

1. Service de chirurgie plastique et réparatrice de l'appareil locomoteur, chirurgie de la main,  Centre chirurgical Emile Gallé, Nancy, FRANCE

2. Institut de la main Nantes-Atlantique,  Polyclinique Santé Atlantique, Saint-Herblain, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : cholleyroulleau.martin@gmail.com (Martin CHOLLEY-ROULLEAU)

Contexte de la technique :

Une déformation sévère en Z de la colonne du pouce peut être la conséquence d'un collapsus arthrosique complet du trapèze ou d'un échec de trapézectomie.

Lorsque cette déformation est mal tolérée son traitement chirurgical se justifie mais il est difficile et souvent décevant.

Nous proposons une nouvelle technique ayant pour principe de redonner la longueur à la colonne du pouce par l'interposition scaphométacarpienne d'un implant original en pyrocarbone. Cette technique associant une ligamentoplastie permet de stabiliser la base du métacarpien. Un geste de stabilisation de la métacarpophalangienne peut y être associé.

Technique opératoire : 

L'intervention effectuée par une voie dorsopalmaire consistait en :

- une résection des vestiges trapéziens, une trapézoïdectomie partielle, un remodelage de la surface articulaire du métacarpien.

- une suspension transitoire par un double brochage du 1er métacarpien au 2ème métacarpien.

- l'interposition de l'implant original en pyrocarbone entre le métacarpien et le scaphoïde stabilisé par une hémibandelette de FCR.

- une ligamentoplastie de stabilisation de la base du métacarpien et de renfort capsulaire dorsal par une hémibandelette d'APL, et une ténodèse de l'EPB au col du métacarpien. 

Une arthrodèse de la MP du pouce peut être effectué dans certains cas.

Une orthèse d'immobilisation a été portée entre 4 et 8 semaines. L'usage complet sans restriction du pouce a été autorisé à 3 mois.

Cette technique originale de réalignement-ascension-stabilisation du 1er métacarpien avec l'aide de ce nouvel implant d'interposition (pas encore disponible sur le marché) semble, dans notre expérience de 6 cas, être intéressante pour traiter le difficile problème des déformations sévères en Z du pouce. Son évaluation clinique et radiologique à long terme sera cependant nécessaire.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Martin CHOLLEY-ROULLEAU (chef de clinique) (Nancy)
12:22 - 12:23 Discussion.

10:45-11:45
Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris

G2-33
Table ronde
Hypoplasies du Pouce - Pollicisations

Table ronde
Hypoplasies du Pouce - Pollicisations

Modérateur : Gilles DAUTEL (PUPH) (Nancy)
10:45 - 10:51 Utilisation d’un modèle anatomique pour comparer les différentes incisions proposées dans la littérature. Anais DELGOVE (Chirurgien) (Bordeaux), Gilles DAUTEL (PUPH) (Nancy)
10:51 - 10:57 Construction de la néo CMC lors de la pollicisation : Revue de la littérature et proposition technique. Colin PIESSAT (Assistant - Chef de Clinique) (Nancy), Gilles DAUTEL (PUPH) (Nancy)
10:57 - 11:03 Palmar instability of the MP joint. Niels BENATAR (Braunschweig, Allemagne)
11:03 - 11:09 Intérêt et limites du transfert de Huber pour la réanimation de l'opposition dans les hypoplasies du pouce. Sylvain SABATHE (Docteur junior) (Paris), Virginie MAS (Chirurgien) (Paris), Brice ILHARREBORDE (Paris), Pascal JEHANNO (Paris)
11:09 - 11:17 Choice of the opponensplasty and MP joint stabilization in Type 2. Paul SMITH (Oxon, Royaume-Uni)
11:17 - 11:23 Transfert en îlot du premier muscle interosseux dorsal lors d’une pollicisation de l'index : Etude anatomique et premier cas clinique. Yoan Kim DE ALMEIDA (Docteur) (Caen), Gilles DAUTEL (PUPH) (Nancy)
11:23 - 11:31 Pollicisation without shortening of intrinsics - experience after operating on 56 hands. Wiebke HÜLSEMANN (head of handsurgery department) (Hamburg, Allemagne)
11:31 - 11:37 Evaluation des résultats fonctionnels des pollicisations par Vidéo cachée. Virginie MAS (Chirurgien) (Paris), Frédérique DIZIN (CCA) (Paris), Brice ILHARREBORDE (Paris), Pascal JEHANNO (Paris)
11:37 - 11:45 Discussion.

10:45-12:30
Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris

AT2
Atelier
Microsutures sur micro-vaisseaux CREAPLAST

Atelier
Microsutures sur micro-vaisseaux CREAPLAST

10:45 - 12:30 Microsuture sur nouilles chinoises. Philippe LIVERNEAUX (PU-PH) (Strasbourg), Germain POMARES (Chirurgien) (Luxembourg, Luxembourg), Olivier BARBIER (médecin) (Bruxelles, Belgique)

11:45
11:45-12:30
Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris

G2-34
Table ronde
Duplication du pouce - Triphalangie du pouce

Table ronde
Duplication du pouce - Triphalangie du pouce

Modérateurs : Steven HOVIUS (Head of the Department) (Rotterdam, Pays-Bas), Pascal JEHANNO (Paris)
11:45 - 11:51 Instabilité IP. Franck FITOUSSI (PUPH) (Paris)
11:51 - 11:57 Plastie d’étoffage pour augmenter le volume du duplicat ulnaire conservé dans les duplications de stade IV. Gilles DAUTEL (PUPH) (Nancy)
11:57 - 12:03 Place de la plastie de retournement du long fléchisseur du pouce dans les duplications Wassel IV. Jean Gabriel DELVAQUE (Assistant spécialiste) (Paris), Raphaël NGUYEN (Interne) (Paris), Virginie MAS (Chirurgien) (Paris), Brice ILHARREBORDE (Paris), Pascal JEHANNO (Paris)
12:03 - 12:09 Tips and tricks in preaxial polydactyly. Steven HOVIUS (Head of the Department) (Rotterdam, Pays-Bas)
12:09 - 12:15 Triphalangeal thumb. Rolf HABENICHT (Hamburg, Allemagne), Steven HOVIUS (Head of the Department) (Rotterdam, Pays-Bas)
12:15 - 12:21 Triphalangeal thumb reconstruction. Scott OISHI (Dallas, Etats-Unis)
12:21 - 12:30 Discussion.

12:30 - 14:00 Déjeuner
14:00
14:00-15:00
Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris

G2-35
Face-à-face
Les pseudarthrose du scaphoïde : traitement endoscopique / traitement à ciel ouvert

Face-à-face
Les pseudarthrose du scaphoïde : traitement endoscopique / traitement à ciel ouvert

Modératrice : Eva-Maria BAUR (Murnau, Allemagne)
14:00 - 14:05 Rappel de la classification des pseudarthroses du scaphoïde, définition etc. Eva-Maria BAUR (Murnau, Allemagne)
14:05 - 14:12 Le greffon vascularisé histoire et techniques. Christophe MATHOULIN (Président d'honneur) (El Tarter, Andorre)
14:12 - 14:19 La greffe arthroscopique. Jean-Michel COGNET (Chirurgien Orthopédiste) (Reims)
14:19 - 14:24 Les autres techniques classiques : vissage, matti-russe. Christophe MATHOULIN (Président d'honneur) (El Tarter, Andorre)
14:24 - 14:29 Les autres techniques modernes (greffon libres). Jean-Michel COGNET (Chirurgien Orthopédiste) (Reims)
14:29 - 14:34 Indications des greffons vascularisés. Christophe MATHOULIN (Président d'honneur) (El Tarter, Andorre)
14:34 - 14:39 Indications des greffes arthro. Jean-Michel COGNET (Chirurgien Orthopédiste) (Reims)
14:39 - 15:00 Présentation de cas clinique. Eva-Maria BAUR (Murnau, Allemagne)
Durant la présentation des cas cliniques, l'audience sera sollicitée afin de répondre à un QCM. POUR Y PARTICIPER : https://app.sli.do/event/raxiteus/live/polls

14:00-15:00
Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris

G3-31
Communications libres
Recherche, innovation, pédagogie

Communications libres
Recherche, innovation, pédagogie

Modératrices : Adeline CAMBON-BINDER (MCU-PH) (Paris), Sybille FACCA (PU-PH) (Strasbourg)
14:00 - 14:06 #27818 - CO166 Développement d’un jumeau numérique de doigt pour dimensionner des systèmes médicaux.
Développement d’un jumeau numérique de doigt pour dimensionner des systèmes médicaux.

Sybille FACCA* (1), Salah AMROUS (2), Hamdi JMAL (2), Marcellin BILASSE (2), Nadia BAHLOULI (2), Philippe LIVERNEAUX (3)

1. CHU de Strasbourg, CNRS 7357, Strasbourg, FRANCE

2. Icube CNRS 7357, Strasbourg, FRANCE

3. Chirurgie orthopédique et de la main, Hôpitaux universitaires de Strasbourg, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : sybille.facca@gmail.com (Sybille FACCA)

Le recours à des simulations numériques capables de mimer le comportement des membres et des tissus qui le composent est une voie de plus en plus explorée pour limiter le nombre d’essais cliniques et les études expérimentales sur animaux ou sur cadavres. Dans ce cadre, nous proposons de développer un jumeau numérique de doigt qui sera utilisé pour dimensionner des systèmes médicaux comme le garrot doigt ou des simulateurs à la chirurgie. Des essais numériques permettent de proposer une optimisation des dispositifs médicaux avant une validation clinique finale.

Cette étude expérimentale et numérique a été réalisée sur la plateforme d’imagerie et de robotique médicale, de biomécanique au sein d’un laboratoire de recherche. Un rayon digital a été segmenté à partir d’images IRM, pour obtenir un modèle numérique importé dans le code de calcul éléments finis ABAQUS. Chaque tissu mou, composant un doigt cadavérique, peau, graisse, nerfs, artère, veine, tendons ont été caractérisés mécaniquement. Les courbes d’essais ont ensuite été modélisées par des lois hyper élastiques avant d’être introduits dans le code ABAQUS, afin de corréler les résultats numériques aux résultats expérimentaux.

Le binôme chirurgien/biomécanicien était essentiel à ce travail à la fois expérimental et numérique à toutes les étapes. La compagne expérimentale a permis d’obtenir une base de données des caractéristiques mécaniques de tous les tissus mous composant le doigt. Cette base de données a aussi enrichie une base de données plus importante pour créer des données massives de Santé. Tous les éléments anatomiques du doigt ont été numérisés à partir des images IRM ce qui a permis de créer le modèle numérique. Les lois de comportement introduites dans le code ont permis de simuler le comportement biomécanique des tissus.

Une comparaison des essais expérimentaux et des données numériques a permis de valider le modèle. Les résultats ont permis de faire une première validation prometteuse à compléter par l’acquisition numériques d’autres images IRM et par des essais complémentaires sur tissus mous. Le modèle a tout de même pu être utilisé sur 2 applications : un garrot digital de doigt et un simulateur de chirurgie.

La corrélation entre les images numériques et les essais expérimentaux pour obtenir des modèles en simulation doit continuer à être développer pour arriver à un jumeau numérique fidèle au segment anatomique. Le développement de systèmes médicaux pourra bénéficier de cet outil. Néanmoins, le couple chirurgien/mécanicien reste primordial à toutes les étapes de la conception.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Sybille FACCA (PU-PH) (Strasbourg)
14:06 - 14:08 Discussion.
14:08 - 14:14 #27819 - CO167 Estimation numérique des chargements mécaniques sur les articulations de l’index à l’aide d’un modèle biomécanique hybride.
Estimation numérique des chargements mécaniques sur les articulations de l’index à l’aide d’un modèle biomécanique hybride.

Barthélémy FAUDOT (1), Jean-Baptiste DE VILLENEUVE BARGEMON* (1), Benjamin GOISLARD DE MONSABERT (1), Jean-Louis MILAN (1), Laurent VIGOUROUX (2), Charlotte JALOUX (2), Régis LEGRÉ (2)

1. Institut des Sciences du Mouvement, APHM, Marseille, FRANCE

2. Chirurgie de la main,  Hôpital de la Timone, Marseille, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : jbdevilleneuvebargemon@gmail.com (Jean-Baptiste DE VILLENEUVE BARGEMON)

La connaissance de la distribution des chargements mécaniques locaux dans les articulations de la main est cruciale pour comprendre les conséquences de pathologies telles que l’arthrose. La mesure in-vivo des chargements articulaires n’étant pas réalisable, leur détermination reste un défi nécessitant des modèles biomécaniques numériques complexes.

Cette étude consiste à développer et valider un nouveau modèle biomécanique de l’index pour estimer les chargements articulaires pendant une force maximale en position pinch grip. Ce modèle « hybride » combine deux approches mathématiques permettant de prendre en compte les composants anatomiques de la main et un actionnement réaliste de la force des tendons.

Six sujets droitiers ont réalisé des préhensions d’objet en pinch grip pouce-index. Un capteur de force a été utilisé pour enregistrer la force appliquée sur l’objet et la position 3D des os de la main a été suivie à l'aide d’une technique de capture de mouvement. Ces données expérimentales ont été utilisées comme données d’entrée dans un modèle musculosquelettique permettant de déterminer numériquement les efforts musculaires.

Ces efforts ont été utilisés pour piloter un modèle par éléments finis. Pour ce dernier, la modélisation numérique a été réalisée à l’aide de CT-scan d’un sujet droitier permettant d’obtenir la géométrie osseuse grâce à une étape de segmentation. Le cartilage, les tendons fléchisseurs et extenseurs ainsi que les ligaments ont été modélisés en 3D suivant l’anthropométrie du patient.

Pour les articulations IPD, IPP et MCP, les chargements articulaires maximaux étaient de 32,6 ± 9,0 MPa, 34,0 ± 8,4 MPa et 37,2 ± 7,5 MPa et les chargements articulaires moyens étaient de 6,9 ± 2,7 MPa, 6,2 ± 1,0 MPa et 7,2 ± 1,3 MPa, respectivement.

L'accord entre les données expérimentales et les estimations numériques sur la force appliquée sur l’objet et les forces tendineuses suggèrent que ce nouveau modèle permet des simulations réalistes de la biomécanique digitale. De manière surprenante, les résultats montrent que les pressions aux articulations IPD et IPP sont fortes, équivalentes à celles de l’articulation MCP. Ce résultat contre-intuitif, puisque les chargements articulaires tendent classiquement à augmenter dans le sens disto-proximal, confirme que l’arthrose observée à ces articulations pourrait en partie avoir une origine mécanique.

Les développements cette méthode hybride permettront de simuler la main entière et d'autres tâches de la vie quotidienne. Une meilleure compréhension des déterminants mécaniques et des conséquences des pathologies articulaires ainsi que l’amélioration de la planification opératoire et du matériel chirurgical seront alors possibles.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Barthélémy FAUDOT (Marseille)
14:14 - 14:16 Discussion.
14:16 - 14:22 #27820 - CO168 Évaluation de la réorganisation sensorimotrice par imagerie fonctionnelle par résonance magnétique après replantation de la main.
Évaluation de la réorganisation sensorimotrice par imagerie fonctionnelle par résonance magnétique après replantation de la main.

Philippe RIZZI, Alain TCHURUKDICHIAN, Alessio STIVALA, Narcisse ZWETYENGA, Vivien MORIS, David GUILLIER*

Service de chirurgie Plastique, reconstructrice et de la Main - Centre hospitalier Universitaire, Dijon, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : docteurguillierdavid@gmail.com (David GUILLIER)

L'amputation de la main est un traumatisme rare et d’une intensité intense. La replantation et l'allogreffe après ce type de blessure nécessitent une réorganisation importante du cerveau. La plasticité cérébrale est indispensable pour une récupération fonctionnelle après atteinte du système nerveux central. L’objectif est d’étudier la plasticité cérébrale par imagerie fonctionnelle tout au long de la phase de rééducation dans les suites d’une lésion nerveuse périphérique.

Un patient de 17 ans, bucheron, a bénéficié d’une replantation de la main non dominante après amputation traumatique au niveau du quart distal de l’avant-bras. Après 18 jours d'hospitalisation et une rééducation en centre spécialisé, le suivi clinique et par explorations fonctionnelles (EMG et IRM fonctionnelle avec séquences T1 3D MP-RAGE, GRE BOLD et EPI) été réalisé pendant 2 ans.

La prise en charge de ce patient a permis d'obtenir un excellent résultat fonctionnel

permettant une réinsertion sociale et professionnelle réussie. Les examens électroneuromyographiques à 18 mois confirmait la régénération nerveuse prédominante dans les différents territoires. L’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle objective le recrutement de zones motrices secondaires et accessoires pour les mouvements simples et complexes, dépendant habituellement majoritairement de l'aire motrice primaire. Les sensibilités fine et thermo-algique révèlent l’activation de l’ensemble du gyrus postcentral droit mais aussi une hyper sollicitation des gyri pré et post centraux controlatéraux.

Cette plasticité révèle que la projection cérébrale de la main se retrouve sur plusieurs aires corticales favorisant ainsi la réorganisation intrinsèque après une lésion nerveuse centrale ou périphérique. Cette modularité a également été constatée chez l'Homme lors des transferts tendineux ou amputations de membres. Les aires motrices peuvent être réorganisées en l'espace de quelques minutes ce qui exclut toute croissance axonale ou naissance de nouvelles synapses au sein de la zone motrice principale. Il existe donc des inhibiteurs physiologiques et réversibles inter-neuronaux au sein du cortex moteur. L'apprentissage et la répétition des gestes favorisent la plasticité cérébrale par la modification des représentations motrices au sein du cortex moteur primaire, soulignant l'importance d'une rééducation précoce et durable après toute atteinte aux nerfs afférents

Il existe une réelle plasticité cérébrale dynamique dont l’équilibre dépend des influences inhibitrices et excitatrices exercées sur les neurones corticaux. Toute perturbation de cet équilibre impose au cerveau de s’adapter aux nouvelles circonstances afin de réintégrer la main comme unité fonctionnelle du corps.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Philippe RIZZI (Chirurgien) (Dijon)
14:22 - 14:24 Discussion.
14:24 - 14:30 #27821 - CO169 Evaluation tridimensionnelle versus radiographique pour l'analyse des cals vicieux extra-articulaires du radius distal.
Evaluation tridimensionnelle versus radiographique pour l'analyse des cals vicieux extra-articulaires du radius distal.

Lionel ATHLANI (1), Audrey CHENEL (2), Romain DETAMMAECKER (1), Gilles DAUTEL (1)

1. Centre Chirurgical Emile Gallé, CHU, Nancy, FRANCE

2. Newclip Technics, PSI Radius, Haute-Goulaine, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : lionel.athlani@gmail.com (Lionel ATHLANI)

Le but de cette étude était de comparer la précision de l'évaluation de la déformation des cals vicieux extra-articulaires du radius distal à l'aide de mesures radiographiques par rapport à une méthode tridimensionnelle (3D) impliquant des modèles osseux informatiques 3D.

Des patients consécutifs qui avaient un cal vicieux du radius distal extra-articulaire ont été inclus. Des radiographies standards et des scanners des deux poignets (pathologique et sain controlatéral) ont été réalisés. La pente radiale, l'inclinaison radiale et la variance ulnaire ont été mesurées sur les radiographies. Les données de la tomodensitométrie ont été utilisées pour créer des modèles de surface osseuse 3D des deux radius. La pente radiale 3D, l'inclinaison radiale 3D, la variance ulnaire 3D et la déformation en rotation axiale ont été calculées en utilisant des plans de références.

Seize patients âgés en moyenne de 40 ans (22 à 57 ans) ont été inclus. Les trois valeurs 3D étaient corrélées positivement avec leurs valeurs radiographiques correspondantes. Néanmoins, la pente radiale 3D et l'inclinaison radiale 3D étaient légèrement inférieures à leurs correspondantes radiographiques. La différence quantitative entre la méthode 3D et les radiographies simples était en moyenne de 2 ° pour le groupe à déformation dorsale et de 3 ° pour le groupe de déformation palmaire. La variance ulnaire 3D était significativement plus élevée que la variance ulnaire radiographique en moyenne de +1,3 mm pour les cals vicieux à déformation dorsale (p = 0,002) et de +0,6 mm pour les cals vicieux à déformation palmaire (p = 0,007). La méthode 3D nous a permis de mesurer l'étendue de la déformation en rotation axiale, qui était de 9 ° en moyenne (extrêmes 2 à 21 °).

Malgré de faibles différences, les mesures effectuées sur des radiographies simples et des modèles osseux informatiques 3D semblent toutes deux précises pour évaluer la déformation des cals vicieux extra-articulaires du radius distal. Notre méthode 3D semble fournir une mesure plus précise de la variance ulnaire, en particulier pour les cas avec déformation dorsale, et est utile pour mesurer la déformation en rotation axiale. Cette technique a également l'avantage de pouvoir planifier virtuellement la correction et d'imprimer en 3D des guides d'aide à la réalisation de l'ostéotomie et de la réorientation de l'épiphyse distale du radius.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Recherches cliniques/travaux scientifiques : Newclip Technics
Consultant, expert : Newclip Technics
Cours, formations : Newclip Technics
Documents publicitaires : Newclip Technics
Invitations à des congrès nationaux ou internationaux : Newclip Technics
Actionnariat : non
Détention d’un brevet ou inventeur d’un produit : non


Lionel ATHLANI (Praticien Hospitalier Universitaire) (Nancy)
14:30 - 14:32 Discussion.
14:32 - 14:38 #27822 - CO170 Reconstruction tri-dimensionnelle de la main et du poignet à partir de radiographies biplanes.Evaluation de la précision et de la fiabilité.
Reconstruction tri-dimensionnelle de la main et du poignet à partir de radiographies biplanes.Evaluation de la précision et de la fiabilité.

François LOISEL* (1), Stan DURAND (2), Jean-Noël GOUBIER (3), Laurent OBERT (1), Xavier BONNET (2), Philippe ROUCH (2), Wafa SKALLI (2)

1. Orthopédie, Traumatologie, Plastique et Reconstructrice, SOS Main, CHU Jean Minjoz, Besançon, FRANCE

2. ENSAM, Paris, FRANCE

3. Centre International de Chirurgie de la Main, Paris, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : francois_loisel@yahoo.fr (François LOISEL)

L’examen de première intention dans le bilan diagnostic du poignet douloureux est la radiographie standard. Cependant, les radiographies 2D fournissent des informations limitées et sont sujettes à des biais de chevauchement et de projection osseuse. L’objectif de notre travail est de présenter une méthode de reconstruction de la main en 3D à partir de radiographies biplanes et de la comparer au gold standard scannographique.

Notre méthode consiste à déformer un modèle générique de la main et du poignet et à la rétro projeter sur des radiographies biplanes par des processus manuels et automatiques. 6 mains saines ont été imagées. La justesse de la méthode a été évaluée par une comparaison entre les reconstructions des radiographies biplanes et les reconstructions correspondantes des scanners. L'erreur moyenne de la distance entre le point et la surface a été calculée ainsi que la mesure de 3 paramètres cliniques (longueur du scaphoïde, profondeur du radius, hauteur du trapèze) pour comparer les deux modes de reconstruction. La fiabilité de la méthode (variabilité inter- et intra-opérateurs) a été mesurée selon la norme ISO 5725 et la précision de la reconstruction a été estimée en considérant l'intervalle de confiance de 95% (IC 95%) comme 2 x les écarts types de la précision.

En moyenne, pour tous les os de la main, la différence point à surface entre les reconstructions par radiographies biplanes et par tomodensitométrie était de 0,27 mm. La distance moyenne entre les paramètres cliniques mesurés sur la reconstruction 3D à partir du CT-scan et les radiographies biplanes était d'environ 0,7 mm pour la longueur du scaphoïde, 1,3 mm pour la profondeur du radius et 0,6 mm pour la hauteur du trapèze. De plus, la variabilité inter-observateurs a montré une précision à 95% CI inférieure à 0,5 mm pour tous les os en ce qui concerne la reconstruction de la surface, inférieure à 1,5 mm pour la position des os dans l'espace.

La méthode actuelle permet d'obtenir une reconstruction 3D précise de la main et du poignet par rapport au scanner segmenté traditionnel. En améliorant l'automatisation de la méthode, cela nous permettrait d'obtenir rapidement des informations objectives sur la position des os dans l’espace.

L'intérêt de cette méthode réside dans le diagnostic précoce de certaines pathologies ligamentaires (instabilité carpienne) et possède également des implications allant de la planification chirurgicale à la modélisation manuelle personnalisée par éléments finis.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


François LOISEL (Orthopédiste - Chirurgien de la main) (Besançon)
14:38 - 14:40 Discussion.
14:40 - 14:43 #27650 - CO171 L’intelligence artificielle arrive à repérer avec précision deux voies d’abord de la main et du poignet.
L’intelligence artificielle arrive à repérer avec précision deux voies d’abord de la main et du poignet.

Ahmad Bihes Joseph  KARKAZAN*  (1), Rafik  HAMMOUTENE  (2), Insaf  NAHRI  (2), Charles  DACHEUX  (1), Younes  BENNANI  (2), Thomas  GREGORY  (1)

1. Chirurgie Orthopédique,  Hôpital Avicenne, Paris, FRANCE

2. La Maison des Sciences Numériques,  Université Sorbonne Paris Nord, Paris, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : ab.karkazan@gmail.com (Ahmad Bihes joseph KARKAZAN)

L'intelligence artificielle est de plus en plus utilisée ; Parmi ses branches on trouve l'apprentissage profond (Deep Learning)

L'objectif de ce travail expérimental et statistique est l'étude de la faisabilité de l'utilisation d'un algorithme d'intelligence artificielle ainsi que la détermination de son efficacité et sa pertinence dans la reconnaissance topographique cutanée d'une voies d'abord de la main, puis du poignet.

Nous utilisons les réseaux de neurones à convolution comme outils d'apprentissage profond.

467 images de mains et de poignets (230 droits et 237 gauches) ont été photographiées sur la face antérieure.

Nous cherchons à dessiner deux voies d'abord cutanées :

Au poignet la voie d'abord de la neurolyse endoscopique du canal carpien.

La paume de la main : Pli palmaire distal

Les photos ont été divisées en deux groupes :

Un premier groupe de photos pour apprendre à l'algorithme à reconnaître le poignet et la paume de la main.

Un deuxième groupe, dont les photos n'ont pas participé au processus d'apprentissage, pour tester le degré de pertinence de cet algorithme pour détecter les deux voies d'abord sur de nouvelles photos.

La moyenne de repérage des zones d'intérêt est  à 93% pour le poignet et 91% pour la paume de la main.

Pour valider ces résultats obtenus en test, Les intervalles de confiance pour la détection de la voie de la neurolyse endoscopique du canal carpien est [90.31%, 94.98%] et pour la détection du pli palmaire distal est [88.05%, 93.27%].Malgré la petite taille de l'ensemble des données de test, ces intervalles de confiance montrent une bonne précision du taux de détection.

Les techniques d'Apprentissage profond utilisées impliquent les réseaux de neurones à convolution ; leur fonctionnement se base sur des méthodes mathématiques qui cherchent et filtrent les caractéristiques communes dans une image ; réduisent sa taille pour initier le processus d'apprentissage, qui se fait sur plusieurs couches entièrement liées entre elles formant les blocs élémentaires des réseaux de neurones, d'où l'importance d'étude expérimentale statistique pour apporter la preuve de l'efficacité des algorithmes dans la reconnaissance de l'anatomie topographique de la main et du poignet sans déformation des données.

Les réseaux de neurones à convolution sont valides et pertinents dans la reconnaissance de l'anatomie topographique à partir des photos.

En chirurgie il faut viser une pertinence proche de 100%.

Cette étude ouvrira la voie aux application du deep Learning en enseignement et en chirurgie de la main.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Ahmad Bihes Joseph KARKAZAN (chirurgien orthopédiste) (Bobigny)
14:43 - 14:44 Discussion.
14:44 - 14:47 #27649 - CO172 La détection des structures anatomiques de la main est possible en réalité augmentée grâce à l’utilisation de l’intelligence artificielle. Etude cadavérique.
La détection des structures anatomiques de la main est possible en réalité augmentée grâce à l’utilisation de l’intelligence artificielle. Etude cadavérique.

Thomas  GREGORY  (1), Ahmad Bihes Joseph  KARKAZAN* (1), Charles  DACHEUX  (1), Insaf  NAHRI  (2), Younes  BENNANI  (2)

1. Chirurgie Orthopédique,  Hôpital Avicenne, Paris, FRANCE

2. La Maison des Sciences Numériques,  Université Sorbonne Paris Nord, Paris, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : ab.karkazan@gmail.com (Ahmad Bihes joseph KARKAZAN)

La réalité augmentée en chirurgie du membre supérieur se base sur la modélisation 3D des scanners osseux sans exploitation des parties molles ;

L'objectif de ce travail est d'expérimenter, étudier l'intégration d'une intelligence artificielle pour la localisation et la reconnaissance des nerfs, artère, muscles et tendons à partir  d'images issues de l'appareil de réalité augmenté.

405 Photos de mains disséquées  de 3 cadavres, après injection de silicone rouge pour visualiser le réseau artériel, sont exploitées en utilisant les réseaux de neurones convolutifs comme outils d'apprentissage profond.

Nous avons utilisé deux algorithmes d'apprentissage pour bien classifier et détecter les différentes structures de la main (nerf, artère, muscle, tendon).

Objectifs du premier algorithme :

Première Etape : Extraction des caractéristiques de chaque structure, 

Deuxième étape : Extraction des structures séparément sous forme d'image indépendante ce qui a donné 28 552 images qui  ont été labélisées une par une ; et divisées en deux groupes :

80% pour l'apprentissage 

20% pour le test (photos inconnues à  l'algorithme pour tester le degré de sa pertinence) 

Troisième Etape : Distinction  entre les différentes structures.(classification)

Objectifs du deuxième algorithme : Détection des objets d'intérêt

Apprentissage et entraînement du détecteur d'objet en utilisant 405 images dont 354 pour l'apprentissage et 34 pour la validation et 17 pour le test.

Nous sommes arrivés à une moyenne de détection de 95% pour le muscle, 95% pour le nerf, 92% pour l'artère, 94% pour le muscle et 80% pour le tendon. Le taux de pertinence de détection moyen de toutes les structures est de 90.31%. 

Pour valider ce taux de détection en test, nous avons estimé un intervalle de confiance à 95%. Ceci  permet de définir une marge d'erreur entre les résultats observés et la capacité de généralisation du système. L'intervalle de confiance est associé à un niveau (dans notre cas 95%), qui minore la probabilité de contenir la valeur du taux de détection. 

Dans cette étude l'intervalle de confiance est [89.51%, 91.05 %].

Malgré un intervalle de confiance avec 95% de degré de précision sur les échantillons de photos exploitées dans les tests, ce taux reste insuffisant pour une utilisation en chirurgie ;

Pour augmenter le taux de précision nous avons deux solutions : augmenter la quantité de données et / ou essayer d'autres algorithmes de détection.

Les résultats obtenus sont très encourageants et suffisamment significatifs pour une utilisation dans la formation ; l'assistance de jeunes chirurgiens et la simulation.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Thomas GREGORY (Chef de Service) (Bobigny)
14:47 - 14:48 Discussion.
14:48 - 14:54 #27792 - CO174 L’ostéotome diaphysaire d’accourcissement : une idée originale d’IA KAPANDJI [Vidéo flash].
L’ostéotome diaphysaire d’accourcissement : une idée originale d’IA KAPANDJI [Vidéo flash].

Hervé LAMARRE*,  Armelle BRETON

Clinique Ambroise Paré, Thionville, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : hervelamarre@me.com (Hervé LAMARRE)

En 1982, dans le numéro Ann. Chir. Main, 1, 3, 265-267, I.A KAPANDJI, faisait paraître un article bilingue appelé « Technique de raccourcissement du radius » dans la maladie de Kienböck.

Le Dr IA KAPANDJI se posait alors la question de « comment réaliser pratiquement ce raccourcissement dans le mimimum de temps et de complication ».

Il déplorait, qu’à main levée, c'est-à-dire sans guide ancillaire : «  cette technique est assez délicate et pendant sa réalisation, il existe au moins un moment où le montage est précaire. »

Il imaginait alors « un protocole opératoire basé sur l’utilisation d’un matériel ancillaire simple permettant une opération rapide ». 

En pratique, sa proposition comprenait deux gabarits complémentaires et dédiés à l’usage d’une « plaque à compression dynamique à la face inférieure concave », « à 6 trous » modifiée.

Plus de trente ans plus tard et alors que l’ancillaire en question n’a jamais vraiment été distribué, un chirurgien de la génération suivante se posait les mêmes questions… face aux mêmes difficultés mais cette fois sur l’ulna.

Ce second chirurgien ignorait les travaux préalables de son confrère, validant à son insu, l’adage « En médecine, tout a été écrit mais tout n’a pas été lu »… mais, finalement, ses conclusions rejoignaient son illustre prédécesseur.

Cette vidéo-flash se propose : 

- de rendre hommage à IA KAPANDJI, en détaillant sa solution issue de ces réflexions biomécaniques lumineuses, exemple typique de la capacité d’innovation de cette époque héroïque,

- comparer, en analysant l’offre actuelle d’ancillaires de raccourcissement diaphysaire, deux démarches différentes : simplicité radicalement chirurgicale à plaque générique d’un côté versus sophistication d’ingénieurs à plaques propriétaires de l’autre.


- analyser la difficulté de produire et mettre à disposition aujourd’hui des innovations utiles aux chirurgiens (et donc au patient) dans le cas d’interventions rares donc non rentables d’un point de vue industriel.

Conclusion : Sortie de la tête de chirurgiens, une telle solution d’ostéotomie simplifie le geste en le rendant reproductible rendant service au chirurgien et in fine à son patient. En pratique, ce type d’innovation ne peut être que directement géré par la profession.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Recherches cliniques/travaux scientifiques : ASCLEPIOS
Consultant, expert : ASCLEPIOS
Cours, formations : ASCLEPIOS
Documents publicitaires : ASCLEPIOS
Invitations à des congrès nationaux ou internationaux : ASCLEPIOS
Actionnariat : ASCLEPIOS
Détention d’un brevet ou inventeur d’un produit : ASCLEPIOS


Hervé LAMARRE (chirurgien) (Thionville)
14:54 - 14:56 Discussion.

15:00
15:00-16:00
Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris

G2-36
Table Ronde
Rhizarthrose : la STT

Table Ronde
Rhizarthrose : la STT

Modérateurs : Laurent OBERT (Chirurgien orthopédiste) (Besançon), Filip STOCKMANS (Responsable SOS Mains) (Heule Kortrijk, Belgique)
15:00 - 15:05 Résultat de l'enquète Rhizarthrose. Héléna GUERRA BRESSON (Interne) (Paris)
15:05 - 15:12 Arthrose STT : résection pole distal du scaphoide et interposition. Pierre DESMOINEAUX (praticien hospitalier) (Le Chesnay)
15:12 - 15:19 Arthrose STT : résection arthroscopique avec ou sans implant. Michel LEVADOUX (Chef de Service) (Toulon)
15:19 - 15:26 Arthrose STT et prothèse INCA. Roland LILLE (chirurgien retraité) (Lyon)
15:26 - 15:33 Arthrose STT et Arthrodèse STT. Gilles DAUTEL (PUPH) (Nancy), Martin CHOLLEY-ROULLEAU (chef de clinique) (Nancy)
15:33 - 15:40 Arthrose péritrapézienne, Pyrocardan et sandwich. Philippe BELLEMERE (chirurgien de la main) (Nantes)
15:40 - 15:45 Arthrose péritrapézienne et prothèse TMC : toujours une contre indication ? Laurent OBERT (Chirurgien orthopédiste) (Besançon)
Laurent Obert, Sarah Zamour, Gauthier Menu, Anaïs De Bie, Alexandre Buffet, Francois Loisel
15:45 - 15:53 Evaluation fonctionnelle de la prise en charge chirurgicale de l’arthrose scapho-trapézo-trapézoïdienne isolée: série rétrospective monocentrique de 24 patients. Elise LUPON (Interne de chirurgie plastique) (Toulouse)
Gregory Lafaye, Michel Rongières, Elise Lupon, Jean-Louis Grolleau, Samuel Riot, Pierre Mansat

15:00-16:00
Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris

G3-32
Communications libres
Organisation, imagerie

Communications libres
Organisation, imagerie

Modérateurs : Roberto BECCARI (chirurgien) (Rouen), Alexandre DURAND (Chirurgien de la main) (Maxeville)
15:00 - 15:03 #27793 - CO175 Organisation des consultations externes dans un centre hospitalo-universitaire de chirurgie de la main français pendant la période de confinement de la crise sanitaire due au Covid 19.
Organisation des consultations externes dans un centre hospitalo-universitaire de chirurgie de la main français pendant la période de confinement de la crise sanitaire due au Covid 19.

Charlotte GABRIEL*, El Medhi BOUMEDIANE, Adeline MATHIOT, Stéphanie GOUZOU, Marie SCHWEBEL, Philippe LIVERNEAUX, Sybille FACCA 

Chirurgie orthopédique et de la main, Hôpitaux universitaires de Strasbourg, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : gabriel_charlotte@yahoo.fr (Charlotte GABRIEL)

La crise sanitaire covid_19, a fortement impacté l’organisation du monde hospitalier.

Les objectifs de cette étude étaient de mettre en évidence les différentes phases de la réorganisation des consultations externes d’un service de chirurgie de la main lors de la crise sanitaire du covid_19

Au sein d’un service de chirurgie de la main dans un établissement hospitalo-universitaire composé de 7 chirurgiens de la main seniors et d’un service d’accueil SOS main, nous avons analysé les modifications organisationnelles au sein des consultations externes dès l’apparition des premiers cas en France. Nous avons ainsi comparé sur une même période l’organisation et le fonctionnement des consultations externes entre l’année 2019 (considérée comme année de référence sans pandémie) et l’année 2020 (année étudiée avec pandémie covid_19). Entre les semaines 11 et 21 (S11 – S21) ont été analysés 3 types de critères : les patients, les créneaux de consultations et les moyens humains et logistiques. De plus, nous avons analysés les différentes étiologies des urgences pris au bloc opératoire pendant la même période."

Concernant le critère « patients », durant cette période, le nombre global de patients venus en présentiel a diminué de 64 ,51 %entre 2019 et 2020 (3426 patients vs 1216), Si aucun patient n’a été pris en charge en téléconsultation en 2019, 248 patients ont été contactés par ce moyen en 2020, mais avec une stabilisation de leur nombre dès la semaine 14 (S14). 

Concernant le critère « créneaux de consultations », le fonctionnement hebdomadaire normal des consultations de chirurgie de la main durant S11-S17en 2019 était le suivant de 28 créneaux. Durant la pandémie, à partir de la semaine 13, seulement 5 créneaux ont été gardés les matins.

Concernant le critère « moyens humains et logistiques», le personnel médical et paramédical disponible pour assurer le fonctionnement des consultations externes sur une semaine est en temps normal de 26 agents et au plus fort de la crise ce nombre est descendu à 13 du notamment au télétravail, à la délocalisation, aux arrêts pour raison médicale et aux congés.

Grâce à l’adaptation en 3 phases, la poursuite des soins et du suivi externe a pu être possible. Cependant grâce aux adaptations, on a d’une part assuré 35,49% du nombre de patients venus en consultations externes par rapport à 2019, et d’autre part mis en place de 2 nouveautés technologiques : le télétravail et la téléconsultation

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Charlotte GABRIEL (Assistant spécialiste) (Schaerbeek, Belgique)
15:03 - 15:04 Discussion.
15:04 - 15:10 #27796 - CO177 Bénéfice d'un conebeam au cabinet du chirurgien de la main.
Bénéfice d'un conebeam au cabinet du chirurgien de la main.

Pierre CROUTZET* (1), Djerbi ISKANDER (2), Régis GUINAND (1)

1. Institut Toulousain du Membre Supérieur, Toulouse, FRANCE

2. Clinique de l'Union, Toulouse, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : docteur.croutzet@gmail.com (Pierre CROUTZET)

Les fractures et les lésions ligamentaires sont le quotidien d’un centre de chirurgie de la main. La radio standard n’offre pas toujours une aide diagnostic suffisante pour décider de la démarche à suivre, en particulier en terme de décision chirurgicale. Le scanner apporte cette précision mais l’obtention du rendez-vous ralenti la prise en charge et irradie le patient.

Nous rapportons ici notre expérience d'utilisation d'une imagerie tridimensionnel conebeam (CBCT) directement au sein du cabinet médical : bénéfices pour le patients, intérêt pour le chirurgien, économie potentiel pour le système de santé.

Pendant un an d’utilisation quotidienne en consultation et en post-opératoire, les radios standard furent remplacées par un CBCT, profitant d’un controle 3d systématique.

Nous avons inclus 800 CBCT réalisés en consultation et 180 CBCT en post-opératoire.

Les critères d’évaluation furent :

-les bénefices patients : typologie de bénéfice médicaux, gain de temps et de transport, irradiation par rapport à un contrôle radio 3 incidences

-intérets pour le chirurgien : gain de temps et gain financier

-bénéfices pour le système de santé

Patients : au delà des gains déjà connus propre au 3d (précision du déplacement, diagnostic de fracture occulte, détail de la comminution fracturaire), l’obtention immédiate d'un examen CBCT permet d’accélérer et optimiser la prise en charge. Le CBCT systématique permet de diminuer de 30% l’irradiation globale par rapport à une prise en charge classique de radio plus scanner à la demande. Le gain de temps moyen par rapport à un rendez-vous scanner en centre de radiologie fut de 12 jours en moyenne.

Chirurgiens: L'imagerie CBCT au cabinet permet de limiter le recours à une consultation secondaire et augmente de ce fait le nombre de consultation de première fois, 5 clichés par jours travaillés permettent d’amortir le cout de la machine

Système de santé : L'imagerie au cabinet diminue les délais de consultations avec le spécialiste, diminue les frais de transports et la durée des arrêts de travail, diminue le coût de l’imagerie et la dose totale d’irradiation médical

Une prise en charge diagnostic complète au cabinet du chirurgien et non au cabinet du radiologue est aujourd’hui permise grâce à la miniaturisation des techniques et des coûts d’imagerie.

L’utilisation d’une imagerie CBCT en routine au cabinet est un gain médical et financier pour le patient, le chirurgien de la main et pour la collectivité.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Pierre CROUTZET (chirurgien du membre supérieur) (Toulouse)
15:10 - 15:16 #27797 - CO178 Place du Cone Beam Computed Tomography (CBCT) dans un centre de chirurgie de la main pour les pathologies aigues et chronique du poignet et de la main.
Place du Cone Beam Computed Tomography (CBCT) dans un centre de chirurgie de la main pour les pathologies aigues et chronique du poignet et de la main.

Konstantinos DROSSOS*, Anne LEJEUNE, Nicolas CUYLITS, Petrus VAN HOONACKER, Nader CHAHIDI

Centre Médical du Parc, Bruxelles, BELGIQUE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : kdrossos@yahoo.fr (Konstantinos DROSSOS)

Le CBCT a été utilisé initialement dans le secteur de l’orthodontie depuis 15 ans. Depuis quelques années son usage s’est étendu dans l’imagerie des extrémités.

Le nombre de pixels est supérieur par rapport aux images d’un CT scan multi coupes. Par conséquent, la résolution spatiale des images est meilleure. Cependant le contraste est moins bon et il y a plus d’artefacts en cas de présence de matériel d’ostéosynthèse. Il y a plus d’options de positionnement du patient avec possibilité de faire des examens en charge. L’irradiation (0.04mSv) correspond à celle de 2-3 clichés de radiographie standard et est moins importante de celle émise lors d’un CT scan(0.13mSv). Le temps d’acquisition est plus rapide et le coût moindre (130€ en Belgique).

Sur les Rx standards il y a 4.1% de faux négatifs pour les fractures de poignet et 5.4% pour les fractures des os de la main. Pour le scaphoïde ce taux varie de 2-20%. Sa réalisation permet de limiter les incidences spécifiques des Rx standards en cas de suspicion de fracture du scaphoïde.

Le CBCT offre une étude pré opératoire détaillée dans le cadre de l’arthrose TMC afin d’évaluer l’état de la STT et mesurer la hauteur résiduelle du trapèze. Sur base de ces éléments les indications de mise en place d’une prothèse TMC sont plus précises.

Nous présentons notre expérience illustrée par des cas cliniques de traumatologie : suspicion de fracture non visible sur les Rx standards ou mise au point plus détaillée des fractures intra articulaires. Pour les cas de chirurgie froide, illustration des cas où le résultat du CBCT a influencé la décision thérapeutique finale. 

Le CBCT permet en post opératoire le contrôle de la réduction des fractures intra articulaires du radius distal, du scaphoïde et des os de la main (marche d’escalier ou déplacement secondaire). La position du matériel d’ostéosynthèse est vérifiée afin d’exclure un implant en position intra articulaire.

La possibilité d’avoir cet outil d’imagerie en accès direct 24/24h sur le plateau de consultation est un bénéfice pour le patient sur le thérapeutique et sur le plan économique. Il y a également un avantage en termes de dépenses publiques car le diagnostic rapide et précis permet de raccourcir les périodes d’incapacité de travail. La réalisation d’artho CTCB permettrait le diagnostic rapide des lésion ligamentaires intrinsèques.

Le CBCT est un outil efficace et indispensable sur un plateau de consultation performant au service du patient.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Konstantinos DROSSOS (Chirurgie de la main) (Auderghem, Belgique)
15:16 - 15:20 Discussion commune.
15:20 - 15:26 #27798 - CO179 Hypnose et auto-hypnose en chirurgie de la main. Résultats préliminaires d'une étude randomisée en simple aveugle.
Hypnose et auto-hypnose en chirurgie de la main. Résultats préliminaires d'une étude randomisée en simple aveugle.

Florent WEPPE*, Maximilien ARNAL

Centre de la Main Sauvegarde, Lyon, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : florent.weppe@hotmail.fr (Florent WEPPE)

L'hypnose est une technique d'anesthésie et d'analgésie complémentaire validée. Elle est essentiellement utilisée par les équipes d'anesthésie mais peu par les opérateurs chirurgicaux. Cette technique est utilisée de manière large dans la gestion des douleurs chroniques post opératoires par les centres anti-douleurs de manière curative mais non de manière préventive.

10 patients devant bénéficier d'une chirurgie de la main ou du poignet par un opérateur unique ont été randomisés en 2 groupes. Le premier groupe bénéficiait en préopératoire d'une séance d'apprentissage de l'auto-hypnose et était invité à réaliser des séances durant les 15 jours post opératoires. Le deuxième groupe ne bénéficiait pas de cette séance en préopératoire. Le suivi des 2 groupes était réalisé sur 15 jours par auto-questionnaire comprenant une échelle visuelle analogique de la douleur, de la mobilité ressentie et de l'anxiété ainsi qu'un score Quick-DASH. Le nombre de séances d'auto-hypnose était colligé ainsi que la consommation d'antalgique. Le chirurgien opérateur ne connaissait pas la répartition des patients dans les groupes (simple aveugle).

Il n'existe pas de différence statistiquement significative entre les 2 groupes à 15 jours post opératoires sur les échelles visuelles analogiques et le score Quick-DASH. Les échelles visuelles analogiques de la douleur et de l'anxiété sont statistiquement plus faibles au cours des 6 premiers jours post opératoires. 

Le nombre moyen de séance quotidienne réalisée est de 1,3. La réalisation des séances est considérée comme facile ou modérément aisée dans 4 cas sur 5. Aucun syndrome douloureux régional chronique n'est observé dans les 2 groupes. Aucun effet indésirable n'est observé dans le groupe hypnose.

La pratique de l'auto-hypnose réalisée en post opératoire par le patient semble améliorer les résultats subjectifs en particulier la douleur dans la période post-opératoire immédiate. Les résultats de cette étude préliminaire sont encourageants mais nécessitent une population plus importante et des types de chirurgie homogènes.

L'hypnose et en particulier l'auto-hypnose est une technique simple, au coût réduit. Elle constitue un traitement adjuvant aux antalgiques usuels mais pourrait également constituer un traitement préventif efficace des syndromes douloureux locaux ou régionaux chroniques. Son action est probablement adaptée aux chirurgies fonctionnelles comme la chirurgie de la main.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Florent WEPPE (Co gérant) (Lyon)
15:26 - 15:28 Discussion.
15:28 - 15:34 #27599 - CO180 Etat des lieux - Microchirurgie : enseignement, pratique, et activité scientifique.
Etat des lieux - Microchirurgie : enseignement, pratique, et activité scientifique.

Xavier  MOREL, Thomas  JAGER, Germain  POMARES*

Institut Européen de la Main,  Institut Européen de la Main, Luxembourg, Luxembourg

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : germain.pomares@icloud.com (Germain POMARES)

Dans le cadre l'activité de chirurgie de la main, nous avons réalisé un état des lieux de la pratique microchirurgicale selon trois axes : pédagogique, scientifique et clinique.

Nous avons exploré les méthodes de formation théorique et pratique à la microchirurgie. Nous avons quantifié au cours du temps, la fréquentation du congrès du groupe d'avancement pour la microchirurgie (GAM), et l'activité de publication concernant la microchirurgie. L'activité clinique microchirurgicale urgente et programmée des membres de la SFCM a été évaluée par un sondage en ligne.

Pédagogie : Les durées de formation varient de 15 jours à 7 mois au sein de 16 diplômes interuniversitaire différents. La réussite à l'examen pratique est basée sur la perméabilité d'une ou de plusieurs anastomoses artérielles avec ou sans suture nerveuse.

- Activité scientifique : La fréquentation annuelle du GAM a diminué constamment atteignant 80 participants en 2019. Toute classe d'âge confondue, et au cours des 5 dernières années, 23 % des sondés étaient présents au congrès au moins une fois, et 30 % ont publié un travail scientifique ; 

- Pratique clinique : 80 % des personnes interrogées déclarent une activité microchirurgicale programmée. Parmi ces derniers, 45 % pratiquent le transfert tissulaire libre programmé avec une fréquence inférieure à 1 fois par mois pour 70 % d'entre eux.

Notre méthode d'évaluation est victime d'un biais de sélection. Il existe une surreprésentation des professionnels motivés par cette activité.

La formation des internes est en cours de transformation depuis la réforme du troisième cycle. Il n'existe pas de FST, Formations spécialisées Transversales « microchirurgie », ni de titre de « microchirurgien ». La FST « chirurgie de la main », comprend la totalité de l'enseignement de microchirurgie et de chirurgie de la main, lorsque les DU et DIU se répartissent sur 3 ans pour les mêmes enseignements.

Ces résultats suggèrent que la pérennité de l'activité microchirurgicale en France est incertaine. La formation par des DIU de microchirurgie présente un contenu hétérogène. L'application de la FST chirurgie divise le temps de formation par 3 à programme équivalent. 

La microchirurgie est majoritairement pratiquée dans le cadre de l'urgence. L'activité programmée de transfert tissulaire libre ou de réparation du plexus brachiale est minoritaire et sur-représentée dans ce panel. La fréquentation du congrès du GAM est en baisse continue ces dernières années.La FST et l'opacité qu'elle génère est une source d'inquiétude quant à la formation microchirurgicale des plus jeunes.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Xavier MOREL (Post graduate) (Mons, Belgique)
15:34 - 15:36 Discussion.
15:36 - 15:39 #27824 - CO181 Pertinence d’un modèle de simulation à la microchirurgie destiné aux internes de chirurgie militaire.
Pertinence d’un modèle de simulation à la microchirurgie destiné aux internes de chirurgie militaire.

Ammar GHABI* (1), Alexandre SABATE-FERRIS (1), Marie-Pauline CHAPON (1), George PFISTER (1), Jean Luc VIGNE (2), Josette LEGAGNEUX (2), Laurent MATHIEU (1)

1. HIA PERCY, Clamart, FRANCE

2. Microsurgery laboratory, Surgical School, Agence Générale de Equipements et Produits de Santé - APHP, Paris, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : ammar.ghabi@hotmail.fr (Ammar GHABI)

La formation à la microchirurgie est un atout pour les chirurgiens orthopédistes militaires qui traitent fréquemment des plaies de la main ou des nerfs en opérations extérieures. L’objectif de cette étude était d’évaluer un modèle de simulation de chirurgie microvasculaire destiné à préparer les internes avant leur inscription à une formation diplômante classique.

Une étude expérimentale a été menée pour évaluer la progression technique et la satisfaction d’internes militaires de chirurgie utilisant un modèle basé sur des nouilles japonaises et comportant quatre épreuves de difficulté croissante. Les critères d’évaluation objectifs comprenaient : le maniement des instruments, la répartition et la qualité des points de suture. La durée des anastomoses et les réponses au questionnaire d’autosatisfaction SAMS (Structured Assesment of Microsurgery Skill) ont également été analysées.

Neuf internes de différentes spécialités ont participé à l’étude. La qualité de leurs anastomoses et leur satisfaction moyennes étaient significativement augmentées entre la première et la dernière séance : respectivement 7,2/15 versus 10,7/15 (p <0,05) et 37,5/70 versus 47,5/70 (p<0,05). A l’inverse, la durée opératoire moyenne diminuait significativement au fil des séances (92 min versus 52 min, p<0,001).

Ce modèle de simulation semble constituer une initiation satisfaisante à la microchirurgie qui pourrait limiter le recours au modèle l’animal. Il pourrait aussi s’appliquer à la formation continue des chirurgiens militaires n’exerçant la microchirurgie que de façon occasionnelle en opérations extérieures.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Ammar GHABI (Chef de clinique) (Paris)
15:39 - 15:40 Discussion.
15:40 - 15:46 #27671 - CO182 Entraînement microchirugical à domicile pendant la COVID-19.
Entraînement microchirugical à domicile pendant la COVID-19.

Thomas  GREGORY  (1), Romain  ALLARD*  (2), Simon  HURST  (1)

1. Chirurgie orthopédique et traumatologique,  Hôpital Avicenne, Paris, FRANCE

2. APHP, Paris, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : romain.allard@yahoo.fr (Romain ALLARD)

La microchirurgie est une discipline exigeante nécessitant un entrainement régulier pour acquérir puis maintenir ses compétences. 

La crise de la COVID-19 a entrainé une fermeture brutale et prolongée des laboratoires de microchirurgie montrant, une fois de plus, l'importance de disposer de modèles d'entraînement accessibles partout. 

Nous rapportons ici un modèle d'entraînement et d'auto-évaluation réaliste développé pendant la période de confinement.

Un microscope numérique miniature relié à un smartphone est placé face à la vue de l'opérateur grâce à un bras flexible. Des anastomoses termino-terminales sur artère ulnaire d'aile de poulet (diamètre entre 0.3 et 0.5mm) sont réalisées à domicile au rythme d'une anastomose par jour. Le temps de réalisation des anastomoses et leurs perméabilités ont été évaluées.  La qualité des sutures a été mesurée par le score ALI (Anastomosis Lapse Index Score) et la distance inter-points.

Cinquante-six anastomoses ont été réalisées entre avril et juin 2020, au cours de 8 sessions hebdomadaires. La durée de réalisation des anastomoses a diminuée significativement entre la 1e et dernière session de 46.3 ± 7.3 minutes à 25.6 ± 2.5 minutes (p<.05).

Le taux de perméabilité globale a été de 88%. La qualité des sutures s'est améliorée avec une réduction significative du score ALI passant de 7 ± 0.5 points à la première session à 3 ± 0.6 points à la dernière  session. La variance de la distance inter-points a diminuée de façon non significative de 0.064 mm²  à 0.014mm² (p=.31).

De nombreux modèles d'entraînement « à la maison » ont déjà été proposés mais présentent des limites importantes. Les tablettes et smartphones ont un pouvoir grossissant  trop faible. Les microscopes de table sont couteux et encombrants. Les modèles non animaux sont peu réalistes.

Notre modèle est peu couteux (moins de 90 euros). Il est réaliste avec des vaisseaux de taille et forme proche de celles humaines. Le zoom est variable et peut aller jusqu'à un pouvoir de 200x. La qualité d'image est excellente avec une résolution de 1920 x1080 pixels. Le travail peut être filmé permettant une analyse secondaire. Il n'est pas encombrant et peut être transporté partout. Le score "ALI" permet une auto-évaluation exigeante.

Nous proposons un modèle d'entraînement et d'auto-évaluation microchirurgical réaliste, peu couteux et réalisable partout. Son développement pendant le confinement liée la COVID-19 a permis de continuer la formation. Il peut être un excellent complément aux formations traditionnelles voire une alternative quand les laboratoires sont inaccessibles.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Recherches cliniques/travaux scientifiques : EVOLUTIS
Consultant, expert : non
Cours, formations : non
Documents publicitaires : non
Invitations à des congrès nationaux ou internationaux : non
Actionnariat : non
Détention d’un brevet ou inventeur d’un produit : non


Romain ALLARD (Interne) (Paris)
15:46 - 15:48 Discussion.
15:54 - 15:56 Discussion.

16:00 - 16:30 Pause café
16:30
16:30-18:00
Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris

G2-37
Table ronde
Tenosynovite de Quervain

Table ronde
Tenosynovite de Quervain

Modérateurs : Gilles CANDELIER (MD) (Caen), Caroline LECLERCQ (Chirurgien main) (Paris)
16:30 - 18:00 Anatomic description of radial aspect of distal radius, wrist and first ray. Martin LANGER (Münster, Allemagne)
16:30 - 18:00 Travail et facteur de risque. Alexis DESCATHA (Angers), Yves ROQUELAURE (Angers)
16:30 - 18:00 Historique, infitrations sous écho. Gilles CANDELIER (MD) (Caen)
16:30 - 18:00 Discussion.
16:30 - 18:00 Traitement chirurgical. Jacky LAULAN (Chirurgien) (Tours)
16:30 - 18:00 Lambeau en Omega. Pierre MOUTON (chirurgien) (Pessac)
16:30 - 18:00 Libération sous échographie. Olivier MARÈS (Medecin) (Nîmes)
16:30 - 18:00 Complications du traitement. Caroline LECLERCQ (Chirurgien main) (Paris)
16:30 - 18:00 Discussion.

16:30-18:00
Ajout à votre liste de favoris
Suppression de votre liste de favoris

G3-33
Communications libres
Poignet 2

Communications libres
Poignet 2

Modérateurs : Lorenzo MERLINI (Chirurgien) (Paris), Jean-Luc ROUX (Chirurgien orthopédique) (Montpellier)
16:30 - 16:36 #27560 - CO184 Facteurs de risque de cal vicieux post ostéosynthèse du scaphoïde.
Facteurs de risque de cal vicieux post ostéosynthèse du scaphoïde.

Yoann  DALMAS* (1), Stéphanie  DELCLAUX  (2), Antoine  FILLIOLE  (3), Florence  DAUZERE  (2), Marie  faruch  (3), Pierre  MANSAT   (1)

1. Orthopédie et Traumatologie du Sport,  CHU, Toulouse, FRANCE

2. Chirurgie Orthopédique,  CHU, Toulouse, FRANCE

3. Département de Radiologie,  CHU, Toulouse, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : yoann.dalmas@hotmail.fr (Yoann DALMAS)

Les Fractures du scaphoïde sont une lésion fréquente en chirurgie de la main. L'incidence et les facteurs de risque des cals vicieux en flexion après ostéosynthèse d'une  fracture ou cure de pseudarthrose demeurent peu connus. A terme, ils entraînent des douleurs, une perte d'amplitude, de force et de l'arthrose carpienne. Le but de ce travail était de chercher des facteurs de risque de cal vicieux du scaphoïde post ostéosynthèse.

Il s'agit d'une étude rétrospective monocentrique, incluant des patients ayant eu une ostéosynthèse du scaphoïde pour une fracture ou une pseudarthrose entre 2010 et 2020. Deux examinateurs indépendants analysaient les scanners postopératoires selon un protocole standardisé à 2 reprises. Les patients étaient considérés en cal vicieux s'ils présentaient un Latéral Intra Scaphoïd Angle >35° et un index Hauteur/Longueur>0,6.

Une analyse multivariée avait pour but d'identifier les facteurs de risque de cal vicieux.

100 patients étaient inclus. L'âge moyen était de 29 ans (16-63), le sex-ratio de 19H/1F. 52 % des patients avaient une Fracture, 44% une pseudarthrose et 4% un retard de consolidation. 36 patients  (36%) étaient considérés en cal vicieux. La reproductibilité inter-observateur pour le calcul du LISA était moyenne avec un coefficient de corrélation intra classe de 0,53, la reproductibilité intra-observateur était bonne à 0,74.

En analyse multivariée, La localisation de la fracture selon la classification de Schernberg, l'indication opératoire (fracture ou pseudarthrose), le type d'ostéosynthèse (vis, broche) et l'utilisation ou non de l'arthroscopie n'influençaient pas statistiquement  le taux de cal vicieux. La réalisation d'une greffe osseuse per opératoire était significativement corrélée avec un risque plus élevé de cal vicieux post opératoire aOR=9,96 IC 95% (1,96-50,5), p=0,0055.

L'incidence des cals vicieux dans notre série est importante étant donné nos critères d'inclusion avec un scanner post opératoire qui n'est réalisé qu'en cas de suspicion de pseudarthrose ou de cal vicieux sur les radiographies. L'indice de reproductibilité inter et intra observateur était meilleure que dans les données de la littérature. La greffe osseuse était le seul facteur de risque de cal vicieux retrouvé. Ceci s'explique car la greffe est indiquée dans une fracture fortement déplacée et/ou comminutive .

Cette étude est la première à rechercher des facteurs de risque de cal vicieux scaphoïdien.

La greffe osseuse per opératoire pour les fractures déplacées et/ou comminutive est le seul facteur de risque retrouvé de cal vicieux en flexion du scaphoïde. D'autres analyses sont nécessaires notamment concernant l'importance des lésions ligamentaires associées.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Yoann DALMAS (interne de chirurgie orthopédique) (Toulouse)
16:36 - 16:42 #27561 - CO185 Cal vicieux post ostéosynthèse du scaphoïde : évolution radio clinique a 5 ans de recul moyen.
Cal vicieux post ostéosynthèse du scaphoïde : évolution radio clinique a 5 ans de recul moyen.

Yoann  DALMAS  (1), Stéphanie  DELCLAUX  (2), Florence  DAUZERE  (2), Antoine  FILLIOLE  (3), Marie  faruch  (3), Pierre  MANSAT   (1)

1. Orthopédie et Traumatologie du Sport,  CHU, Toulouse, FRANCE

2. Chirurgie orthopédique,  CHU, Toulouse, FRANCE

3. Département de Radiologie,  CHU, Toulouse, FRANCE

DalmasYoann

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : yoann.dalmas@hotmail.fr (Yoann DALMAS)

Les Fractures du scaphoïde sont une lésion fréquente en chirurgie de la main. Les cals vicieux en flexion entraînent à terme des douleurs, une perte d'amplitude, de force et de l'arthrose carpienne. La littérature actuelle ne fournit pas de données consensuelles sur son impact clinique. Le but de cette étude était d'évaluer l'impact clinique d'un cal vicieux et l'incidence de l'arthrose carpienne.

Il s'agissait d'une étude rétrospective monocentrique, incluant des patients ayant un cal vicieux du scaphoïde post ostéosynthèse entre 2010 et 2019. Deux examinateurs indépendants analysaient les scanners postopératoires selon un protocole standardisé. Les patients étaient considérés en cal vicieux s'ils présentaient un Latéral Intra Scaphoïd Angle >35° et un index Hauteur/Longueur>0,6. Un examen clinique, des scores algo-fonctionnels et  des radiographies étaient réalisés en 2021.

36 patients étaient inclus. L'âge moyen était de 29 ans (16-63). 50 % des patients étaient initialement opérés pour une Fracture et 50% pour une pseudarthrose. Le LISA post opératoire moyen était de 52,83° et l'index H/L moyen de 0,68. Le recul moyen était de 60 mois (16-135). 24 patients furent examinés, 19 eurent des radiographies au dernier recul. Les symptômes douloureux étaient peu présents : EVA 0,83 au repos et EVA 3 lors du port de charge. On observait une perte significative de flexion palmaire (-15°), de flexion dorsale (-34°), d'inclinaison radiale (-11°) et de force (-25%) comparativement au côté sain. Les résultats moyens aux scores algo-fonctionnels étaient bons : Quick DASH 18,58/100 ; PRWE 20,6/100 ; Mayo wrist score 73,7/100 ; Lyon Wrist Score 76,26/100 ; Subjective Wrist Value 75%. L'incidence de l'arthrose carpienne était de 36,9% (7/19). Les résultats cliniques (douleur, amplitude, scores, force) étaient similaires entre les patients arthrosiques et non arthrosiques. Il n'y avait pas de résultats cliniques inversement proportionnels à l'augmentation du LISA.

L'intensité des symptômes douloureux était similaire à celle décrite dans la littérature. Les amplitudes articulaires et la force relative étaient en revanche moindre dans notre série. L'incidence de l'arthrose était inférieure à celle retrouvée par Amadio à un recul simillaire. L'arthrose styloscaphoïdienne est bien tolérée comme retrouvé dans la littérature. Notre effectif demeure faible néanmoins il s'agit de la deuxième série la plus importante de la littérature.

Les cals vicieux du scaphoïde entraînent des douleurs d'effort, une perte de l'arc de flexion extension et de force. L'incidence à 5 ans de recul de l'arthrose carpienne était de 36,9% mais celle-ci demeure bien tolérée.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Yoann DALMAS (interne de chirurgie orthopédique) (Toulouse)
16:42 - 16:46 Discussion commune.
16:46 - 16:52 #27634 - CO186 Résultats à long terme des résections de première rangée du carpe associées à un resurfaçage en pyrocarbone du pôle proximal du capitatum.
Résultats à long terme des résections de première rangée du carpe associées à un resurfaçage en pyrocarbone du pôle proximal du capitatum.

Hugo  PELET* (1), Anais  DELGOVE  (2), Abdelmoujoud  MORCHIKH  (3), Maxence  LIOT  (4), Hussein  CHOUGHRI  (2), Marie-Laure  ABI-CHAHLA  (1)

1. Orthopédie Traumatologie,  CHU, Bordeaux, FRANCE

2. Chirurgie plastique et chirurgie de la main,  CHU, Bordeaux, FRANCE

3. Orthopédie Traumatologie,  ORTHOPOLE, Bruges, FRANCE

4. Orthopédie Traumatologie,  Clinique Saint-Joseph, Angoulême, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : hugo.pelet@outlook.fr (Hugo PELET)

L'arthrose medio-carpienne est une affection dégénérative fréquente du poignet. Dans le cas où l'espace radio-scaphoidien et le pole proximal du capitatum sont arthrosiques, la résection des os de la première rangée du carpe associée à un resurfaçage du capitatum par du pyrocarbone est envisageable.

Nous avons évalué les résultats cliniques et radiographiques à long terme des patients ayant bénéficiés d'une résection de première rangée du carpe associée à un resurfaçage en pyrocarbone du pole proximal du capitatum.

Nous avons effectué une étude clinique rétrospective, multicentrique, multi opérateurs. Nous avons revu de mai 2020 à mai 2021 les patients ayant bénéficiés d'une résection des os de la première rangée du carpe associée à un resurfaçage en pyrocarbone du pôle proximal du capitatum, opérés dans 5 centres de chirurgie de la main français entre janvier 2005 et décembre 2018. Le recueil des mobilités, de la douleur et de la force ainsi qu'une analyse radiographique étaient fait grâce à des entretiens standardisés menés par un observateur indépendant

Nous avons obtenu une série de 30 patients dont 87% d'hommes. Le recul moyen était de 7 ans [3-16]. L'âge moyen était de 59 ans et 94% des patients étaient travailleurs manuels. Dans cette série, 66% des patients étaient opérés de leur côté dominant. Il s'agissait d'une chirurgie de première intention pour 93% des patients. Nous avons retrouvé en moyenne un arc de mobilité du poignet en flexion extension de 65°, un arc de mobilité en inclinaison radio ulnaire de 44°, une force moyenne de préhension au dernier contrôle clinique de 66% par rapport au côté controlatéral avec une amélioration moyenne de 10% de la force par rapport au préopératoire, une diminution moyenne de 6,7 points d'EVA, et un score Quick DASH moyen de 17. Radiographiquement aucun patient ne présentait de signes de descellements, et on a constaté une progression de l'arthrose carpienne.

Les résultats semblent comparables à ceux décrits dans la littérature pour les résections isolées de la première rangée du carpe pourtant indiquée dans des stades moins avancés d'arthrose. Il semble également qu'en comparaison des résultats des arthrodèses médio carpiennes rapportés par la littérature, nos résultats soient comparables en termes de douleur et de force et légèrement supérieurs en termes de mobilité.

Il semble y avoir une bonne tolérance et des résultats satisfaisants à long terme de la résection de première rangée du carpe avec resurfaçage du pôle proximal du capitatum par du pyrocarbone.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Hugo PELET (Interne) (Bordeaux)
16:52 - 16:54 Discussion.
16:54 - 17:00 #27780 - CO187 Complications de la scaphoidectomie et l’arthrodèse des 4 os du carpe avec des vis à compression: à propos de 36 patients avec recul minimal de deux ans.
Complications de la scaphoidectomie et l’arthrodèse des 4 os du carpe avec des vis à compression: à propos de 36 patients avec recul minimal de deux ans.

Kira VANDE VOORDE* (1), Pieter CAEKEBEKE (2), Joris DUERINCKX (2)

1. KU Leuven, BELGIQUE

2. Ziekenhuis Oost-Limburg, Genk, BELGIQUE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : kira.vandevoorde@student.kuleuven.be (Kira VANDE VOORDE)

To evaluate the clinical results of scaphoidectomy and 4-corner arthrodesis with headless compression screws, with a special focus on postoperative complications and their treatment.

We assessed 36 wrists in 31 patients that were treated with scaphoidectomy and 4-corner fusion between 2009 and 2017. Mean follow-up was 5.2 years (range 2.9 – 9.4). After resection of the scaphoid, midcarpal fusion of lunate-capitate-hamate-triquetrum was performed with Mini Acutrak 2 screws (Acumed LLC, Hillsboro, OR, USA), as described by Ozyurekoglu et al. Pain was expressed on a Visual Analog Scale. The Quick Disabilities of the Arm, Shoulder, and Hand (qDASH) questionnaire and Michigan Hand Outcome Questionnaire (MHOQ) were used to assess patient functionality and satisfaction. Range of motion and grip strength of both wrists were measured. Radiographs of the operated wrist were evaluated.

Mean pain score was 1.5 ± 2.3 with 19% of patients being completely pain free. Mean qDASH was 44 ± 20 and mean MHOQ was 10 ± 5. Mean flexion-extension range of motion of the operated wrist was 69° and 61% of the contralateral wrist. Mean grip strength was 35kg and 89% of the opposite wrist. We observed postoperative complications in 19% of our patients. Non-union was observed in two patients. In one patient successful bone healing could be achieved after screw removal, bone grafting and K-wire fixation. The other patient did not warrant secondary surgery. Two patients required hardware removal and in three patients the pisiform bone was removed. Conversion to total wrist arthrodesis was needed in one patient.

Our results are comparable with other series of scaphoidectomy and 4-corner arthrodesis that use headless compression screws for midcarpal fixation.

Most complications of scaphoidectomy and 4-corner arthrodesis can successfully be treated with additional surgery. The presence of pisotriquetral arthritis needs to be assessed before surgery and can be treated with pisiform excision.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Kira VANDE VOORDE (Assistant en formation, Orthopédie) (Genk, Belgique)
17:00 - 17:06 #27514 - CO188 Résultats à long terme de 46 arthrodèses des quatre-os par agrafe quadripode à mémoire de forme.
Résultats à long terme de 46 arthrodèses des quatre-os par agrafe quadripode à mémoire de forme.

Gwenaël  MEVEL*, Aymeric  DE GEYER, Maud  EBALARD, Thierry  DREANO

Chirurgie orthopédique, réparatrice et traumatologique, CHU, Rennes, France

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : gwenaelmevel@hotmail.fr (Gwenaël MEVEL)

L'arthrodèse des quatre os est une méthode validée dans la prise en charge de l'arthrose avancée du poignet. Nous étudions la fiabilité au long terme d'une agrafe quadripode à mémoire de forme comme moyen de fixation de cette arthrodèse.

Tous les patients opérés d'une arthrodèse des quatre-os par agrafe quadripode à mémoire de forme 4fusion® (Memometal-Stryker®) entre 2008 et 2017 dans un unique centre ont été rappelés pour une évaluation radioclinique mesurant le taux de consolidation, les mobilités, la douleur par l'échelle visuelle analogique (EVA), la force, les complications, le taux de retour au travail, les scores fonctionnels Quick-DASH, PRWE et Mayo Wrist Score et l'évolution arthrosique.

46 poignets sur 59 opérés ont été revus en moyenne 89 mois après l'intervention. Ils avaient été opérés dans le cadre de 23 SLAC, 16 SCAC, 5 SNAC et 2 polyarthrites rhumatoïdes. Toutes les arthrodèses sauf une ont consolidé. L'arc de mobilité moyen en flexion-extension était de 72° après chirurgie contre 100° avant. L'EVA au repos était <0.5. La force atteignait 89% du côté controlatéral. Sept patients ont été réopérés (15%) pour 6 conflits avec le matériel et une pseudarthrodèse. Deux poignets présentaient un conflit ulnocarpien. 71% des patients actifs ont repris leur travail antérieur (100% des travailleurs non-manuel et 67% des travailleurs manuels), 10 % ont été reclassés dans un travail moins contraignant, 19% ont été reconnu en invalidité. Le Quick-DASH moyen était 15, le PRWE 18 et le Mayo Wrist Score moyen 72. Neuf poignets présentaient radiologiquement une arthrose radiolunaire asymptomatique.

Le très bon taux de consolidation acquis avec cette agrafe, comparable avec celui des meilleures séries de la littérature, montre l'efficacité de l'agrafe associée à une immobilisation post-opératoire de 6 semaines. La principale complication de la technique est le conflit dorsal.

L'arthrodèse des 4 os par agrafe quadripode à mémoire de forme est une technique fiable sur le long terme.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Gwenaël MEVEL (Interne) (Rennes)
17:06 - 17:10 Discussion commune.
17:10 - 17:14 #27779 - CO189 Ligamentoplastie scapholunaire par InternalBrace.
Ligamentoplastie scapholunaire par InternalBrace.

Lucas LO CUNSOLO*, Olivier CAMUZARD, Marianne CEGARRA-ESCOLANO, Katharina HUFSCHMIDT, Alexandra MAERTENS, Thierry BALAGUER, Marie-Anne POUMELLEC

Institut Universitaire Locomoteur et du Sport - Orthopédie, CHU, Nice, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : locunsolo.lucas@gmail.com (Lucas LO CUNSOLO)

L’instabilité chronique scapho-lunaire (SL) secondaire à une lésion du complexe stabilisateur SL est une lésion fréquente dont l’absence de prise en charge peut entrainer des préjudices fonctionnels importants liés à son évolution vers l’arthrose. Différentes interventions stabilisatrices sont retrouvées dans la littérature montrant l’efficacité des ligamentoplasties dorsales proposées en cas d’instabilité chronique réductible sans atteinte arthrosique. Cependant l’utilisation d’un greffon synthétique dans cette indication n’a pas été décrit dans la littérature bien que son usage ait été publié dans d’autres articulations. Le but de cette étude est d’évaluer les résultats cliniques, radiologiques et fonctionnels d’une ligamentoplastie associant un greffon de tendon biologique renforcé par un ligament synthétique (InternalBrace) avec un recul minimum de 12 mois.

Cette étude rétrospective inclut 5 patients pour lesquels cette technique de ligamentoplastie renforcée a été réalisée comprenant 2 points de fixations intra-osseux scaphoïdien et un point de fixation intra-osseux lunarien. Un patient a été exclu des analyses en raison d’un syndrome-douloureux-régional-complexe de type II.

L’évaluation clinique comprenait une mesure des amplitudes du poignet et des forces de préhension ainsi que les scores d’évaluation classique (PRWE, Quick Dash, Mayo wrist score). L’analyse radiologique pré et post-opératoire évaluait la réduction du diastasis SL.

On retrouvait une augmentation des amplitudes moyennes allant de 27.5° à 33.75° pour la flexion, 37.5° à 57.5° pour l’extension, 71.2° à 86.6° pour la supination et de 57.5° à 73.3° pour la pronation. Seules les inclinaisons radiales et ulnaires diminuaient respectivement de 20.3 à 22.5° et 40 à 35°. La moyenne des forces de préhension au Jamar et de la pince pollici digitale passait respectivement de 10 à 36 kg/F et de 3 à 9 kg/F. L’EVA diminuait de 80% au repos et de 70% à l’effort. Les scores moyens diminuaient également de 72% pour le PRWE, et de 76% Quick Dash. Quant au Mayo Wrist Score, il augmentait de 79%. Les examens radiologiques montraient une réduction du diastasis SL et une disparition du DISI.

Ces résultats montrent l’amélioration de quasiment tous les critères analysés chez les patients opérés avec un recul de 12 mois et encouragent la réalisation d’une étude sur un échantillon de plus grande taille avec analyse par scanner 4D pour spécifier les caractéristiques biodynamiques. Le point faible de notre étude est son caractère rétrospectif et son faible recul.

La ligamentoplastie SL à 3 points d’ancrage renforcée par InternalBrace semble être une technique intéressante pour traiter les instabilités SL.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Lucas LO CUNSOLO (Interne) (Nice)
17:14 - 17:16 Discussion.
17:16 - 17:22 #27778 - CO190 Lésions périlunaires sans dislocation : une série de 15 cas aigus et 10 cas chroniques.
Lésions périlunaires sans dislocation : une série de 15 cas aigus et 10 cas chroniques.

Louis DUCHARNE (1), Marion BURNIER (2), Guillaume HERZBERG* (3)

1. Service de Chirurgie Main - Membre Supérieur, Hôpital Edouard Herriot, Lyon, FRANCE

2. Hôpital Médipôle, Lyon, FRANCE

3. Clinique Parc et Clinique Val d'Ouest, Lyon, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : prgherzberg@gmail.com (Guillaume HERZBERG)

Les lésions périlunaires traumatiques sans dislocation (PLIND) ont été décrites en 2013 comme des luxations spontanément réduites. Sur les radiographies de face, les arcs des traumatismes PLIND étaient similaires aux arcs connus des luxations périlunaires.

Notre but était de rapporter une série de cas aigus ainsi que de cas chroniques passés inaperçus en urgence.

Entre 2003 et 2019, nous avons diagnostiqué et traité chirurgicalement 15 PLIND aigues, groupe 1 (délai moyen 48 h) et 10 PLIND chroniques groupe 2 (délai moyen 17 mois).

Une réparation et/ou reconstruction des fractures et lésions ligamentaires a été choisie dans 12 sur 15 cas aigus et 6 sur 10 cas chroniques.

Une résection de la première rangée a été effectuée dans 3 sur 15 cas aigus, et 4 sur 10 cas chroniques.

Une assistance arthroscopique a été utilisée dans 13 poignets.

Tous les patients ont été revus rétrospectivement à un recul de 19 mois (clinique et radiologique).

Au recul dans le groupe 1, le score moyen du poignet après résection de première rangée, était de 62 (moyen) et de 77 (bon) après réparation.

Dans le groupe 2, le score moyen après 4 résections de première rangée était de 69 (moyen) et de 75 (bon) après reconstruction.

L’analyse du groupe 1 confirme que les PLIND sont une entité distincte qui représente des luxations périlunaires spontanément réduites. En urgence, un traumatisme à haute énergie, un œdème et des fragments ostéochondraux libres dans les interlignes doit y faire penser.

Le groupe 2, est un groupe qui n’a pas été décrit auparavant. Il semble d’après cette étude qu’il soit licite de tenter une reconstruction avant d’envisager un traitement palliatif d’emblée.

Les lésions périlunaires traumatiques aigues sans dislocation, représentent une entité maintenant bien définie. A côté d’une série de cas aigus, nous rapportons la première série de PLIND chronique.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Louis DUCHARNE (Interne) (Lyon)
17:22 - 17:28 #27575 - CO191 Fractures-luxations périlunaires du carpe : résultats cliniques et fonctionnels à 3,3 ans de recul moyen (1,1– 6,8).
Fractures-luxations périlunaires du carpe : résultats cliniques et fonctionnels à 3,3 ans de recul moyen (1,1– 6,8).

Gaspard LEBOT*, Thomas AMOUYEL, Alexandre HARDY, Christophe CHANTELOT, Marc SAAB

Service d’Orthopédie - Traumatologie 1, CHRU, Lille, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : gaspard.lebot@gmail.com (Gaspard LEBOT)

Les lésions périlunaires du carpe sont des traumatismes graves dont les conséquences fonctionnelles peuvent limiter la reprise des activités antérieures au traumatisme. L'objectif de cette étude était d'évaluer les résultats d'une série de patients victimes de fracture-luxation périlunaire et leur retour à la vie socioprofessionnelle.

Hypothèse: Après prise en charge de cette pathologie, les résultats fonctionnels à moyen terme autorisaient un retour aux activités socio-professionnelles antérieures des patients.

Il s'agissait d'une étude rétrospective monocentrique. Les patients inclus étaient majeurs et victimes d'une fracture-luxation périlunaire du carpe prise en charge en urgence. 

L'évaluation clinique et fonctionnelle consistait en la mesure comparative des mobilités du poignet, de la force de préhension, l'évaluation des scores fonctionnels et des modalités du retour à la vie socio-professionnelle. L'évaluation radiologique recherchait une instabilité de la première rangée des os du carpe, une pseudarthrose ou nécrose des os du carpe, la perte de hauteur carpienne, la présence d'arthrose carpienne.

10 patients ont été inclus à un recul moyen de 39,4 mois. 

Il était retrouvé une diminution significative de l'arc moyen de flexion - extension à 88° (20° - 150°) soit 55,3% du côté sain (p = 0,0026) et non significative de la force de préhension moyenne (40,6 Kg, côté sain 62,4 Kg, p = 0,063). 

Le score MWS moyen était de 58,75 (40-100), le PRWE moyen était de 32,9 (4 - 67,5) et le QuickDASH moyen de 30,2 (0 - 77,30). 

Le taux de retour au travail était de 60%, dont 3 avec reclassement professionnel. Quatre patients présentaient des signes d'instabilité de la première rangée des os du carpe. Il existait 7 cas d'arthrose radiocarpienne, associée 2 fois à de l'arthrose médio carpienne.

Cette série retrouvait des mobilités et des scores fonctionnels objectifs inférieurs à la littérature, pouvant être expliquée par la gravité des FLPL et l'inclusion de patients polytraumatisés. Les scores subjectifs restaient néanmoins comparables.  Les conséquences socio-professionnelles restaient importantes pour les travailleurs manuels.

Les fractures luxations du carpe sont des lésions exigeantes qui requièrent une prise en charge en urgence pour espérer obtenir le meilleur résultat fonctionnel à long terme. 

Dans notre série le score MWS n'était pas aussi bon que les scores subjectifs PRWE et QuickDASH, illustrant un retour aux activités quotidiennes antérieures plutôt satisfaisant par le patient.

Les conséquences lésionnelles sur la reprise des activités professionnelles semblent toucher en premier lieu les travailleurs manuels chez qui un reclassement professionnel doit être régulièrement envisagé.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Gaspard LEBOT (Docteur Junior) (Lille)
17:28 - 17:34 #27776 - CO192 Faut-il utiliser l'arthroscopie dans la prise en charge des luxations peri-lunaires avec ou sans fracture ?
Faut-il utiliser l'arthroscopie dans la prise en charge des luxations peri-lunaires avec ou sans fracture ?

Thibault DRUEL (1), Justin RUYER (2), Marjolaine WALLE (3), Marion BURNIER (4), Guillaume HERZBERG* (5)

1. Service de Chirurgie Main - Membre Supérieur, Hôpital Edouard Herriot, Lyon, FRANCE

2. Centre de la main,  Clinique de la Sauvegarde, Lyon, FRANCE

3. Orthopédie, Hôpital Gabriel-Montpied, Clermont-Ferrand, FRANCE

4. Hôpital Médipôle, Lyon, FRANCE

5. Clinique du Parc Lyon - Clinique du Val d'Ouest Lyon, Lyon, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : prgherzberg@gmail.com (Guillaume HERZBERG)

L'usage de l'arthroscopie dans la prise en charge en urgence des luxations périlunaires pures et /ou avec fracture associée est bien documentée. Pourtant il reste controversé. Le but de ce travail est de rapporter une expérience monocentrique sur le sujet.

Nous rapportons l'utilisation de l'arthroscopie dans 32 cas de luxation et luxation-fracture péri lunaires. Dans 24 cas, le traitement a combiné un abord direct mini invasif avec l'arthroscopie. Les patients qui ont pu être revus ont bénéficié d'un score spécifique du poignet incluant la prono supination et de radiographies de contrôle. Le taux de perdus de vue a été important (50% comme cela est classique dans cette population).

Cliniquement, la flexion extension au recul moyen de 27 mois était de 80 degrés. La force de serrage moyenne évaluée au dynamomètre était de 69%. Radiologiquement, les 13 luxation-fractures péri lunaires trans scaphoïdiennes ont consolidé. Nous n'avons pas mis en évidence de différence significative entre les patients opérés entièrement sous arthroscopie ou avec assistance arthroscopique ou par technique ouverte.

Malgré la difficulté qui existe de prouver l'utilité de l'arthroscopie par rapport à la technique ouverte dans les luxations péri lunaires, les auteurs soulignent les avantages pour le diagnostic lésionnel. La magnification est un autre élément à prendre en compte pour le diagnostic, la classification, et souvent le traitement.

L’arthroscopie nous paraît être une technique qu’il est indispensable de posséder pour la prise en charge de certaines luxations péri-lunaires notamment les formes les moins déplacées.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Thibault DRUEL (Interne) (Lyon)
17:34 - 17:38 #27627 - CO193 Reverse perilunate injuries. The "Extended Scaphoid" sign on Initial x-rays.
Reverse perilunate injuries. The "Extended Scaphoid" sign on Initial x-rays.

Guillaume  HERZBERG* (1), Marion  BURNIER  (2)

1. Chirurgie Orthopédique,  Clinique Val d'Ouest, Lyon, FRANCE

2. Chirurgie Orthopédique,  Médipôle LYON, Lyon, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : prgherzberg@gmail.com (Guillaume Herzberg)

Reverse perilunate injuries (REPLI) are rare ulnar sided variants (Viegas, Murray) of the classic radial sided perilunate injuries (PLI) whose mechanism was described by Mayfield. 

Very little has been written about REPLI and the largest clinical series includes 6 cases. 

Although the scaphoid is invariably flexed in classic PLI, we have been intrigued by an extended ?vertical? position of the scaphoid in some of our PLI cases where an ulnar sided mechanism was suspected. 

The purpose of this paper was to investigate this radiological sign in a series of 5 cases of suspected REPLI with documented initial x-rays and in the literature.

Between 2004 and 2020 we have identified 5 potential REPLI and scrutinized their initial emergency PA and lateral x-rays. A total of 10 ?REPLI papers? quoting or devoted to REPLI were reviewed for initial x-rays analysis.

In the available x-rays of the REPLI papers and in our 5 potential REPLI cases, we identified a vertical, extended position of the scaphoid on the initial x-rays. This feature was especially striking on the PA views and the proximal scaphoid was aligned with the radial scaphoid fossa on the lateral views.

The lateral extrinsic ligaments of the wrist may sustain a less severe injury in REPLI beginning ulnarly compared with a classic PLI beginning radially. This could explain why the scaphoid remains ?vertical?. Moreover, there were no trans-scaphoid REPLI in our series nor in the literature, to the best of our knowledge. These preliminary findings have to be confirmed in a prospective study of a larger number of cases.

The ?extended scaphoid? sign should help recognizing and further studying the reverse perilunate injury (REPLI) pattern in the future.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Recherches cliniques/travaux scientifiques : non
Consultant, expert : non
Cours, formations : non
Documents publicitaires : non
Invitations à des congrès nationaux ou internationaux : non
Actionnariat : Non
Détention d’un brevet ou inventeur d’un produit : Groupe Lépine


Guillaume HERZBERG (Professeur) (Lyon)
17:38 - 17:44 Discussion commune.
17:44 - 17:50 #27596 - CO194 Fractures et fractures luxation du carrefour hamato métacarpien: nouvelle classification et traitement.
Fractures et fractures luxation du carrefour hamato métacarpien: nouvelle classification et traitement.

Charles  HUSTIN*, Pascale  LARONDE, Valentin  OCA, Pauline  Duriez

Orthopédie B,  Centre hospitalier de Valenciennes, Valenciennes, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : charles.hustin1985@gmail.com (Charles HUSTIN)

Il n'existe pas à ce jour de classification concernant les fractures et fractures-luxations du carrefour hamato métacarpien qui contiennent à la fois les critères suivants :

Classification exhaustive contenant toutes les combinaisons possibles, avec différentes associations de lésion de l'hamatum et différentes lésions des métacarpiens.

Classification pouvant inclure des lésions également isolées et simples de métacarpiens, ou isolées et simples d'hamatum, ou des luxations pures isolées.

Classification offrant un guide thérapeutique selon le degré de toutes ces lésions.

Le but de notre nouvelle classification est de contenir tous ces éléments, en une nouvelle classification ergonomique et simple d'utilisation.

Grâce à une revue de la littérature précédemment publiée, nous avons passé en revue les différentes classifications existantes à ce sujet.  Nous avons comparé leurs critères d'inclusion,  leurs critères d'exclusion, et également les prises en charge thérapeutique proposées.

Nous avons également revu de manière rétrospective 80 patients concernés par ces lésions.  Nous avons comparé notre série à une série récente publiée, permettant une comparaison de nos résultats selon les différentes classifications existantes dans cette précédente revue de la littérature.

En constatant le nombre de patients exclus des différentes classifications, et tenant compte des différents avantages et inconvénients des précédentes classifications, nous avons créé une nouvelle classification qui pouvait inclure tous nos patients.

Notre nouvelle classification  se présente sous la forme d'un tableau à double entrée.

La colonne de gauche concerne les lésions de l'hamatum, classées en lésions stables et lésions instables, puis en trois catégories selon le type de fracture.

La première ligne concerne les lésions des métacarpiens, classés en trois catégories : stables, intermédiaires, instables, correspondant à différents types de lésions détaillées dans le tableau.

Le corps du tableau est donc constitué par des cases ,correspondant à la prise en charge thérapeutique relatives aux différentes lésions:  Elle est graduelle, selon la gravité des lésions, allant du traitement orthopédique à la chirurgie à ciel ouvert par arthrodèse.

Il s'agit, à notre connaissance, de la première classification, qui soit à la fois exhaustive, et qui puisse servir de guide thérapeutique en situation clinique courante.

Elle peut également être utilisée pour les publications grâce à des sous-type non détaillés dans ce résumé.

Une étude future utilisant cette classification devrait permettre de la valider.

Il s'agit d'une classification pragmatique, facile d'utilisation grâce à ses schémas, qui permettra une meilleure prise en charge thérapeutique de ces lésions en pratique quotidienne.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Charles HUSTIN (Orthopédiste) (Valenciennes)
17:50 - 17:56 #27592 - CO195 Arthrodèse intermétacarpienne M4-M5 selon Dubert pour le traitement de l’arthropathie carpo-métacarpienne du cinquième rayon : résultats fonctionnels à long terme.
Arthrodèse intermétacarpienne M4-M5 selon Dubert pour le traitement de l’arthropathie carpo-métacarpienne du cinquième rayon : résultats fonctionnels à long terme.

Thibault  DRUEL*, Alexandra  FORLI, Denis  CORCELLA

Chirurgie plastique de la main et des brulés, CHU Grenoble-Alpes, Grenoble, FRANCE

∗ Auteur correspondant.

Adresse e-mail : thibault.druel@free.fr (Thibault DRUEL)

L'objectif de cette étude était de décrire les résultats fonctionnels à long terme de la technique de Dubert (arthroplastie stabilisée par une arthrodèse intermétacarpienne) pour le conflit carpo-métacarpien du cinquième rayon.

Entre 2005 et 2017, 8 patients ont été opérés pour un conflit carpo-métacarpien douloureux du cinquième rayon. Il y avait 1 femme et 7 hommes avec une moyenne d'âge de 38 ans (24-53 ans). Sept conflits étaient post-traumatiques (cal vicieux) et pour 1 cas il était d'origine septique. Une évaluation clinique, fonctionnelle et radiographique rétrospective a été réalisée pour 5 cas avec un recul moyen de 73 mois (23-108 mois). La charte clinique incluait la douleur selon l'échelle visuelle analogique, la force, les questionnaires Quick Disability of Arm, Shoulder, and Hand et Patient-Rated Wrist Evaluation, et un score subjectif fonctionnel (0-100%).

Toutes les arthrodèses intermétacarpiennes avaient consolidé. Parmi les 8 patients, un avait présenté un syndrome douloureux régional complexe et un autre a conservé un conflit douloureux persistant ayant nécessité une résection itérative de la base du 5e métacarpien. Au dernier recul, tous les patients étaient satisfaits de l'intervention et rapportaient une amélioration des douleurs et de la force. Le score moyen Quick Disability of Arm, Shoulder, and Hand était de 19/100 points, le score moyen Patient-Rated Wrist Evaluation était de 21/100 points et le score subjectif fonctionnel moyen était de 75%.

Les résultats à long terme suggèrent que l'arthroplastie stabilisée du cinquième rayon, telle que décrite par Dubert, est une intervention efficace et reproductible sur les douleurs et la fonction de la main.

Déclaration de liens d’intérêts : 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


Thibault DRUEL (Interne) (Lyon)
17:50 - 17:54 Discussion commune.